Encore des dizaines de personnes jetées à la rue !

dimanche 11 septembre 2005
popularité : 2%

Une situation inacceptable !

COLLECTIF MOSELLAN DE LUTTE CONTRE LA MISERE

RASSEMBLEMENT

Mercredi 14 septembre 2005 à partir de 12h00

Colonne de Merten (entrée rue Serpenoise) à METZ

L’Etat, garant de la gestion des structures d’accueil des personnes à la rue, continue de bafouer quotidiennement le droit à l’hébergement des personnes en situation de grande précarité, notamment les demandeurs d’asile, alors que ce droit est inscrit dans notre Constitution. C’est un droit fondamental pour tous les individus qui est proclamé dans de nombreux textes législatifs et réglementaires.

A nouveau en septembre, 70 personnes se retrouvent à la rue en Moselle, dans plusieurs villes du département. Certaines sont prises en charge par des bénévoles du Collectif mosellan de lutte contre la misère, d’autres par des structures d’hébergement saturées.
Ces personnes devraient normalement être prises en charge par le dispositif de Veille Sociale (115) qui a pour mission d’héberger les personnes à la rue dans différentes structures du Département. Les demandeurs d’asile devraient être accueillis dans les Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA).

Dans les prochaines semaines, d’autres personnes isolées ou des familles entières seront aussi concernées.

Au mépris des demandes formulées sans relâche par le Collectif depuis au moins deux ans en Moselle, l’hébergement devient impossible, compte tenu du manque de place en structures d’hébergement d’urgence et de la volonté délibérée de l’Administration Publique au prétexte du manque de moyens financiers.

La situation du logement social et de l’hébergement d’urgence en Moselle est catastrophique comme dans d’autres régions de France. De plus en plus de personnes seules ou de familles sont logées dans des lieux qui ne sont pas faits pour elles.
La politique menée en matière d’aides au logement accentue la précarité. L’accès au logement devient chaque jour plus difficile pour des personnes en difficulté ou simplement à revenus modestes.

L’hôtel ne peut plus être la solution à proposer aux personnes en difficulté. Cela coûte cher à la collectivité.
De plus, les récents incendies à Nancy et Paris où des personnes et des enfants ont trouvés la mort démontrent dramatiquement que les Pouvoirs Publics doivent prendre immédiatement les mesures permettant le droit au le logement sûr et décent. Sortir de cette impasse nécessite une action de l’Etat volontaire et programmée dans le temps pour augmenter les possibilités d’hébergement durable.

Il est inadmissible que les services de l’Etat, informent les structures associatives, sans aucun préavis, qu’ils n’ont plus les crédits suffisants en juin 2005 pour financer le dispositif hôtelier. Nous n’acceptons pas de voir des hommes, des femmes et parfois des enfants quelque soit leur âge et démunis de tout, dormir dehors.

C’est pourquoi le collectif mosellan de lutte contre la misère demande que les Pouvoirs Publics prennent les mesures qui s’imposent, sans restriction d’aucune sorte, pour l’hébergement de toutes personnes ou familles se trouvant à la rue alors qu’elles sont clairement identifiées.

Nous exigeons les mesures d’urgence suivantes :

- Crédits supplémentaires pour le budget social de la Moselle afin de loger les personnes actuellement à la rue.
- Attribution immédiate des logements sociaux vacants.
- Application immédiate de la loi de réquisition conformément à l’ordonnance du 11 octobre 1945.

Nous exigeons les mesures à moyen terme suivantes :

- Création de places supplémentaires en CADA pour les demandeurs d’asile.
- Application de l’article 55 de la loi "SRU" obligeant toute commune à avoir au moins 20% de logements sociaux, sans possibilité d’y déroger.
- Subventions de l’Etat allouées aux communes qui exercent leur droit de préemption pour la réhabilitation ou la construction de logements sociaux en faveur des familles les plus démunies.

Le collectif mosellan de lutte contre la misère appelle tous les citoyens, bénévoles, associations, syndicats, travailleurs sociaux, organisations politiques à poursuivre la mobilisation.

RASSEMBLEMENT
Mercredi 14 septembre 2005
à partir de 12h00
Colonne de Merten (entrée rue Serpenoise) à METZ

Suite au rassemblement, le collectif appelle à accompagner une délégation à la Préfecture de Moselle


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com