Les lobbyistes sont là

mardi 18 septembre 2018
popularité : 1%

Par Fabrice Nicolino

Amis et lecteurs, il me semble qu’il faut serrer les dents et se concentrer sur ce qui compte vraiment. Le Grand Appel des Coquelicots est d’ores et déjà un magnifique succès (nouvoulonsdescoquelicots.org), mais il se heurte comme de juste au lobby des pesticides. Dans le nouveau livre (Nous voulons des coquelicots, LLL) que nous consacrons aux pesticides, François Veillerette et moi-même montrons à quel point il est organisé, et dangereux. D’autant plus dangereux qu’il est blessé, et sur la défensive. Je vous conjure de faire face, sans surenchère, mais sans faiblir un instant. Lisez donc la suite.

Un lecteur vient de m’envoyer ceci

de Sylvain,

coucou Fabrice.

Bravo pour ton appel que je signe et partage autour de moi.

En parallèle je discute (sur Facebook) avec des personnes qui remettent en cause la pertinence de cet appel, en particulier sur 3 points :
1 - Ton appel visent uniquement les pesticides de synthèse. Quid des pesticides “bio” qui semblent eux aussi être dangereux pour l’environnement.
2 - Beaucoup me ressortent l’argument que tout est poison et que c’est la dose qui fait que quelque chose n’est pas poison.
3 - Pas de pesticide ? OK mais alors comment va t-on nourrir la planète ? Sur ce point, je leurs sors les arguments de Marc Dufumier, mais ça n’a pas l’air de les convaincre.

Ainsi, je me retrouve le cul entre 2 chaises :
D’abord l’envie de défendre mordicus le contenu de cet appel mais avec un manque cruel d’arguments pour le faire n’étant pas spécialiste du sujet.
Et le sentiment un peu coupable de penser que parmi les arguments brandis par les détracteurs de l’appel il y a peut être de choses vraies.
Voici 3 exemples d’articles que j’ai reçu, et qui, j’avoue, peuvent un peu faire vaciller les convictions que j’ai et qui sont porté par ton appel : peudo-sciences.org - agriculture-environnement.fr - forumphyto.fr

Salut à toi

Ma réponse

Cher Sylvain,

Tu perds hélas ton temps et ton énergie, car ces arguments circulent en boucle à l’initiative directe ou indirecte du lobby. Il faut comprendre comment cela fonctionne. Ce lobby dispose de fonds sans limites ou presque et appointe un nombre x de faux débatteurs – à mon sens et pour l’heure entre 15 et 20 personnes – qui écument les réseaux sociaux et organisent des « dialogues » à la manière dont une araignée – dieu que j’aime pourtant cet animal – dialogue avec ses proies. Le tout est fortement documenté, ainsi qu’on a pu voir en septembre 2017 dans le journal Le Monde, qui décrivait les coulisses des Monsanto Papers.


Cette firme agrochimique entretient un authentique cabinet noir qui organise la ruine de la réputation des scientifiques – et des journalistes – qui lui déplaisent. Et fait endosser par des scientifiques corrompus – oui, cela existe aussi – des articles rédigés en fait par ses services commerciaux. Il est temps d’ouvrir les yeux en grand. On ne peut dire abstraitement que l’industrie des pesticides est devenue criminelle. Il faut aussi apprendre ensemble à considérer ses manœuvres concrètes. Je vais vous donner un exemple concret. Un certain Emmanuel Grenier tweete sans jamais s’arrêter des messages comme : « Article hallucinant de #Nicolino dans @Charlie-Hebdo Il demande carrément de mettre fin à l’indépendance des scientifiques de l’Anses.fr. Il veut que les scientifiques obéissent à Macron. C’est plus Nicolino, c’est Nicolyssenko ».

Bon, c’est grotesque, mais le sieur s’adresse à son camp rétréci et entend mobiliser ses maigres troupes. Il ne s’agit jamais que de disqualifier. Ainsi, ce n’est pas Nicolino qui signe le papier sur l’Anses de cette semaine, mais Charlie tout entier. L’article ne vise pas « les scientifiques », fussent-ils de l’Anses, mais son directeur Roger Genet, accusé d’être un militant propesticides. Quant à obéir à Macron, hum ?

C’est grotesque, mais éclairant. Car Grenier – et tous ses compères, comme Rivière-Weckstein – appartient à un groupe très identifié de lobbyistes professionnels. Admirateurs sans complexe des nitrates, du nucléaire, des pesticides, négateurs jusques et y compris du trou dans la couche d’ozone. Grenier a été l’une des chevilles ouvrières de l’« Institut de l’Environnement », créé en 1999 pour réhabiliter les nitrates. À l’initiative de très gros de l’agro-industrie bretonne, comme Doux, Gourvennec ou Bernard Salaison. Cet « Institut » a même organisé au Sénat un colloque – les 13 et 14 novembre 2000 – pour réhabiliter les pauvres nitrates. Parmi les contributeurs, Emmanuel Grenier, qui signait une intervention mêlant l’interdiction du DDT, le plomb, la couche d’ozone, l’arrêt de Superphénix, et un sombre complot. Et Grenier était, aux dernières nouvelles, le trésorier de l’Association des journalistes de l’environnement. Pas mal, non ?

Si vous voulez en savoir plus et diffuser, lisez donc cela.

Et vous m’en direz des nouvelles. Et voyez plutôt d’où viennent ces si graves gens : La préhistoire de messieurs Grenier et Rivière-Weckstein

fabrice-nicolino.com


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant