La French touch s’exporte en Birmanie

samedi 10 novembre 2007
popularité : 2%

De Margerie, Kouchner, même combat. En Asie cette semaine, le ministre des Affaires étrangères n’a pas manqué de soutenir ses petits copains de Total englués dans la rébellion des bonzes.

par Olivier Dours

Le Pdg de Total, Christophe de Margerie, ne recule devant rien pour sauver la peau de sa société en Birmanie. Le 16 octobre, il a quelque peu divagué devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Répondant à une question du président Axel Poniatowski, de Margerie a ainsi affirmé que ni Aung San Suu Kyi, ni les représentants de l’opposition birmane, « n’ont demandé le départ de Total ». Il s’est également flatté du «  sentiment partagé par un grand nombre de gens sur place (en Birmanie) ainsi que par tous les témoins qui s’y sont rendus, selon lesquels les activités de Total sont nécessaires et doivent être pérennisées dans l’intérêt du peuple birman qui en est le bénéficiaire direct ».

Des propos que le Premier ministre du gouvernement birman en exil, Sein Win, et son représentant à l’ONU, Than Htun se sont empressés de contredire lors de leur nouveau séjour parisien à la fin du mois d’octobre. Et oui, dès 1992, les démocrates birmans ont demandé à Total de renoncer à son projet de gazoduc qui achemine du gaz de la Birmanie vers la Thaïlande pour produire de l’électricité. Pire encore, depuis sa mise en service en 2000, ils réclament à corps et à cris l’interruption de cette perfusion financière qui a déjà rapporté quelques trois milliards de dollars aux généraux birmans. Pas de doute, pour l’opposition, Total est le principal artisan du passage de la junte du statut infâmant de « narco-dictature » à celui plus présentable de « gazo-dictature ». Lors d’une conférence de presse à Paris le 31 octobre, MM. Sein Win et Than Htun se sont d’ailleurs étonnés qu’il n’ait été tenu aucun compte de la lettre adressée au gouvernement français à la veille du conseil européen de Luxembourg le 8 octobre. Le gouvernement birman en exil y réclamait la mise en place de sanctions efficaces qui passent nécessairement par une saisie ou un contrôle international de l’argent du gaz. Au final, les ministres européens ont d’emblée exclu les hydrocarbures du domaine des sanctions. La faute aux pressions françaises, sans doute.

Pour se consoler de ses malheurs, Christophe de Margerie peut toujours aller pleurnicher chez Bernard Kouchner : le sémillant ministre français des Affaires étrangères a jadis officié comme consultant pour Total-Birmanie. Cette semaine, le french doctor s’est livré à une étrange danse du ventre dans les pays avoisinant la Birmanie où il était en visite. À Singapour le 29 octobre, il a proposé une nouvelle idée fumeuse : un projet de fonds d’aide à la Birmanie qui permettrait de faire financer par la communauté internationale des micro-crédits pour aider le pays à se développer, à condition que la junte se démocratise. Le tout sous l’égide de la Banque Mondiale… qui ne peut plus opérer en Birmanie suite à un veto américain.

Le 30 octobre à Bangkok, Kouchner en rajoute une couche en vantant les bienfaits du gazoduc de Total pour les peuples birmans et thaïlandais. Enfin, le 31 octobre à Pékin, il tente d’amadouer les dirigeants chinois pour les inciter à ramener à la raison leurs protégés birmans en leur glissant que Nicolas Sarkozy saura s’abstenir de recevoir le Dalaï Lama, attendu à Paris à la mi-août 2008. Pas comme un certain George W. Bush.

Humour birman

Sous la torture, des moines finissent par répondre à la question : qui est votre chef ? « Il s’appelle Siddharta. » L’identité et le signalement du fauteur de troubles montent les échelons de la hiérarchie en vue de l’établissement d’un mandat d’arrêt diffusé nationalement, lorsqu’un gradé plus fûté que la moyenne s’avise qu’il s’agit du Bouddha historique né il y a 2500 ans à Kapilavastu, dans l’actuel Népal…

bakchich.info


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois