L’Europe : une issue démocratique

lundi 20 mai 2019
popularité : 1%

Par Gérard Charollois

L’immense majorité de nos contemporains demande l’abolition de la torture tauromachique et de la chasse à courre, ce que confirment toutes les enquêtes d’opinion. Or, l’abominable corrida et la calamiteuse chasse ne seront pas abolies parce qu’à l’échelon national, les lobbies, les réseaux, les copinages bafouent la volonté démocratique de 80 % des citoyens.

Le financement des campagnes électorales, le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, l’existence d’un sénat conservateur, le choix du monarque électif par une petite caste affairiste et médiocre de ploutocrates avant validation par un suffrage universel guidé vicient irrémédiablement la démocratie dite représentative. En France, les lobbies font la loi. Aussi, écœurés, nombre de citoyens se désintéressent de la vie publique et n’ont plus que mépris pour la classe politique. Ces jours-ci, dans le département de la Drôme, les élus locaux fulminent avec les éleveurs et les chasseurs contre les loups. Qu’une centaine d’arriérés veuillent engluer le passereau, l’écraser sous une pierre dite "lecques ou tendelle", exterminer l’ours ou tuer le bouquetin, le sénateur et les maires du secteur appuieront les délires contre nature de ces attardés.

Les mafias omnipotentes localement ne pèsent pas lourd à l’échelon européen. Les tartarins agités qui veulent piéger aux gluaux les passereaux, tuer les ours et les loups et fusiller la tourterelle des bois font très peur aux petits élus locaux et aux préfets soucieux que rien n’altère leur carrière dans leurs exils bucoliques, mais ces chasseurs ne représentent qu’une poignée d’obscurantistes à l’échelon européen. C’est la raison pour laquelle l’Union Européenne a pu nous donner des directives en faveur des oiseaux, de la faune, des milieux naturels, de meilleures conditions d’élevage des animaux, mesures que les gouvernements français ont bien souvent freinées. Qui élabore les normes juridiques européennes ? Vous. Les règlements qui s’appliquent directement dans le Droit interne des États et les directives qui doivent être transposées en Droit interne sont adoptées en codécision par le Parlement Européen que vous allez élire le 26 mai et par le conseil des ministres qui représente les États membres.

Inutile de vous préciser que le parlement, élu très démocratiquement au scrutin proportionnel, garantira davantage la nature, les animaux, la santé publique, l’intérêt des gens que le Conseil des ministres, organe plus sensible aux petits lobbies mafieux dont vous connaissez la nuisance absolue. D’aucuns fustigent l’Europe en confondant les institutions et les hommes qui les animent. Oui, l’Europe a été politiquement dominée par des libéraux adorateurs du Marché, de la concurrence, de la compétition, avec leurs dogmes des « sacrifices » sociaux et des compromis avec les intérêts économiques des firmes. Les dirigeants de l’Europe, émanation des élections, émargeaient à la secte libérale qu’obsèdent la dépense publique qu’il faut sans cesse réduire, l’abandon des Droits sociaux et la célébration religieuse de la liberté farouche du commerce et de l’entreprise.

Cette critique que je partage tient au fait que le peuple ait choisi une majorité conservatrice/libérale. Si demain les sociaux et les écologistes devenaient majoritaires en Europe, les critiques justifiées sur le caractère dogmatique de l’institution tomberaient. C’est une Europe souveraine qui abolira la corrida, la chasse, les petits copinages des féodaux locaux, très puissants dans leurs fiefs, insignifiants à l’échelon d’une vaste union. Les USA possèdent un Trump, le Brésil un Bolsonaro, la France un Macron. On doit condamner leurs politiques mais cela n’implique pas une condamnation des USA, du Brésil et de la France. Condamnons et combattons l’ordo-libéralisme des conservateurs européens, mais sachons que la civilisation n’avancera que par l’Europe, une Europe écologiste et sociale qui adapte la société au vivant et qui cesse de demander au vivant de s’adapter aux lois délétères du Marché.

Le 26 mai, votons pour faire échec aux partis de chasse, béton, pesticides et traditions. La ploutocratie mondiale s’accommode trop bien de l’abstention des réfractaires, abstention qui la sert. Quand se taisent les meilleurs, on ,’entend que les pires. Ne les laissez pas nuire à l’arbre, l’animal et l’homme. Ma patrie, ma nation, mon parti et mon appartenance s’appellent l’universel et le vivant. Pour l’heure, le vivant souffre et meurt. Changeons. Votez !

Gérard Charollois

ecologie-radicale.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Indignez-vous !

jeudi 16 juin 2011