Des "acquis sociaux" aux... "privilèges"

Matière à réflexion
samedi 17 novembre 2007
par  Patrick Mignard
popularité : 1%

Depuis des mois nous assistons à des manœuvres sournoises accompagnées d’un florilège de qualificatifs ayant pour objectif avoué de remettre en question ce que nos prédécesseurs ont réussi à conquérir, souvent de haute lutte : retraites, protection sociale, temps de travail, service public,…

La question de fond du sens de ces conquêtes étant beaucoup trop sulfureuse pour le système en place, toute une batterie de discours, et de pratiques, testés timidement par la Gauche au pouvoir, et repris sans hésitation par la Droite conservatrice, fleurissent dans les médias pour stigmatiser celles et ceux qui veulent conserver ces acquis.

HARO SUR LES « PRIVILEGIÉS » !

Les nazis avaient les Juifs, l’extrême droite, les arabes et les noirs, les libéraux ont les « privilégiés »… oubliant au passage (mais peut-on penser à tout ?) que ce sont les propriétaires du capital qui sont les nantis et les vrais privilégiés… sans parler de la classe politique complice de cette mise à mort.

Le terme de « privilégié » a, il faut le reconnaître, une consonance bien particulière dans notre inconscient collectif. Il renvoie à la Révolution Française et à sa fameuse « nuit du 4 août » qui a une place hautement symbolique dans toute mémoire d’écolier-citoyen…

Pour les « privilégiés » c’est/c’était la guillotine… « Pas de quartier pour les privilégiés », « Les privilégiés/aristocrates à la lanterne ! » …

Le Gouvernement actuel privilégiant (décidément !) le superficiel, le médiatique, le sommaire, le faux semblant… a trouvé dans ce terme le parfait repoussoir pour « honnête citoyen »… Il ne reste plus qu’à marteler ce slogan, et les médias s’y emploient, pour faire de cette catégorie de salariés des monstres d’égoïsme et d’ennemi de la cohésion sociale, bref des « ennemis des valeurs de la République » ( ?)

Il faut dire que ces « privilégiés » font désordre dans une vision libérale du monde marchand… En effet, ce sont non seulement des salariés qui ont réussi à arracher des avantages au Capital, qui donc lui coûtent,… et qui, de plus, sont un très mauvais exemple dans la mesure où ils peuvent donner de « mauvaises idées » aux jeunes générations.

DU GUEUX AU… « PRIVILEGIÉ »

Quand on se donne la peine d’y regarder de plus prés, ces fameux « privilèges » faisaient, il y a quelques décennies seulement, aussi bien la joie des salariés qui amélioraient leur vie, étaient un objectif pour les autres… et étaient acceptés par leurs patrons qui acquéraient, contre mauvaise fortune bon cœur, un label de « social » et surtout,… une garantie de paix sociale.

Ces « privilèges » que l’on appelait alors les « acquis sociaux » que les politiciens de tous poils se vantaient, un peu rapidement, d’avoir accordés ( ?), étaient en fait le produit de luttes opiniâtres de la part de « gueux », de « prolétaires », de la « masse » à la fois craints des possédants mais qui leur était nécessaire pour engranger les profits.

A partir des années 70, la mondialisation marchande a largement relativisé le poids des salarié-e-s ce qui a eu deux types de conséquences

-  ils se sont retrouvés dans un marché mondialisé de leur force de travail et de ce fait ont perdu de leur importance (modernisation technique de la production, délocalisations) ;
-  ils ont vu remis en question leurs acquis par le capital qui, d’une part fait des économies sur leur dos pour faire face aux contraintes de la concurrence inter capitaliste, tout en profitant de leur faiblesse pour liquider ces acquis.

Le glissement sémantique d’ « acquis sociaux » à « privilèges » s’est fait tout logiquement dans le cadre d’une reprise en main par les gestionnaires du capital pour déconsidérer les bastions les plus combatifs des salariés, mais aussi pour soulever contre eux le reste de leurs collègues qui, par comparaison à leur situation, mesurent un décalage qui leur parait « défavorable ».

Le système marchand réussi ainsi le tour de force extraordinaire de faire d’un positif social un,… négatif, et de faire en sorte que l’aspiration au mieux soit transformé en l’aspiration à… une régression sociale collective ( ???).

