La santé de la mort !

Ou la mort de la Santé… si nous suivons la vision de notre système médical selon Jacques Attali.
lundi 28 janvier 2008
par  Jean Dornac
popularité : 1%

Il y a certaines informations qui déclenchent, du côté de mes petits neurones, des alertes instantanées ! Il en va ainsi des dernières déclarations de Jacques Attali à propos de sa conception de la « Santé », en France.

Ce que vous allez lire fait partie du « Rapport pour la libération de la croissance française » demandé par son nouvel ami Nicolas Sarkozy. Avant d’attaquer le fond du problème qui constitue l’alerte maximum qui s’est déclenchée dans mon cerveau, je veux demander à tous ceux qui voudront bien répondre ou, à tout le moins réfléchir à la question suivante : quelle confiance peut-on accorder à Jacques Attali :
- Quelle confiance accorder à l’ancien conseiller de François Mitterrand qui a dû démissionner précipitamment de la BERD en 1993. Court extrait de l’Humanité du 17 juillet 1993 à propos de cette affaire : « L’affaire de la BERD est particulièrement piégée. Dans un premier temps, Jacques Attali est, si l’on peut dire, convaincu, sinon de malversations, du moins de procédés peu recommandables pour le président d’une institution multilatérale qui rassemble près de trente pays cotisants.  » (pour lire la suite de l’article : www.humanite.fr/1993-07-17)
Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, c’est NON, pas de confiance accordée !
- Quelle confiance accorder à un homme adulé par la presse qui glorifie, et encore le mot est faible, son dernier bouquin intitulé : « L’homme nomade ». Que de flagornerie ! Cela suinte d’une espèce de « fayotage » de très bas étage. De plus, ce personnage est archi médiatisé dans la plupart des télévisions de la TNT : on lui déroule régulièrement le tapis rouge… Pour ma part, je zappe, dès que je le vois.
- Comment accorder sa confiance à un homme qui vient de « vendre » ses convictions socialistes, il est vrai que ce ne sont que des convictions affichées mais en rien démontrées sur le terrain, au personnage représentant le plus et le mieux le recul de la société française, c’est-à-dire Nicolas Sarkozy ? Pour ma part, jamais je n’ai pu accorder la moindre confiance aux « retourneurs de vestes ». Il est possible que le néo libéralisme soit sa conviction de toujours, tout le laisse penser d’ailleurs, mais dans ce cas, lui-même et François Mitterrand ont totalement trompé les Français qui leur faisaient confiance… (sourires…)

Il apparaît donc, que pour ma part, mais je pense que vous serez nombreux à partager mon avis, qu’il est impossible d’accorder notre confiance à cet homme qui aime le luxe (comme Sarkozy), qui aime se pavaner à la télé (comme Sarkozy), et qui adore le capitalisme le plus ravageur (comme Sarkozy). En aparté, je dirais que Sarkozy nous a au moins rendu un service avec son « ouverture » : il aura dessillé les yeux de pas mal de citoyens sur la réalité des convictions « socialites » des débauchés…

Avant d’aborder ce qui me préoccupe le plus, comme commentaire général sur ce rapport, je dirais, et ce n’est pas encourageant, que la « commission Attali » propose ni plus ni moins toutes les mesures qui ont amené la ruine financière en Argentine il y a quelques années… A méditer, non ?

Ce qui me préoccupe gravement…

Inscrit dans le « fumeux » rapport sur la libération de la croissance (Elle était donc emprisonnée, la pauvre ?) Jacques Attali insiste sur ce point :
«  Le secteur de la santé ne constitue pas une charge mais un moteur de croissance »
On peut lire sur certains sites concernant la « Santé », ce genre de commentaire :
« C’est la première fois que la France reconnaît ainsi, par la voix d’experts de haut niveau, le bien-fondé d’une approche défendue depuis des années par l’OMS… Tour d’horizon des principales propositions pour une « politique sanitaire durable »

Ce type de phrase, en lui-même, est déjà inquiétant. Les approches de l’OMS, voilà qui n’a rien de rassurant ! Et que dire de la voix des « experts de haut niveau  » ? C’est la catastrophe assurée ! Enfin, «  une politique sanitaire durable  », vous savez comme moi quel est le synonyme de ce genre d’affirmation dans la bouche des experts et convaincus du néo libéralisme : Rien d’autre qu’une politique de bénéfices durables !

