Ce n’est pas compliqué, c’est complexe ...

Et pourtant si simple !...
vendredi 4 août 2006
par  Mohamed Mouras
popularité : 1%

Par Mohamed Mouras

En cela réside une grosse différence, une distinction fondamentale. Une situation qu’on qualifiera de compliquée (le degré de complication étant en fait fortement lié à la personne qui observe et/ou vit la situation) peut poser de véritables difficultés en ce sens que la compréhension des données dudit problème peut devenir très rapidement un gigantesque « sac de nœud ».

Pourquoi ? La complication d’un problème n’amène pas vraiment d’éléments de réponses, il va davantage s’agir de réfléchir à des données qui n’en sont pas ! En fait il y à la un premier obstacle de vocabulaire. Des données, ce sont des faits, vérifiés et revérifiées, or nous avons pu constater que les données, il faut entendre par là les faits, qu’on nous assène se révèlent être des mensonges. Le temps donne raison à cette théorie.

La planète entière, aujourd’hui est au courant : Il n’y a pas plus d’armes de destructions massives en Irak qu’il n’y à de monstres sous le lit de nos enfants. Certains me rétorqueront que pour les monstres nous n’avons pas encore vérifié, je leur répondrais qu’ils ont parfaitement raison, nous sommes ici pour nous en tenir aux données donc aux faits. Nous sommes donc dans l’obligation, aujourd’hui de traiter non pas le vrai du faux, mais l’information de l’opération de communication ! Il ne s’agit plus de regarder le JT et de se faire une opinion mais de filtrer les sources d’informations pour au final retenir, ce qui semble être vrai. Il y à là un second danger, la sélection des sources d’informations n’amène pas a rechercher systématiquement la vérité, il va s’agir pour la plupart d’entre nous de rechercher l’information qui nous fait écho, celle qui paraitra la plus vraie mais qui au final ne fera quenous conforter dans l’idée préconçue que nous nous faisons du monde. Certes la paranoïa n’a pas encore été diagnostiquée chez la plupart d’entre nous mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas là, à des degrés divers et variés.

Une situation complexe n’est pas forcément compliquée, au sens où nous l’entendons habituellement. Cependant la confusion est savamment entretenue. Pourquoi ? De la complexité peut naitre l’explication, la solution, ce n’est pas le cas de la complicationqui n’entraine que confusion pour au final engendrer elle-même l’abandon. La complexité si elle est perçue en tant que telle peut amener l’homme à dépasser ses clichés mentales habituels, autrement dit les clichés qu’il s’est créer lui-même et dans lesquelles il a fini par s’enfermer. La complication ou plutôt la confusion des deux n’a pas cet effet, c’est pour ainsi dire le parfait contraire. L’Homme est Homme et devant une situation compliquée (c’est-à-dire complexe mais sans les données, les faits) il est amené de la manière « la plus naturelle qui soit » à se tourner vers ce qu’il croit être la simplicité, qui se trouve en l’état n’être qu’abandon pur et simple. C’est humain ! Tout ceci nous amène lentement mais surement vers « la crise » au Moyen-Orient, comme nos médias aiment s’entendre dire.

La situation Israélo-palestino-libanaise parait véritablement inextricable. En l’occurrence nous nous abstiendrons de mêler d’autres pays comme la Syrie, l’Iran ou encore bien évidemment l’Irak, pourtant une analyse prétendument fine ne peut occulter ces pays sans perdre nombres de données nécessaires à la bonne compréhension du « Grand-Orient ». Nos médias compliquent volontairement une situation qui est certes compliquée mais qui prend ses racines dans des problèmes au final assez simples. « Israël à le droit de se défendre », personne ne contestera une telle évidence, je ne contesterai pas une telle évidence. Comme tout un chacun, je n’ai pas de réponses, tout au plus des bribes d’informations que je m’évertue, non sans mal, à collecter afin de m’approcher de l’idée que je me fais de la vérité.

Comme tout un chacun les réponses que j’obtiens font que je me pose sans cesse de nouvelles questions, certaines complexes et d’autres malheureusement compliquées. La question centrale, là voilà : Pourquoi Israël à-t-elle choisie de s’installer dans le pire endroit de la planète ? Pour les Arabes, c’est évident mais aussi et surtout pour elle-même ? Nous n’aurons pas le défaut de croire que les Humains se soucient de ceux qui d’une manière ou d’une autre ne leur sont pas affiliés. Israël serait donc si peu intéressée par le sort des siens ? Bien évidemment le sol qu’elle convoitait est une terre sainte ! Il est à se demander si cette terre l’était vraiment, pourquoi Israël est si prompt à y déverser le sang de tous ceux qui lui font barrage mais aussi et surtout de celles et ceux, hommes, femmes et enfants, qui ne faisaient que passer par là... Certes cette question n’amène probablement rien de nouveau et encore moins une solution productive. Celui qui se focalise sur le passé jamais n’avancera ! C’est vrai mais vous l’avouerez, c’est criant de simplicité !

Nous nous focalisons sur ce qui nous divise alors qu’en réalité nous nous ressemblons tellement ! Certains jours ca m’en dégoute...et d’autres je trouve ca magnifique mais la plupart du temps...j’en pleure...

Mohamed Mouras


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois