Pourquoi l’esprit latin est plus fort que le néo-féminisme

samedi 30 décembre 2017
popularité : 1%

Par Jérôme Blanchet-Gravel

L’actualité récente nous a fait voir le côté sombre du néo-féminisme, celui qui aspire à encadrer le désir et à purger la société de ses impuretés masculines. Depuis l’affaire Weinstein qui a secoué le monde du spectacle de Los Angeles à Paris, le néo-féminisme s’est imposé partout, il a été déployé à grande échelle et sans aucune mesure. Depuis les universités où il a été complètement fabriqué, il est parvenu à imposer ses normes dans un monde vidé de sa substance.

La réconciliation du désir et de la morale

Devant l’avènement d’une société aseptisée où la séduction apparaît comme un crime passible d’une lourde amende morale, il devient nécessaire et même urgent d’en appeler à un tout autre idéal. Pour combattre le néo-féminisme qui voudrait rendre les hommes totalement passifs et insensibles à la beauté, il faut d’abord renouer avec l’esprit latin. Par esprit latin, il faut entendre une certaine façon de se comporter en société que plusieurs peuples d’héritage catholique ont cultivée à travers le temps. S’il fallait vraiment le définir, nous pourrions dire que l’esprit latin est une vision du monde qui réconcilie par son esthétique le désir et la morale, la tentation et l’ordre, la passion et la discipline. L’esprit latin est coloré et désinvolte, flamboyant et séducteur, expressif et animé. C’est aussi, en quelque part, la tendre acceptation des choses telles qu’elles sont vraiment.

L’art de vivre latino-américain…

Évidemment, le réservoir ultime de cet art de vivre demeure l’Amérique latine, vaste espace encore préservé des dérives autoritaires du néo-féminisme. L’univers latino-américain avec ses couleurs, sa chaleur, son charme, ses sentiments volcaniques et sa musicalité. L’Amérique latine a une personnalité fougueuse, c’est une gigantesque réserve de douceur violente où la féminité est quotidiennement célébrée. L’Amérique latine est une panthère noire qui s’assume comme mère et comme femme, un endroit où les hommes n’ont pas à cacher leur envie comme s’il s’agissait d’un vilain péché. On peut traîner la nuit à La Havane pour s’en convaincre. On peut aussi assister à une soirée dansante pour entrevoir les bienfaits de cette civilisation. Véritables catharsis, les soirées latines reconnectent la modernité aux temps primordiaux, elles permettent, durant quelques heures, d’exprimer toutes les formes du désir à l’intérieur d’un cadre accepté.

Nul besoin d’avoir fait de l’anthropologie pour réaliser que cette manière de voir les choses témoigne d’une sagesse populaire de loin supérieure aux lubies actuelles du mouvement féministe. Non seulement le projet d’encadrement du désir des nouvelles féministes relève d’un fantasme totalitaire d’abolition de la nature humaine, mais il mène à la stérilisation d’une société déjà en manque de plaisir de vivre. Les grandes prêtresses de la justice sociale devraient savoir que la vie ne fonctionne pas comme un programme informatique et donc que leur projet est illusoire, voire contre-productif.

…est un remède contre le puritanisme

Il est aussi intéressant de constater que le nouveau vent de puritanisme qui souffle sur l’Occident apparaît de manière paradoxale comme l’alter ego de la porno-culture et de l’hypersexualisation qui sévissent. Loin d’être une solution de rechange à la prégnance de la pornographie, le puritanisme n’en est en fait que le reflet inversé, dans la mesure où les deux phénomènes sont contre-nature. Quand le puritanisme astreint les hommes à rester chez eux pour ne pas mettre en jeu leur réputation, la pornographie les invite à faire de même, à rester chez eux devant des écrans morbides. On abolit les contacts humains. Dans cette optique, si les objectifs divergent, le résultat est le même : les deux phénomènes enferment les gens dans un monde imaginaire où il n’existe aucun équilibre. En prônant l’interdiction des regards « insistants » dans les couloirs et les ascenseurs, on contribue à créer un état d’anomie, à désenchanter la réalité quotidienne. Tandis que les néo-féministes poussent les hommes à la démission sexuelle, la pornographie les invite à entretenir une sexualité strictement artificielle. On dit que les extrêmes se nourrissent.

Il ne s’agit aucunement de faire l’apologie du machisme, mais bien de plaider pour le retour d’une culture totalement opposée à la dynamique pudibonde et mortifère du monde actuel. Heureusement, entre le puritanisme ambiant et la vulgarité pornographique, il y a l’esprit latin !

(Illustration : Des Brésiliens dansent dans le train à Rio pour fêter le jour de la samba, décembre 2017. SIPA)

causeur.fr


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info