Nous voulons des coquelicots” : demander l’interdiction des pesticides, c’est être intégriste ?

samedi 29 décembre 2018
popularité : 2%

Par Le Partageux

Rassemblement “Nous voulons des coquelicots” le vendredi 4 janvier à 18h 30 devant TA mairie. Pour l’interdiction des pesticides. Deux petits bouts glanés sur la toile au sujet du ministre de l’Agriculture et au sujet des pesticides.

Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, n’épinglera pas à sa boutonnière notre cher coquelicot, car a-t-il dit sur France Culture ce 20 décembre, “il n’a pas à arborer de coquelicot”. Tant mieux, car il aurait fallu le lui enlever. Que pense notre grand personnage de nous, les 450.000 qui ont déjà rejoint notre Appel (pour l’interdiction des pesticides) ? Ceci : “Je me bats toujours contre les intégristes.” Ce mot, rappelons-le, a d’abord été utilisé pour désigner les partisans d’un évêque fasciste, Mgr Lefebvre, puis par extension l’intégrisme musulman, pratiquement synonyme de djihadisme. Un ministre de la République rapproche du crime les amoureux de la vie, des oiseaux, des abeilles, de la beauté du monde ! Nous en sommes là. Bien sûr, et chemin faisant, il ment comme un arracheur de dents, n’hésitant pas à prétendre sans rire : “Moi qui suis un militant du bio. Un militant de la transition agro-écologique.” On voit que les éléments de langage fournis clés en mains à tout ministre n’auront pas été perdus. » (Fabrice Nicolino, président de Nous voulons des coquelicots)

Quant aux pesticides, il faudrait un livre, des livres, de véritables bottins pour évoquer toutes les tragédies, surtout au Sud, dont ils sont les coupables. On soupçonne leur responsabilité dans une infinité de maladies et troubles graves : cancers, dysfonctionnements hormonaux et de la reproduction, diminution stupéfiante du nombre moyen de spermatozoïdes dans l’éjaculat, etc. Même les chiffres officiels ne parviennent plus à masquer qu’il se passe quelque chose de très, très troublant. Car de 1975 à 1995, selon le secrétariat d’État à la Santé, les cancers ont augmenté en France de 21 % chez les hommes et de 17 % chez les femmes. Crotte ! On croyait que les pollutions, grâce aux efforts de MMrs Chirac et Mitterrand notamment, n’avaient cessé de diminuer depuis trente ans.

Il doit y avoir un truc. Et en effet : le principe de précaution n’est pas bien loin d’être objectivement inapplicable. Voici pourquoi : jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la chimie restait confinée à quelques utilisations industrielles. Savez-vous bien qu’on ne distribuait pas alors de sacs en plastique par milliards ? Entre 1940 et 1982, la production mondiale de substances synthétiques a été multipliée par… 350 ! En 1992, les glorieux États-Unis ont sorti de leurs usines 220 millions de tonnes de produits chimiques carbonés, soit 800 kilos par personne. Au total, 100 000 produits chimiques différents sont actuellement en vente et 1 000 nouveaux viennent les rejoindre chaque année. Une fraction négligeable – 100, 200 peut-être – est testée avant la mise sur le marché, et seulement pour une partie de leurs effets possibles.

Le pire, aussi vertigineux que cela paraisse, n’est pas là : personne, aucune institution humaine n’est seulement capable d’imaginer quelles interactions provoquent ces masses colossales. Entre elles, avec l’environnement, in fine avec nous. (Fabrice Nicolino)

Nous voulons des coquelicots. Ce n’est qu’après la tenue des rassemblements que l’on connaît leur nombre exact. Y’en a toujours qui font leur déclaration après la bataille…
502 rassemblements le 5 octobre.
647 rassemblements le 2 novembre.
830 rassemblements le 7 décembre.
Prochain rassemblement des coquelicots le vendredi 4 janvier à 18h 30 devant TA mairie. Pour l’interdiction des pesticides.

yetiblog.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant