Ponctuation

De cette beauté à mettre des points de suspension partout...
samedi 28 septembre 2019
popularité : 2%

Par Rosemar

"Elle avançait vers lui... elle était si belle... de cette beauté à mettre des points de suspension partout...", a écrit David Foenkinos, dans son roman intitulé La délicatesse.

Venu du latin "pŭnctum", "piqûre", formé sur le participe passé du verbe "pŭngĕre" : "piquer, poindre, frapper", le mot "point" a pris une multitude de significations. Ce petit mot d’une seule syllabe correspond parfaitement, par sa brièveté, à l’idée qu’il désigne : une petite piqûre d’épingle, à l’origine... Labiale "p" à l’initiale, voyelle nasalisée "oin", ce mot évoque immédiatement la notion de piqûre. D’autres mots appartiennent à la même famille : "pugilat, poing, pugnace", en relation avec l’idée de "frapper", contenue, aussi, dans le verbe "pungere"...

Ce petit mot "le point" possède, quant à lui, une multitude d’emplois et de significations : point de couture, point d’écriture, score d’un jeu, endroit précis, douleur piquante etc. Le point est, également, un petit signe qui marque la fin d’une phrase... il se décline en point virgule, point d’exclamation, d’interrogation, de suspension... Belle variété dans ces éléments de ponctuation ! Ils peuvent souligner l’admiration, l’étonnement, l’indignation, la révolte... Les points de suspension peuvent traduire une idée indicible, un trouble, un désarroi, une hésitation, une attente !

Quelle richesse dans cette ponctuation ! Au nombre de trois, les points de suspension forment un trio indissociable : ils étirent la phrase à l’infini, la prolongent dans une forme de rêverie... Ces trois points sont comme une ouverture sur un autre monde. J’aime les points de suspension : ils ouvrent des perspectives, ils font entrevoir des infinités de possibles. Ils ouvrent les portes du rêve...

Le point d’interrogation est comme une boucle, une bulle ouverte qui monte et envahit l’espace. Il fait s’élever le son de la voix, il souligne des révoltes, il permet de s’indigner, de s’emporter.

Le point d’exclamation se dresse, aussi, pour amplifier la voix : marque d’admiration, de désarroi, d’étonnement, il est bien droit, rectiligne et plein de force !

Le point virgule plus discret, plus neutre s’étire vers le bas, plein d’humilité, il ressemble, à s’y méprendre presque, à sa sœur, la virgule.

Les deux points peuvent exprimer une équivalence, un parallèle, une explication, le début d’un discours. Ils se superposent gentiment et annoncent ce qui va suivre.

La ponctuation permet, ainsi, de rythmer les phrases, d’en suivre le balancement, de marquer des intonations subtiles, nuancées ou plus intenses. Ce simple mot d’une seule syllabe, "le point" contient tant de variétés de sens, offre tant de possibilités ! On peut, grâce aux points, découper les phrases, leur donner des intonations si diverses !

Ces piqûres d’épingles, dans un texte, dessinent des sentiments, des émotions, des intentions, des détresses, des bonheurs, parfois !

rosemar.over-blog.com


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le loup est irréfutable

jeudi 31 décembre 2015