L’exécution de Frances Newton

vendredi 16 septembre 2005
popularité : 1%

Communiqué LDH

Frances Newton a été exécutée mercredi 14 septembre 2005 au Texas, à 18 heures locales.

Rejoignez ceux qui luttent contre la peine capitale !

Marie Agnès Combesque.

Source : www.ldh-france.org

Le communiqué du 9 septembre 2005 - Peine de mort

L’exécution de Frances Newton programmée le 14 septembre 2005 au Texas

Femme, noire, pauvre, défendue par un avocat incompétent, Frances Newton est condamnée à mort en 1988 pour le meurtre de son mari et de ses deux jeunes enfants. Mobile selon le procureur : toucher une prime d’assurance vie de 100 000 dollars. Frances Newton clame son innocence depuis son arrestation.

Fait très exceptionnel, le 1er décembre 2004, la commission des grâces du Texas recommandait au gouverneur Perry, par 5 voix contre 1, d’accorder un sursis de 120 jours finalement obtenu deux heures avant l’exécution prévue ce jour-là. Les nouveaux défenseurs de madame Newton réclament en effet, de nouvelles expertises balistiques afin de prouver l’innocence de leur cliente. D’une part, la technologie en la matière a beaucoup progressé depuis 1988 ; d’autre part, les expertises ont été effectuées à l’époque par le laboratoire de la police criminelle de Houston dont la réputation est depuis longtemps entachée par de nombreuses erreurs et incompétences. En programmant une nouvelle date d’exécution, le Texas prend le risque d’assassiner une innocente.

Une cinquantaine de femmes sont à l’heure actuelle condamnées à mort aux États-Unis.

10 femmes ont été exécutées aux États-Unis depuis 1976. La dernière exécution date de 2002 dans l’État de Floride. La dernière exécution d’une femme au Texas remonte à février 2000.


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Corrida pouah !

lundi 11 février 2013

La liberté selon Israël

jeudi 16 octobre 2008

Mahmud Hams, photographe palestinien de l’AFP, auteur d’un extraordinaire cliché montrant un missile tiré sur un groupe de maisons dans la bande de Gaza, n’a pu inaugurer l’exposition consacrée à son travail.

Malgré le visa délivré par l’ambassade de France en Israël et les certificats attestant que son voyage était pris en charge par l’AFP et la ville de Bayeux, il n’a pas été autorisé par les autorités israéliennes à quitter la bande de Gaza où il réside.

R.B. for NouvelObs