Il arrive que tous les livres (et leurs auteurs) ne soient pas respectables

jeudi 14 novembre 2019
popularité : 2%

Par Pierrick Tillet


Quelques exemplaires de livres déchirés (photo ci-contre), un auteur empêché de faire sa conférence et exfiltré d’une université comme un malpropre, et voilà les beaux esprits prompts à monter au créneau de l’indignation outragée. Le livre : « Répondre à la crise démocratique ». Son auteur : François Hollande, un ex-président de la République, défroqué avant d’avoir pu se représenter. L’université : Lille 2, assaillie par des étudiants rendus fous de colère après la tentative de suicide par désespoir d’un des leurs à Lyon.

Les formules ampoulées sur la sacro-sainteté du “Livre” ont bon dos. Pour avoir travaillé plusieurs dizaines d’années dans l’édition, je sais qu’il y a des livres qui méritent le pilon sans concession, des livres devenus de vulgaires produits que ne respectent même pas leurs éditeurs, sauf pour l’argent qu’ils peuvent rapporter ou la propagande qu’ils déversent. Le livre de François Hollande a manifestement été publié dans le cadre d’une vulgaire campagne visant à orchestrer le retour d’un politicien pourtant déconsidéré.

 

Un processus révolutionnaire ne fait pas de quartier

Oui, il y a des livres qu’il ne m’aurait pas soucié de brûler : Mein Kampf, par exemple. Et je vous fiche mon billet que parmi les beaux esprits plus prompts à s’enflammer sur les pages arrachées d’un livre-marketing que sur le corps immolé d’un étudiant désespéré, nombreux sont ceux qui foutraient volontiers le feu à d’autres ouvrages qu’ils abominent : Crépuscule de Juan Branco, par exemple. Quant au torchon du pauvre Hollande, il ne méritait même pas cette vengeresse attention, lui qui s’est tout juste vendu à 940 petits exemplaires en une semaine de battage médiatique. « Là où on commence par brûler des livres, on finira par brûler des hommes », écrivait à juste titre Sigmund Freud en 1938. Mais les Tartufes qui hurlent à l’autodafé d’une vulgaire plaquette électorale, feraient bien de s’aviser que la France traverse aujourd’hui un processus révolutionnaire, d’ailleurs relancé par le soulèvement étudiant récent, et pour lequel l’auteur de l’ouvrage vilipendé porte une écrasante part de responsabilité.

Les révolutions ne font pas de quartier, pas plus dans un camp que dans l’autre – voulez-vous que l’on rappelle le nombre d’éborgnés, d’amputés et de mutilés depuis un an par une police transformée en sinistre milice pour défendre un ordre établi devenu insupportable ? Et oui, lors des révolutions, il arrive que le peuple finisse par bruler ceux qui s’obstinent à l’oppresser et à le détrousser. Pleurnicher au nom d’une démocratie depuis longtemps corrompue et citer un psychanalyste ne sert plus à rien.

yetiblog.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info