L’observatoire international des prisons menacé

samedi 29 décembre 2007
par  Daniel Deriot
popularité : 1%

Lentement le faciès hideux de l’ultra libéralisme triomphant se révèle à nous... Sous des prétextes de contraintes budgétaires incontournables, ceci après avoir régalé plantureusement d’un paquet fiscal obscène ses copains et ses coquins, l’État autoritaire supprime petit à petit toutes les subventions traditionnellement accordées aux associations à caractère humanitaire et social qui veillent aux recours, viennent au secours et défendent les droits des citoyens les plus vulnérables face à l’État tout puissant... La démocratie s’étiole... l’autocratie s’envole... Pour ma part je me souviendrai des 53 % de votants en faveur de l’omnipotent, mais je n’oublierai pas non plus l’irresponsabilité des abstentionnistes qui ont ainsi, de fait, participé à l’avènement de cette saloperie durable... Ils sont d’ailleurs si peu fiers ces votants et ces croquants qu’ils sont de moins en moins nombreux à s’en vanter et même de plus en plus difficiles à identifier !... (Michel Berthelot)


Depuis près de douze ans, l’Observatoire international des prisons (OIP) veille à la protection des droits des personnes détenues. Cette action semble compromise par le désengagement des pouvoirs publics dans le financement de l’association. La suppression de la subvention de 10.000 euros accordée par le Premier ministre sur la ligne budgétaire de défense des droits de l’homme est douloureusement vécue par l’OIP. « C’est un symbole très important qui vient d’être envoyé par Matignon », confirme Zina Rouabah, secrétaire générale de l’OIP.

Depuis 1998, Matignon versait à l’OIP l’équivalent de 13.000 euros. Un montant ramené à 10.000 euros de 2003 à 2006 et à 0 euro en 2007. La raison avancée par les services du Premier ministre est celle des contraintes budgétaires, « une situation qui ne concernerait pas que l’OIP ». Joël Thoraval, président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, dont est membre l’Observatoire, a néanmoins écrit au Premier ministre le 17 décembre pour lui rappeler l’utilité d’associations telles que l’OIP.

L’association ne percevra pas non plus la subvention qu’elle recevait de la Mission interministérielle contre les drogues et les toxicomanies (Mildt) depuis 1999 et qui s’élève, depuis 2004, à 40.000 euros annuels. La Mildt dément avoir reçu une demande officielle de l’association. « L’OIP n’a pas répondu à l’appel à projets que nous avons lancé sur les expériences innovantes. Nous avons juste échangé quelques coups de téléphone et quelques mails. Nous sommes donc surpris », témoigne-t-on au siège de la mission. Tout aussi étonné, Patrick Marest, délégué national de l’association, explique que plusieurs demandes de rendez-vous par courrier et par mail ont été adressées fin juin 2007, auxquelles il n’a pas été donné suite. « Lorsque nous ne répondions pas totalement aux critères des appels d’offres, des solutions étaient toujours trouvées pour que nous percevions des aides publiques, explique-t-il. Etienne Apaire ne nous a pas contactés depuis sa prise de fonctions en août dernier. N’y a-t-il pas dans notre pays une continuité des institutions ? »

Gabriel Mouesca, président de l’OIP, voit dans les suppressions de ces aides - 50.000 euros au total - une condamnation politique : « Nous sommes une association de contrepouvoir du ministère de la Justice en matière de politique carcérale. Le refus de nous attribuer une subvention sur la ligne budgétaire des droits de l’homme est une sanction claire et nette. Nous sommes en danger de mort d’un point de vue structurel. »

Seule note positive : « Depuis que l’information a été rendue publique, un mouvement de solidarité s’est mis en marche. Les citoyens veulent voir l’OIP tenir sa place. » L’Observatoire a effectivement besoin d’argent, notamment après les Etats généraux de la condition pénitentiaire en octobre 2006, opération financée intégralement par l’association

Daniel DERIOT


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018