A faire admettre à tous que, pour le « bien collectif », il faut « vivre moins bien » ( ???).

A faire croire que l’accroissement de la richesse est un facteur inévitable et juste d’appauvrissement ( ???)

A faire croire que moins on a besoin de travail, plus il faut travailler ( ???)

Cette manœuvre idéologique de la part des gestionnaires du capital est particulièrement sordide et abjecte : combinant le mensonge et la haine, elle tend à diviser les salariés pour les affaiblir participant ainsi à leur atomisation, les rendant de plus en plus désarmés face à un patronat tout puissant.

La Gauche, quant à elle, ou du moins ce qui se prétend être « de Gauche » (PC, PS et autres groupuscules de notables repus,…), un peu gênée aux entournures, et portant le poids politique et moral des premières atteintes grave à ces acquis, dans les années 80, fait le dos rond espérant que la colère se portera sur une Droite décomplexée qui elle n’hésite pas à engager cette coupe réglée des acquis sociaux sous la haute vigilance du MEDEF.

UN COMBAT ESSENTIEL

L’infra « politisation », au sens noble du terme, des organisations politiques et syndicales rend ce combat difficile car, les premières, bureaucratisées, imbibées d’une culture électoraliste et souvent gestionnaire, hésitent, et même se refusent, à poser la question dans ses vrais termes. Les secondes, les « officielles » elles aussi largement bureaucratisées, quand elles ne sont pas liées aux premières, ne s’en tiennent qu’à des conceptions et revendications catégorielles qui faussent l’analyse et le message. Toutes se complaisent dans une situation qui, à court terme, correspond à leurs intérêts dérisoires.

Les acquis sociaux ne sont pas des privilèges, ils sont le produit inaliénable du combat contre un système essentiellement inégalitaire et qui instrumentalise l’être humain.

Les acquis sociaux, dont les « régimes spéciaux » font partie doivent être des exemples, des buts, des objectifs, des guides, des références pour tout salarié. Ils sont l’étalon des luttes sur lequel celles-ci doivent se caler. On accepte plus, mais pas moins.

Le soutien aux défenseurs des « acquis sociaux » est un impératif catégorique, politique et moral absolu. Il y va des acquis actuels, mais aussi des conditions de vie des générations futures.

Entrer dans le jeu pervers du discours gestionnaire officiel, c’est non seulement trahir les luttes du passé, rendre caduque les sacrifices de celles et ceux qui ont lutté et nous ont laissé un héritage social, mais hypothéquer gravement l’avenir de nos descendants.

La lutte engagée dépasse largement le cadre étroit d’un secteur, d’une profession, d’un statut particulier.

Ce qui se joue c’est un rapport de force fondamental entre celles et ceux qui créent la richesse et celles et ceux qui en profitent impunément et inégalitairement.

Ce qui se joue c’est un ordonnancement social, une manière d’être socialement, de reconnaissance… bref de dignité.

Capituler c’est trahir celles et ceux qui se sont aussi battu pour nous.

Capituler c’est laisser un monde socialement et politiquement en ruine à nos successeurs.

Patrick MIGNARD

Voir aussi :
« ACQUIS SOCIAUX : RIEN N’EST JAMAIS ACQUIS »
« ILS NE CEDERONT PLUS RIEN »
« NÉGOCIER, MAIS NÉGOCIER QUOI ? »


Commentaires

Logo de Vladimir
Des "acquis sociaux" aux... "privilèges"
lundi 19 novembre 2007 à 09h25 - par  Vladimir

Mais l’escalade violente des medias doit être comprise pour ce qu’elle est : un symptôme de peur, donc encouragement pour nous.
OUI surtout si nous savons reagir sur le terrain :

COLLECTIF SOLIDARITE USAGERS/GREVISTES (CSUG)

COLLECTIF SOLIDARITE USAGERS/GREVISTES

Ras le bol de la campagne mensongère des médias

lundi 19 novembre 2007 (08h21) :

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=55604

et surtout si nous savons repondre par le haut a la situation :

INTEGRATION DES HEURES DE TRANSPORT DANS LES HEURES DE TRAVAIL !!!

Agenda

<<

2015

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info