À mort cette foutue agence de protection !

jeudi 9 novembre 2017
popularité : 1%

Par Fabrice Nicolino

Sommes-nous protégés contre les innombrables poisons chimiques ? C’est une blague, bien sûr, car l’Anses, chargée de la sécurité de tous, autorise une fois encore des néonicotinoïdes qui tueront un peu plus d’abeilles. Mais voyons plutôt l’histoire de l’Anses.

Je le jure, j’aimerais raconter l’histoire d’une belle princesse envapée qui se fait lutiner par un chevalier au regard bleu. Au lieu de quoi je vais vous parler de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses). Ce machin public qui tourne avec près de 150 millions d’euros de budget, est censé nous protéger, relisez plutôt l’intitulé de ses missions. Or, voilà-t-y pas que l’Anses est au cœur du millième scandale de cette année finissante : ses experts, comme vous devez le savoir, ont discrètement autorisé deux nouveaux insecticides, le Closer et le Transform, petits chéris de Dupont, transnationale qui pèse 31 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Cette fois cela passe mal, car il s’agit de néonicotinoïdes. Lesquels circulent dans la totalité de la plante « traitée » et détruisent le système nerveux central des insectes.

Ces authentiques assassins ont laissé derrière eux, depuis l’apparition du Gaucho en 1994, des milliers de cadavres d’abeilles, vidant les ruchers par milliers. Quantité d’autres appellations ont tués abeilles et insectes, comme le Bambi – pas mal hein ? – le Confidor, le Cruiser, le Proteus. Tous sont pourvoyeurs d’énormes profits pour les géants Bayer, BASF, Syngenta ou Dupont. Il n’y a pas la place pour raconter les innombrables manœuvres de désinformation conduites par ces amis de l’homme, qui n’ont jamais eu d’autre but que de gagner du temps et de remplir les poches des proprios. Cela, les génies de l’Anses le savent aussi bien que moi. Alors, lecteur patient, pourquoi en rajoutent-ils une couche ? Eh ben, la réponse précise manque, mais l’histoire récente permet tout au moins un panoramique utile. L’Anses a vu le jour en 2010 sur les ruines de trois agences à la réputation ruinée. Passons sur l’Agence Nationale du Médicament Vétérinaire (ANMV), si efficace dans la bagarre contre les soins imposés de force – dont les antibiotiques – aux troupeaux de l’élevage concentrationnaire.

La deuxième agence à l’origine de l’Anses s’appelait l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (Afsset). Son président en 2005, Guy Paillotin, au cours d’un colloque au Sénat : « Vous indiquez que l’expertise de l’Agence sur la téléphonie mobile n’a jamais suivi, ni de près, ni de loin, les règles que l’Agence s’est fixée à elle. (…) Vous allez me dire que c’est terrible. Eh bien, c’est tout le temps comme ça (…). Comme partout ailleurs, on s’assoit dessus. » Bon, admettons qu’il était ivre. Sauf qu’en 2006 un rapport conjoint de l’Inspection Générale des Affaires Sociales et de l’Inspection Générale de l’Environnement confirmera les paroles de Paillotin, insistant sur les conflits d’intérêts entre agences publiques et intérêts industriels. Idem pour la troisième fée sur le berceau de l’Anses, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa). Thierry Souccar, dans un livre paru en 2004, révèle que 65 % des experts de l’Afssa ont des liens avec l’industrie. Martin Hirsch, qui a dirigé l’agence, raconte en 2010 : « Quand je vois le rapport d’un groupe de travail sur les régimes amaigrissants, je me dis qu’il a moins de force quand il apparaît, dans la déclaration d’intérêt de son président, des rémunérations provenant de quatre grands laboratoires… »

Allons, vous qui me connaissez un peu, vous pourriez finir à ma place. Il serait sain, il serait heureux dans un pays démocratique de prononcer la dissolution de l’Anses, qui a tant failli à sa mission supposée de protection. Mais ce serait un autre monde, non ?

Charlie Hebdo N° 131³9 du 1er novembre 2017


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Protégez les loups

samedi 22 juillet

Protégez les loups
en vous promenant