Le fiel et l’amer

Pour Jean d’O. et Johnny
jeudi 14 décembre 2017
par  Michel Berthelot
popularité : 2%

Certains sont dans la critique perpétuelle et l’aigreur permanente. Rien ne trouve jamais grâce à leurs yeux toujours secs sous leurs paupières flétries et leur lippe avachie.

Le monde les dégoûte, la vie les écœure, la joie les ignore. Ils ont le reproche et la bave constamment aux commissures des babines. Nul n’y échappe. Que ce soit un auteur de « la grande bourgeoisie » aussi bien qu’un « chanteur populaire ». Ils n’en retiennent que la mauvaise part ou l’écart. Rien ne les émouvra jamais. L’humanité, l’indulgence, l’altruisme les épargne à tout jamais. L’aigreur, l’acrimonie, l’amertume et le désenchantement les inondent, les submergent et les envoient par le fond rejoindre les plus sinistres épaves. Il fait toujours trop froid ou trop chaud dans leurs propos et leurs écrits. Jamais ils ne sont à l’unisson de leurs contemporains.

On leur suggère, malgré tout, de faire appel à leurs enthousiasmes d’antan, à leurs élans révolus, à leurs passions trop tôt éteintes afin de ne pas oublier qu’ils sont, peut-être, encore quelque peu vivants tous ces sans ombre et sans tache, sans cœur et sans reproche.

Michel Berthelot
11 décembre 21017


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le loup est irréfutable

jeudi 31 décembre 2015