Bolloré chez Les Insoumis

mardi 27 février 2018
popularité : 1%


Par Bernard Gensane

Sophia Chikirou, qui a viré Aude Rossigneux du Média (à la manière de Bolloré), a été proche de Fourest, Fabius, Bockel, Mélenchon, Sanders. Elle a soutenu Sarkozy en 2007. Jean-Luc, faites gaffe ! Cette affaire Chikirou est emblématique de cette peste qui mine le monde des médias et le monde politique : la prise de pouvoir des gens de la com’ dans les médias et dans la politique. Á l’instar de Chikirou, les gens de la com’ ne sont ni de droite ni de gauche : ils sont de la com’ et leur discours, leurs pratiques, ont fini par recouvrir ceux des politiques et de ceux qui veulent être, désespérément, des journalistes.

La lettre d’Aude Rossigneux à la direction du Média

Chers pilotes, copilotes, stewards et cher(e)s camarades,

Hier, l’annonce de mon éviction du journal, et de mon licenciement du Media m’a assommée au point que je n’étais pas en mesure de répondre comme je l’aurais voulu. Je ne suis pas sûre d’être encore en état d’affronter un dialogue direct. Écrire est une façon de parler sans être interrompue. Voilà ce que j’aurais pu dire si la force ne m’avait manquée. Je suis arrivée au Média parce qu’on est venu me chercher. J’étais alors la femme de la situation, parée de toutes les vertus. Trop, peut-être… L’idée d’une télé différente, engagée mais libre, portée par ses téléspectateurs et non par l’argent, d’une rédaction unie par un idéal commun mais où seraient respectées les individualités m’a enthousiasmée. Je m’y suis lancée à corps perdu, et pendant la période de pré-lancement, j’ai été envoyée au charbon chez les confrères plus ou moins bien disposés, pour présenter et défendre le projet. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je me suis exposée…

J’ai été chargée de la plus lourde responsabilité, celle de recruter une équipe. Je n’ai pas à rougir du résultat : avec ses faibles moyens, la rédaction est performante, unie, et d’un engagement total. Trop, peut-être, j’y reviendrai. Tout ce travail, je l’ai fait bénévolement, sans recevoir un sou pendant plusieurs mois. Je ne le regrette pas, je demande seulement qu’on s’en souvienne. Pendant la période de lancement proprement dite, je n’ai pas davantage ménagé ma peine. L’organisation, qui n’est pas mon fait, était sans doute perfectible. L’autogestion c’est plus simple sur le papier que sur le terrain. Mais il a bien fallu faire avec. Et on a fait ! Jusqu’à la limite de nos forces. Ce devrait être une préoccupation majeure du Comité de pilotage : les troupes sont toujours motivées, mais épuisées, et pas loin du « burn out » comme le montrent plusieurs arrêts de travail.

Dois-je porter seule la responsabilité des difficultés, des tensions, et des imprécisions de réglage ? En quoi ai-je démérité ? Qu’est ce qui me vaut ce traitement d’une violence et d’une brutalité qui me laisse dans un état de sidération. Une brutalité qui n’est pas exactement conforme à l’idée que chacun se fait d’un « management » de gauche. Une brutalité qui serait peut-être un sujet pour Le Média si elle était le fait d’un Bolloré… Un dernier mot sur la brève conversation que j’ai eue, à la fin de notre rendez-vous d’hier, avec Sophia, qui m’a demandé comment on allait « gérer la communication » à l’extérieur, et si j’allais faire du mal au Média en popularisant mon éviction. Comment peut-on me soupçonner d’une telle petitesse ? J’ai tissé avec la rédaction des liens de confiance, d’estime, et d’amitié. Mes camarades peuvent compter sur ma loyauté. Et si mon éviction risque de « faire du mal » au Media, qui en est responsable, ceux qui le décident ? ou ceux qui en parlent ? Cet épisode est une blessure. Je ne renie rien de l’esprit du projet que j’ai défendu. Et que je continuerai à défendre. Le voir abimé n’est pas un plaisir, c’est une souffrance.

Je n’avais peut-être pas mérité, il y a quelques mois, cet excès d’honneurs. Le Comité de pilotage s’honorerait en m’expliquant en quoi je mérite à présent cet excès d’indignité. Salut et fraternité

Aude

bernard-gensane.over-blog.com


Commentaires

Logo de jepelia
Bolloré chez Les Insoumis
mardi 27 février 2018 à 07h13 - par  jepelia

Je n’aime pas les gens qui se plaignent et pleurnichent, type je suis gentil et eux sont vilains. A quelques exceptions, on ne vire pas les employés sans raisons, qu’elles soient professionnelles, politiques ou privées. Il manque quelque chose à ses explications.
Il y a peut-être eu un manquement au contrat. Et cela vaut mieux maintenant en période d’essai que dans 6 mois ou 1 an.
Saura-t-on la vérité un jour ?

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

L’Europe renonce à réguler les blogs

vendredi 26 septembre 2008

Rédaction en ligne
vendredi 26 septembre 2008

Le Parlement européen a rejeté l’idée de mettre de l’ordre dans le statut juridique des blogs, qui avait suscité un certain émoi chez les internautes.