Qu’est ce que le Progrès ?

mardi 11 décembre 2007
popularité : 1%

Les chiffres montrent que ceci devrait être la vraie question des négociations de Bali.

Par George MONBIOT

Lorsque vous alertez les gens sur les dangers du changement climatique, on vous prend pour un Saint. Lorsque vous expliquez ce qu’il est nécessaire pour l’éviter, ils vous traîtent de communiste [NdT : ou plus souvent de doux dingue]. Voyez plutôt.

Il existe dorénavant un très large consensus scientifique sur la nécessité d’empêcher la température de s’élever de plus de 2°C au-dessus du niveau pré-industriel [NdT : Nous sommes déjà 0,8°C au-dessus de ce niveau et cela augmente, à présent, de 0,2°C par décennie]. Passé cette limite, la couverture de glace du Groenland irait vers une fonte irréversible, certains écosystèmes s’effondreraient, des milliards de gens manqueraient d’eau, les sécheresses commenceraient à menacer l’approvisionnement alimentaire global (1,2).

Le gouvernement [britannique] propose de réduire les émissions de carbone de 60% pour 2050. Cet objectif est basé sur un rapport publié en 2000(3). Ce rapport était basé sur une estimation publiée en 1995 dérivée d’un article scientifique publié quelques années plus tôt. La conduite du Royaume-Uni, en d’autres mots, est basée sur des articles de 15 ans d’âge. Nos objectifs, qui sont parmi les plus stricts du monde, n’ont aucune relation avec la réalité scientifique actuelle.
Sur la dernière quinzaine, tant Gordon BROWN [NdT : Nouveau Premier Ministre du R.-U.] que son conseiller Sir Nicholas STERN ont proposé d’élever les réductions à 80%(4,5). D’où vient ce calcul ? Le dernier sommet du G8 s’est arrêté sur une réduction au niveau mondial de 50% pour 2050, ceci induit pour le Royaume-Uni de porter son effort à 80%. Mais l’objectif du G8 n’est pas plus en relation que ça avec la science actuelle.

Dans le nouveau résumé publié par le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC), on trouve un tableau qui associe les températures attendues à différents niveaux de réductions(6). Pour éviter un réchauffement global de 2°C, il suggère que le monde eut réduit pour 2050 ses émissions à un niveau qui correspond à environ 15% du total des émissions en 2000.

J’ai retrouvé les chiffres de production de dioxyde de carbone en 2000(7) et les ai divisé par la population actuelle(8). Ceci donne une base de calcul de 3,58 tonnes de CO2 par personne. Une réduction de 85% signifie que (si la population reste constante) la production globale par tête devrait être réduite à 0,537 tonne pour 2050. Actuellement, le Royaume-Uni produit 9,6 tonnes par tête et les États-Unis 23,6 tonnes(9,10) [NDT : Et la Belgique 12 tonnes par habitants (pour info, un aller-retour BXL-New-York (12.000 km) compte au moins pour 3 tonnes de CO2 par personne, et ce, sans compter l’effet radiatif multiplicateur (fois 5) des émissions à très haute altitude)]. Réduire ces montants à 0,537 tonne signifie une réduction de 94,4% pour le Royaume-Uni et 97,7% aux Etats-Unis [NdT : 95,5% pour la Belgique]. Mais la population va croître dans la même période. Si nous considérons une population de 9 milliards en 2050 (11), les réductions grimpent à 95,9% pour la G.-B. et à 98,3% pour les U.S.A [NdT : 97% pour la Belgique].

Les calculs du GIEC pourraient eux aussi être dépassés. Dans une note de bas de page sous le tableau, le panel admet que les "réductions d’émissions … pourraient être sous-estimées dû à la disparition de réactions du cycle du carbone". Ceci signifie que l’impact de la réponse de la biosphère sur le réchauffement climatique n’a pas été complètement considéré. Ainsi par exemple, lorsque l’eau de mer se réchauffe, elle relache du dioxyde de carbone. Lorsque les bactéries du sol sont chauffées, elles respirent plus et générent plus de CO2. Quand la température monte, la forêt tropicale se meurt, relachant le carbone qu’elle contient [NdT : Quand la banquise fond, l’albédo de l’Océan Arctique passe de 90% à 10%, plus la banquise fond, plus l’Océan se réchauffe, etc.]. Ces exemples sont des rétroactions positives. Un article récent (toutes les références sur mon site web (monbiot.com) estime que ces rétroactions comptent pour 18% dans le réchauffement global (12). Celles-ci devraient s’intensifier.

Un article du Geophysical Research Letters établit que "même avec une réduction globale de 90% en 2050, le seuil des 2°C "est en fin de compte dépassé" (13). Stabiliser les températures à 1,5°C au dessus du niveau pré-industriel requiert une réduction globale de 100%. Les diplomates qui ont commencé les pourparlers à Bali hier devraient discuter d’une complète décarbonisation de l’économie globale.

Cela n’est pas impossible. Dans un article précédent, j’ai montré comment en repportant toute l’économie sur l’éctricité et par la mise en place des dernières inventions sur les réseaux électriques régionaux, leur équilibrage et le stockage de l’énergie, vous pourriez faire tourner l’ensemble du système énergétique sur les énergies renouvelables(14). Avec pour exception majeure l’aéronautique (n’espérez pas voir des avions de ligne sur batteries) ce qui suppose que nous devrions fermer plutôt que d’ouvrir de nouvelles pistes.

Ceci pourrait compter pour 90% des réductions nécessaires. Une décarbonisation totale exige que nous allions plus loin. Éviter 2°C de réchauffement signifie extraire le dioxyde de carbone de l’air. La technologie nécessaire existe déjà(15) : le défi est de le faire efficacement et bon marché. L’année dernière Joshuah STOLAROFF, qui a écrit une thèse sur le sujet, m’a fait parvenir quelques projections de coûts, de 256 à 458 £ [NdT : de 380 à 677 EUR] par tonne de carbone(16,17). Ceci fait de la capture du CO2 dans l’air environ trois fois aussi cher que les dépenses du gouvernement britannique pour la construction des turbines éoliennes, deux fois plus cher que l’énergie nucléaire, légèrement moins cher que l’énergie marémotrice et 8 fois moins cher que des panneaux solaires sur les toîts du Royaume-Uni(18). Mais je soupçonne que ses chiffres soient sousestimés puisqu’ils suggèrent que cette méthode est moins cher que de capter le CO2 depuis les centrales électriques qui prévoient de le faire à la source (19), ce qui ne peut être vrai (20).

Le Protocole de Kyoto, pour lequel Bali discute d’une suite, a échoué. Depuis sa signature, on a connu une accélération globale des émissions : le taux de production de CO2 [NdT : +3% par an depuis 2000] dépasse les pires hypothèses du GIEC et croît maintenant plus vite que jamais depuis le début de la révolution industrielle(21). Ça n’est pas seulement la Chine. Un article dans Proceedings of the National Academy of Sciences établit "qu’aucune région ne décarbonise son approvisionnement énergétique"(22). Même la traditionnelle tendance à la décroissance de l’intensité énergétique des économies matures est contredite(23). Au Royaume-Uni, il y a un gouffre ahurissant entre la politique climatique du gouvernement et la réalité des faits. Comment pourrions-nous même réussir une réduction de 60% si nous construisons de nouvelles centrales à charbon, de nouvelles routes et de nouvelles pistes à Heathrow ? [NdT : Aéroport de Londres]

Souligner le problème immédiat est plus grand encore. Dans une présentation à là Royal Academy of Engineering en mai, le Professeur Rod SMITH de l’Imperial College a expliqué qu’une croissance de 3% signifie que l’activité économique double en 23 ans(24). À 10%, il ne lui faut que 7 ans. Nous le savions. Mais Smith va plus loin. Avec une série d’équations, il montre que "chaque doublement successif de période brûle autant de resources que l’ensemble de tous les précédents doublements de période." En d’autres mots, si notre économie croît de 3% par an jusque 2030, nous consommerons jusqu’à cette échéance l’équivalent de tout ce que nous avons consumé depuis que l’homme se tient sur ses deux pieds. Ensuite, entre 2030 et 2053, nous devons encore une fois doubler ce total. En lisant l’article, j’ai réalisé pour la première fois contre quoi nous luttons.

Mais je ne suis pas l’avocat du désespoir. Nous devons faire face à un défi aussi pressant que la monté des puissances de l’Axe. Si nous avions alors jeté l’éponge, comme beaucoup sont tentés aujourd’hui, vous liriez cet article en Allemand. Bien que la guerre resta le plus souvent impossible à remporter, quand la volonté politique fut mobilisée, d’étranges et incroyables choses commencèrent à arriver. L’économie des Etats-Unis fut renversée en un quart de tour en 1942 quand les industries civiles se firent militaires(25). L’État pris plus de pouvoir qu’il n’en exerça jamais. Des politiques impossibles devenaient subitement réalisables.

Les vraies questions à Bali ne sont pas technique ou économique. La crise à laquelle nous faisons face requiert une profonde discussion philosophique, une réévaluation de ce que nous sommes et de ce que le progrès comprend. Débattre de ces matières ne fait de nous ni des saints ni des communistes ; cela montre seulement que nous avons compris la science.

References :
1. See, for example, IPCC, 2007. Climate change and its impacts in the near and long term under different scenarios. ipcc.ch
2. Hans Joachim Schellnhuber (Editor in chief), 2006. Avoiding Dangerous Climate Change. Cambridge University Press. defra.gov.uk
3. Royal Commission On Environmental Pollution, June 2000. Energy – the Changing Climate. rcep.org.uk
4. Gordon Brown, 19th November 2007. Speech on Climate Change. number-10.gov.uk
5. Sir Nicholas Stern, 30th November 2007. Bali : now the rich must pay. The Guardian.
6. Intergovernmental Panel on Climate Change, 2007. Fourth Assessment Report. Climate Change 2007 : Synthesis Report. Summary for Policymakers, Table SPM.6. ipcc.ch
7. All the following figures are for CO2 from the burning and flaring of fossil fuel. eia.doe.gov
8. Currently 6,635m. census.gov
9. The latest figures are for 2005. eia.doe.gov
10. Population figures for 2005 came from prb.org
11. This is a conservative assumption.
12. Josep G. Canadell et al. 25th October 2007. Contributions to accelerating atmospheric CO2 growth from economic activity, carbon intensity, and efficiency of natural sinks. Proceedings of the National Academy of Sciences. pnas.org
13. Andrew J. Weaver et al, 6th October 2007. Long term climate implications of 2050 emission reduction targets. Geophysical Research Letters, Vol. 34, L19703. doi :10.1029/2007GL031018, 2007
14. George Monbiot, 3rd July 2007. A Sudden Change of State. The Guardian. monbiot.com
15. Frank Zeman, 26th September 2007. Energy and Material Balance of CO2 Capture from Ambient Air. Environmental Science & Technology, Vol. 41, No. 21, pp7558-7563. 10.1021/es070874m
16. Stolaroff’s figures are $140-250/US ton-CO2. I have converted them into £/metric tonne-C. The weight of CO2 is 3.667x that of C.
17. You can read his PhD here : wpweb2.tepper.cmu.edu
18. Department of Trade and Industry (now the DBERR), 2003. Energy White Paper - Supplementary Annexes, p7. dti.gov.uk
19. The DBERR gives figures for C savings through capture-ready power stations of £460-560/tC.
20. It cannot be true because the concentration of CO2 in thermal power station effluent is many times higher than that in ambient air.
21. Josep G. Canadell et al, ibid.
22. Michael R. Raupach et al, 12th June 2007. Global and regional drivers of accelerating CO2 emissions. Proceedings of the National Academy of Sciences, Vol.104, no. 24. Pp 10288–10293. pnas.org
23. ibid.
24. Roderick A Smith, 29th May 2007. Lecture to the Royal Academy of Engineering. Carpe Diem : The dangers of risk aversion. Reprinted in Civil Engineering Surveyor, October 2007.
25. Jack Doyle, 2000. Taken for a Ride : Detroit’s big three and the politics of pollution, pp1-2. Four Walls, Eight Windows, New York.

Publié dans le GUARDIAN du 4 décembre 2007
monbiot.com

Traduit de l’anglais par Réginald de POTESTA de WALEFFE - info


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LPO

lundi 23 juin 2014

Ecologie-radicale

mardi 12 février 2013

Notre Dame des Landes

vendredi 26 octobre 2012