Pourquoi donc s’alarmer à la hauteur de ce que je ressens ?

Tous les secteurs de notre vie qui ont été livrés aux dérives du « marché » et de sa maléfique « main invisible », sont des domaines qui n’agissent plus pour l’homme. Leur seule raison d’être, leur seule raison d’exister, c’est l’argent que ça rapporte aux actionnaires, le « business » le plus juteux possible. Si le « marché » provoque des dégâts irréversibles pour les humains, qu’importe puisque ça rapporte et pourra même être inscrit en positif dans le PIB !

Or donc, Jacques Attali et ses « commissaires » veulent plonger totalement la « Santé » dans le « marché » et, pire, en faire un « moteur de la croissance  » !
Pour parvenir à ces fins, voici l’une des propositions :
- « Accroître la compétitivité des entreprises de biotechnologies » : Aujourd’hui à l’échelle mondiale, « la moitié des médicaments les plus innovants sont liés à des brevets issus de recherches en biotechnologies. La France cumule en la matière de nombreux retards » : 250 entreprises françaises exercent dans ce domaine soit 4 fois moins qu’au Royaume-Uni et deux fois moins qu’en Allemagne  »
La biotechnologie, s’il ne faut peut-être pas se précipiter pour la condamner en bloc, est tout de même cette industrie qui créé, entre autres, des OGM, des clones d’animaux et autres dérives de cette nature. Le maïs Monsanto, pour l’instant, a été écarté des champs français, mais rien n’est fait au niveau médical. Or, nous savons que les vaccins commencent à contenir des matériaux transgéniques. C’est vrai pour le vaccin anti-hépatite B tout comme pour le gardasil supposé protéger les femmes du cancer de l’utérus. Mais, comme l’a démontré le docteur Groussac (Voir les articles Vaccins OGM du Docteur Groussac), les scientifiques quelque peu délirants qui travaillent dans les labos, soumis aux pressions sans nul doute écrasantes des actionnaires qui veulent voir rentrer rapidement d’immenses bénéfices, sont passés à côté de nombreux points majeurs. Il en résulte, dans le cas du vaccin anti-hépatite B, de nombreux cas de scléroses en plaques (plainte en Justice en cours) et bien d’autres maladies neurologiques et dans le cas du gardasil déjà de nombreux accidents tant en Australie qu’aux USA(Voir Le vaccin Gardasil provoque des dégâts en Australie). Or, visiblement, ce sont ces domaines que Jacques Attali et les siens veulent voir développés et soumis totalement aux lois marchandes qui n’ont que faire de la santé des humains ! Ce que nous préparent Jacques Attali et ses complices, c’est une médecine qui ne sera digne que du docteur Mengele, célèbre bourreaux du camp de la mort d’Auschwitz !

« Au chapitre dépenses de santé, la Commission propose de « mesurer l’efficience et la qualité du système de soins ». Elle recommande pour cela de « mettre en place un système transparent et accessible permettant la comparaison des différentes structures de soins ». Ce dernier mettrait en balance les investissements financiers et les résultats en termes de « taux de mortalité, de taux de maladies nosocomiales, de temps d’attente moyen aux urgences et encore de taux de reprise suite à opération  ».
A priori, il n’y a rien à redire sur cette proposition. Sauf que, je me demande sérieusement quelle est l’honnêteté d’une telle mesure de contrôle. La commission semble s’inquiéter du taux de mortalité comme du taux des maladies nosocomiales.

Pour cette dernière, nous pouvons déjà être certains que le taux ne va pas baisser avec l’introduction de la Santé comme moteur de croissance. Pourquoi ? J’ai vu, il y a peu de temps, en écoutant « C dans l’air », un cas tout à fait typique de ce que produit la mentalité « marchande » dans le monde médical. On y parlait du cas (pas si rare que ça en fait) d’un spécialiste, sauf erreur en gynécologie, qui ne suivait pas les protocoles très stricts de la désinfection des sondes entre deux consultations. De ce fait, si une personne a une maladie, celle-ci sera transmise au client suivant… C’est de cette façon qu’un certain nombre de maladies nosocomiales sont transmises d’un patient à un autre avec, dans bien des cas, la mort au bout de cette route-là…
Cette façon de faire est parfaitement illégale, mais qu’importe pour ces spécialistes ! A la question du présentateur de l’émission qui, effaré, demandait pourquoi de telles dérives existaient, l’un des intervenants a répondu de façon très sûre et tranchée : L’argent !
Oui, l’argent, encore et toujours ! Ces spécialistes, pour faire des économies et donc plus de bénéfices, répugnent à acheter un deuxième appareil, des engins souvent très chers. De plus, les protocoles de désinfection, pourtant obligatoires, sont longs et demandent des gens qualifiés, qu’il faut bien sûr payer. Au total, la désinfection qui seule assure la non-contamination d’un malade à un autre, diminue le nombre d’actes, donc, diminue les rentrées d’argent…

A partir de cet exemple, il est évident, et de manière plutôt terrifiante, que ces négligences pouvant conduire à la mort des patients vont se multiplier dans une Santé ayant pour objectif d’être un « moteur de la croissance ». C’est inévitable !

Ce qui est obligatoire pour que la Santé soit un moteur de la croissance

Pour que ce secteur devienne effectivement un « moteur de la croissance », vous devez comprendre, même si la commission et son président n’en parlent surtout pas, qu’il faut des malades, beaucoup de malades, toujours plus de malades !
Faites confiance à ces fous, ils sauront nous rendre malades par :
- leur politique d’appauvrissement du peuple, l’appauvrissement étant toujours synonyme de dégradation de la santé ;
- par le chômage, surtout le chômage non reconnu mais bien réel, donc un chômage non-indemnisé qui mène inévitablement vers la misère et la maladie ;
- par la vaccination obligatoire, comme nous le voyons déjà. Et lorsqu’elle n’est pas obligatoire, la machine médiatique entre en campagne cherchant à renverser toute opinion différente. Les cas récents du vaccin anti grippe et du gardasil sont là pour en témoigner. J’aimerais bien savoir combien la CPAM a dû débourser pour assurer la quasi-permanente campagne par spots télévisés pour convaincre les gens de se faire vacciner dans ces deux cas… On nous farcit les oreilles avec le déficit de la sécu, alors que cette dernière est obligée de faire la pub au service des multinationales de la mort de la santé en dépensant forcément des sommes colossales !
- par des médicaments aux effets secondaires de plus en plus dangereux au point que, et sans doute à contre cœur, on voit de plus en plus souvent des alertes de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) signalant que tel ou tel médicament ne devait plus être prescrit ni consommé !
- par la continuation de la dissémination du chimique dans l’alimentaire ; le Grenelle de l’environnement, à cet égard sera d’une inutilité criante. L’industrie chimique française est bien trop puissante pour qu’un Grenelle quelconque puisse l’écarter. Et puis, le chimique dans l’alimentaire est cause de très nombreux cancers, donc de bénéfices mirifiques pour le système de santé !
- par la pollution de l’air, notamment par le « droit de polluer » à condition de payer. Ce droit de polluer est un des plus gros scandales de notre époque et montre à quel point on laisse les mains libres à toutes les sortes possibles d’empoisonneurs, pourvu qu’ils nourrissent bien leurs actionnaires et les bénéficiaires des largesses de lobbies…
- par les OGM qu’ils nous imposeront de force, tant dans l’alimentaire que dans les médicaments ; là encore, j’espère que vous ne vous êtes pas illusionné quant à la décision française. Je suis peut-être un atroce pessimiste, désormais, mais je ne peux croire dans la sincérité de la bande de pinocchios qui nous gouverne !
- par les puces qu’ils finiront bien par nous obliger à accepter sous peine de ne plus pouvoir vivre dans la société ; en effet, le danger du puçage de toute la population en Europe comme aux USA se précise de mois en mois. Tenez-vous au courant de ce crime qui, là encore, se prépare sous prétexte d’assurer votre sécurité !
- par la débilité avancée des nanotechnologies, du clonage, mais aussi par les ondes genre wi-fi et téléphone portable au travers des antennes disposées un peu partout…

Et la liste sans doute n’est pas clause…

Le bouquet pour la fin, bien sûr…

La raison principale de l’alerte que j’ai immédiatement ressentie en apprenant la volonté de Jacques Attali de transformer la santé en moteur de croissance, vient de quelques lignes écrites par lui dans son dernier bouquin. Bouquin et idées encensées par les médias, comme il se doit pour une éminence très grise, pour ne pas dire noire, du pouvoir sarkozien après l’avoir été du pouvoir mitterrandien. Surtout, en lisant cette deuxième partie de l’article, ne perdez pas de vue la volonté de Jacques Attali de faire de la Santé un moteur de croissance… Faites bien le lien des conséquences entre les deux parties de l’article !

Voici ce que cet individu, tant adulé des propriétaires de médias a écrit dans « L’homme nomade » :

«  Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société  ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.  »
Et cet homme se dit socialiste ? Eventuellement stalinien, oui, ça, je le veux bien, mais certainement pas socialiste dans la lignée de Jaurès !

« On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché.  »
On sent dans cette phrase tout le mépris qu’a l’auteur pour les « vieux » qui n’ont de raison de vivre encore que s’ils sont « solvables » et permettent de créer un « marché » ! Bien entendu, on comprend tout de suite, compte tenu des précédents de ce bonhomme, que lui et les siens, c’est-à-dire tous les possédants de pouvoirs, qu’ils ne peuvent pas faire partie de ces vieux insolvables ! C’est que, ces messieurs-dames auront suffisamment pillé les peuples pour s’assurer de leur solvabilité ! Ecœurant !…

«  Je crois que dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir.  »
Lorsqu’une logique d’un système industriel et économique conduit au génocide des humains vieux et non solvables, c’est le système qu’il faut changer d’urgence, mais vraiment de très grande urgence !

« L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure. Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté, et la liberté fondamentale c’est le suicide ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société.  »
Voilà une conception tout à fait originale du socialisme ! Je me demande ce qu’en auraient pensé Jaurès et Blum ? Et j’aimerais bien savoir ce qu’en pense Mme Royal, M. Holland et toutes les autres têtes plus ou moins pensantes du parti ?… Leurs réponses seraient très intéressantes à connaître, non ? Ne serait-ce que pour voir jusqu’à quel point la dérive des pensées a tué le socialisme…

« L’euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement.  »
L’assassinat légalisé par la loi ! Nul doute que ce passage a dû beaucoup plaire à Nicolas Sarkozy ! C’est le rêve pour n’importe quel pouvoir déjanté de pouvoir éliminer tout ce qui ne lui convient pas avec le prétexte de la loi et de la prééminence de l’économique sur l’humain…

Si encore Jacques Attali, esprit en dérive évidente, dérive non pas par rapport à une quelconque normalité, mais simplement par rapport à un minimum d’humanisme était seul à écrire et donc penser de telles horreurs, ce ne serait pas trop grave. Mais il rejoint bien d’autres malades dont, notamment Ted Turner, milliardaire américain, fondateur de CNN qui a dit il y a quelque temps déjà :
« Une population mondiale totale de 250-300 million d’individus, une diminution de 95% de la population actuelle, serait idéale.  »

Conclusions…

Le couple infernal, Sarkozy-Attali devaient se rencontrer, c’était inéluctable ! Ils ont, à la base, le même orgueil sans limite, la même haine de la vie de ce qu’ils considèrent être des petits, autrement dit nous tous…
Finalement, je suis persuadé que ces hommes vivent de l’idéologie nazie. On ne peut dire qu’ils sont nazis puisque le nazisme allemand est mort, mais ils sèment les mêmes fruits de mort et vivent de la même idéologie de la mort ! Ils se préparent à détruire l’humanité, toute celle qui ne compte pas à leurs yeux de prétentieux.

