73 ans et le mont Jovet pour gâteau d’anniversaire !

mardi 20 novembre 2018
popularité : 3%

Par Yves Paccalet

J’ai expérimenté l’opération chirurgicale (jamais connue jusque-là), sternum ouvert en long et thymus supprimé, tout va bien côté santé, merci à la science, mille mercis au Professeur François Tronc !

Moins d’un mois après mon ouverture de poitrine (quelle générosité, chez ce type !), et le jour de mes 73 ans, la grimpette s’impose. Chaussures de montagne et crapahut (avec la jeune Céline), depuis le hameau perché de la Cour, 1 563 m d’altitude, jusqu’au sommet de la montagne de mon enfance, 2 563 mètres, pile 1 000 mètres de dénivelé. Splendeur des hautes terres aux herbes brun-jaune de fin d’automne. Avec cette saison bizarre qui tire en longueur, piquetée de pensées des Alpes, de potentilles et de benoîtes épanouies ! Le chalet-refuge est fermé, bien sûr. Casse-croûte quand même, avec au dessert une poire bon-chrétien fondante et succulente, ramassée sous l’arbre.

Un peu de neige sur la pente finale, juste pour la décoration... Le grand soleil illumine la ronde des cimes qu’indique la table d’orientation (plus que centenaire) : Beaufortain et Pierra Menta, massif du Mont-Blanc (mont Blanc et Jorasses incluses), Grand Combin et dent d’Hérens (en Valais suisse), toute la Vanoise en cadeau d’anniversaire, et jusqu’à la Meije, à la Barre des Écrins, aux aiguilles d’Arves, à l’Étendard... J’ai contemplé par toutes les météos et dans toutes les lumières, ce panorama à nul autre pareil, depuis que mon père m’y a emmené pour la première fois, quand je n’avais pas sept ans.

Le temps fait sa boucle, je le sais ; et il ne retombe pas sur la case naissance et enfance... Je hume le vent, les rayons de lumière, la neige, les rocs, l’herbe recroquevillée, la splendeur du ciel et des Alpes, et ma chance de faire encore partie de ce monde, pour un moment d’émerveillement, pour un rab de parcours au titre du vieux qui marche là-haut sans trop souffrir ni s’essouffler, et qui tente au retour d’écrire son plaisir d’avoir été et d’être toujours un peu, sur cette planète pleine de grâce. Le mont Jovet : un jour j’en ferai partie physiquement, au titre du recyclage de mes molécules devenues obsolètes, trop démembrées, trop clairsemées...

Je continuerai de contempler, d’une façon ou d’une autre, ces hautes terres où je suis heureux comme un chocard dans le vent, et sur lesquelles je souhaite que les enfants nés ou à naître puissent jouir des mêmes extases que les miennes.


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant