La belle arnaque

mardi 5 décembre 2017
popularité : 1%

Des lauriers, des couronnes, des étoiles comme s’il en pleuvait. Les marques rivalisent d’imagination, décorant leurs produits de distinctions fantaisistes comme « Approuvé par les familles » ou encore « Élu produit de l’année ». Tout est bon pour impressionner le client !

À la différence des signes de qualité officiels, comme le Label rouge ou l’Indication Géographique Protégée (IGP), aucune de ces estampilles ne fait l’objet du moindre contrôle par un organisme indépendant. Pourquoi se gêner ? Une drôle de tambouille sur laquelle la revue UFC-Que Choisir a eu la bonne idée de se pencher dans son numéro de décembre. On y découvre que ces lauriers ressemblent trop souvent à des couronnes de fenouil.

Prenez « Élu produit de l’année », le logo le plus ancien, créé il y a trente ans. Les 10 000 internautes enrôlés dans le jury ne sont pas tenus de goûter les aliments candidats. Ils se content de faire leur choix à partir de simples fiches de présentation agrémentées de photos. C’est vrai, pourquoi s’en remettre à ses papilles pour noter un aliment ? Pour l’estampille concurrente « Saveur de l’année », il est bien prévu une dégustation, mais on ne connaît ni le profil des goûteurs ni leur nombre. Quant à la « note de satisfaction minimale » nécessaire pour se qualifier, elle est secrète. Sans que l’on sache trop comment 153 produits ont décroché la timbale cette année. Quand on aime, on ne compte pas…

Tout aussi fumeux, le logo « Meilleur produit bio », avec une centaine de récompensés par an qui peuvent concourir seuls dans leur catégorie ! C’est plus simple comme ça. Si les logos plus ou moins farfelus se multiplient comme des petits pains, c’est parce qu’ils rapportent. D’abord à la poignée de boîtes de com’ qui organisent lesdits concours et facturent la participation aux fabricants. Le ticket d’entrée pour « Élu produit de l’année » est ainsi de 3 990 euros par produit, auxquels il faut ajouter jusqu’à 18 990 euros, juste pour avoir le droit de tamponner l’estampille magique sur l’emballage.

Mais, en retour, une marque peut espérer gonfler ses ventes de 25 % en moyenne. On attend avec impatience un grand prix de l’enfumage…

Le Canard Enchaîné N° 5066 du 29 novembre 2017


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois