17.544.153 euros de munitions pour la police…

Combien de mutilations, de vies brisées, de morts à venir ?
jeudi 14 juin 2018
popularité : 1%

Par Paul C.

Quand je pense que je viens de boucler notre déclaration d’impôts et que l’argent que nous allons verser à l’État (ou que nous avons déjà versé) afin de pourvoir au bien commun va peut-être servir à réprimer, à blesser, ou à tuer, des gens qui dénoncent simplement les injustices dont ils sont victimes et œuvrent pacifiquement à la construction d’une société nouvelle. Face aux cheminots, aux étudiants, aux Zadistes, à tous ceux qui ne supportent plus la suprématie idiote de l’argent facile, la répression a été particulièrement violente ce printemps.

(Le cow-boy casqué, ci-contre, c’est Gérard Collomb…)
Il n’est pas facile de dresser la liste de tous ceux qui ont payé une lourde facture simplement à cause de leur présence en un lieu où le pouvoir ne voulait pas qu’ils soient, mais elle est longue ! Ne comporterait-elle d’ailleurs qu’un ou deux noms, elle serait de toute manière trop longue. Blessures aux yeux, aux visages, mains arrachées, traumatismes divers… sont devenus des séquelles d’une banalité navrante après chaque rassemblement. Dans les années qui ont suivi les événements de Mai 68, la répression provoquait l’indignation et faisait la une des journaux. Actuellement, on annonce une centaine de blessés plus ou moins graves et plusieurs centaines d’interpellations brutales comme un simple fait divers… « La police a eu la main lourde ; mais ce sont des casseurs ma bonne dame ! » Jeunes, vieux, hommes, femmes, agriculteurs, paysans… Tous sont logés à la même enseigne et les bavures policières sont systématiquement excusées. On peut tuer un agriculteur d’une balle dans le dos sans que cela ne perturbe le traintrain quotidien. Beurk ! Le ministre de l’Intérieur apprécie en connaisseur « le travail » accompli à NDDL… sans commentaires !

(Une solution pour le recyclage de ça, Monsieur Hulot ?)
Dix-sept millions d’euros pour des grenades et des fusils lanceurs… alors qu’on annonce la suppression de milliers de postes dans feu les services publics pour lutter contre les dépenses inutiles ! Va-t-on en arriver à employer les méthodes du gouvernement israélien qui envoie des tireurs d’élite abattre les manifestants palestiniens comme des chiens, n’hésite aucunement à tuer ou à blesser gravement ceux qui tentent de les soigner ? Cinquante ou cent morts à Gaza, cela occupe autant de place dans les journaux dits d’information qu’une coulée de boue à Trifouilly-les-Oies ou un sac à main arraché. Ce gouvernement est-il prêt à faire régner la paix sociale en envoyant des commandos d’élite sur les toits pour abattre les soi-disant agitateurs professionnels que sont les responsables syndicaux ou les écologistes (les vrais, pas ceux qui écologisent à la télé) ? On se gargarisait de politique « vertueuse », de modèle suédois ou finlandais… Va-t-on opter pour le modèle israélien ou brésilien ? « La République En Marche » se dirige droit vers le XIXème siècle, l’âge d’or où il n’y avait ni protection sociale, ni retraites, ni éducation supérieure pour les couches populaires. À quand la durée du travail portée à 60 heures et l’âge de la retraite fixé à 80 ans ? On sent bien qu’il est tendu notre bon président… Casser un ensemble de mesures sociales et de services que le bon peuple a mis des dizaines d’années à construire, c’est difficile à faire passer ! C’est plus simple de parader à l’étranger ou d’organiser des garden-parties ! Les véritables casseurs c’est lui et toute la bande de financiers qui dictent sa politique savamment planifiée. Mais c’est le prix à payer pour rester le serviteur des gros portefeuilles ; même les représentants de commerce ont parfois plus de liberté. Le politicien, lui, est là pour faire avaler coûte que coûte les pilules amères du traitement qu’ont ordonné les chercheurs d’or. L’art du bateleur c’est de faire croire que tout cela c’est pour le bien commun, pour protéger la France de tous ces populistes qui en veulent à la « démocratie », oui mais laquelle ? Celle de la matraque ? Beurk deux fois !

(Tiens, prends ça dans ta gueule !)
Quand je pense que, non content de payer mes impôts pour envoyer des missiles sur la Syrie et des blindés sur les bergeries de Notre-Dame-des-Landes, j’ai le triste privilège de connaître des gens qui ont voté pour ce pantin cynique soi-disant pour nous protéger du péril blond ! Je suis fier de faire partie de ceux qui ont décidé qu’ils ne participeraient pas à ce Monopoly à trois sous. Je suis inquiet car je crains que la vague bleu marine ne prenne d’autres couleurs pour revenir en force quand les exactions de ce gouvernement auront porté l’exaspération du bon peuple à son comble. D’autant que d’ici là, nos médias bêlants auront bien réussi à convaincre une tranche supplémentaire de la population que ce sont les zadistes, les migrants et les chômeurs qui sont responsables de tous leurs maux. Il est difficile à la fois de pousser son Caddie, de le remplir et de réfléchir, quand on a huit ou dix heures de turbin dans les jambes… Plus facile de taper sur plus petit que soi... L’ordre public se mérite : quelques milliers de grenades, quelques vies brisées, quelques années de prison distribuées à la volée… Un domaine pour lequel on ne va pas lésiner sur les dépenses : caméras de plus en plus sophistiquées, logiciels de reconnaissance faciale de plus en plus élaborés, tests et fichages ADN à qui mieux mieux coûtent une fortune. La société que nous promettent Mr Macron et ses homologues européens sera de plus en plus policière. Une évidence : plus l’écart entre les fortunes va se creuser, plus il sera nécessaire de contenir les révoltes populaires. Des jeux idiots, des grenades meurtrières, mais de moins en moins de pain. En avant !

(C’est très exagéré ! La France vend aussi du Sparadrap…)
Mais rassurez-vous, les armes françaises ne sont que minoritairement destinées à estropier des manifestants bien de chez nous. La majorité de nos engins sont testés loin d’ici, de préférence sur des populations pas trop fréquentées par les médias… Notre glorieuse République peut s’enorgueillir d’un autre chiffre mirobolant : 8,3 milliards d’euro de ventes d’armes à l’étranger pour la seule année 2017. Les contribuables français reconnaissants remercient les enfants yéménites (entre autres) pour leur sanglante et involontaire participation au redressement de la balance des comptes du berceau mondial des Droits de l’Homme et du Citoyen. Peut-être pourrions-nous faire un geste et octroyer la nationalité française à l’un de ces gosses estropiés par les armes vendues à l’Arabie Saoudite, qui – pensait-on – ne devaient en aucun cas servir à faire la guerre !

Bon, ça y est, je vous ai cassé le moral ? Allez donc lire dans le dernier numéro de l’excellente revue « l’âge de faire » le reportage consacré à l’étonnant GAEC de la Fournerie. Cette bande de jeunes paysans délinquants ne propose ni grenades, ni matraques, mais offre un impressionnant échantillonnage de produits bios maison… Fonctionnement coopératif, salaires égaux, décisions prises collectivement… On est bien loin du monde jupitérien. Informez vous sur l’histoire de Scopti, branchez vous sur le réseau REPAS et ses entreprises solidaires… et restez à l’affût de ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes… Il faut construire, mais aussi défendre ce à quoi nous tenons. Dans l’indifférence et le silence médiatique, la répression devient plus sournoise et plus terrifiante aussi… Face à nos rêves, leurs grenades mortifères !

lafeuillecharbinoise.com


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

mercredi 14 janvier 2015