Méritions-nous l’arrivée prochaine de tels drames ? Fallait-il vraiment revivre de nouvelles tragédies ? Ce couple Sarko-Attali me fait penser à Attila, mais ce dernier avait au moins l’excuse d’exister à une époque où la conscience n’était pas encore très développée. Le couple dont je parle, lui, n’a pas cette excuse ; il sait le mal qu’il prépare, il en a parfaitement conscience et l’exécutera sans le moindre remord…

Après cela, bien que j’ai une horreur absolue de la violence, si nous en arrivons à ce point, alors, oui, je suis convaincu que pour survivre nous n’aurons plus d’autre moyen que de nous armer et nous battre. Ce sera, hélas, la condition de la survie de l’humanité. Ne pas le faire, dans un cas aussi extrême, serait de la lâcheté…


Commentaires

Logo de énervée
La santé de la mort !
dimanche 3 février 2008 à 15h04 - par  énervée

Nous ne puvons plus rien faire.
Regardez le ciel, les jours de "beau temps" et visitez les sites "chemtrails".
Epandages massifs de produits chimiques pour lutter contre le réchauffement climatique et notre cher soleil qui est trop brulant aujourd’hui.
(ces épandages massifs contiennent des sels de baryum, de l’aluminium, du titanium et j’en passe : n’étant pas chimiste, je ne sais quelle influence cela peut avoir sur notre santé)
Qoi qu’il en soit, je suis, moi aussi de plus en plus malade (alors que sur mes analyses : RAS !

Logo de jameswest
La santé de la mort !
mardi 29 janvier 2008 à 12h08 - par  jameswest

Oui, tout ce processus est en place depuis quelques années déjà, le système de sécurité sociale qu’on laisse sciemment se dégrader, le nombre d’années au travail qui ne va cesser d’augmenter 37.5 ans puis 41 ou 42 et 45 finalement, des pensions qui baissent (retraités obligés de repartir au travail comme au R.U), Attali ne préconise t-il pas également dans ce fameux rapport que tout le monde parte en retraite quand "il le désire" à la carte bien sûr... L’industrie agro-alimentaire fait très bien son boulot en nous gavant de pesticides, engrais, colorants (on est cerné : pas un produit n’y échappe 5 fruits et légumes par jour qu’ils disent...), n’est-il pas étonnant de voir le nombre de cancers exploser depuis quelques années ? Même le bio va bientôt avoir droit à ses doses de pesticides, effarant non ? Tout ceci est organisé quoi qu’on en pense...

Logo de Tresaz
La santé de la mort !
lundi 28 janvier 2008 à 14h18 - par  Tresaz

"L’Homme nomade dispense un formidable cours de culture générale tout en ouvrant une réflexion passionnante sur le monde de demain"

Il faut se (et lui) rappeler qu’il a ecrit ce livre en 2003, l’annee de ses 60 ans le debut de la fin selon lui. Pourrait-on lui suggerer d’arreter brutalement sa propre machine, lui conseiller de montrer a tous, sa liberte fondamentale en se suicidant ou si par extraordinaire, il avait omit de penser que l’on pouvait lui appliquer ce qu’il propose de voir appliquer aux terriens de son age, le liberer de toute contrainte en le suicidant suivant les lois de la future constitution pour les bienfaits de la croissance enfin retrouvee.

Logo de michel80
La santé de la mort !
lundi 28 janvier 2008 à 11h22 - par  michel80

Additif

Tu comprends pourquoi maintenant, j’ai débuté une série d’article sur la fin de la vie et que je t’ai parlé d’une rubrique sur le survivalisme.

Pourquoi aussi, pour moi, le combat des "Chiapas" et l’esprit dans lequel il le mène, a valeur de symbole.

Mais tellement peu, tellement peu ont pris conscience du drame dans sa totalité... Alors nous devrons aussi nous préparer à mourir en homme de chair et de sang, ou à finir comme un légume. Tel est la triste réalité... Non "l’effroyable" réalité. C’est un appel au secours d’un humanisme qu’il faut lancer... Il faut retrouver les valeurs de la résistance contre les forces "du mal" qui n’ont jamais cessé d’être à l’oeuvre. C’est l’ultime combat. Je dis bien l’ultime...Sans être croyant, il faut recommander nos âmes, car cela ressemble fort au jugement dernier.

Logo de michel80
lundi 28 janvier 2008 à 14h37 - par  Jean Dornac

Tu es trop, Martine !!

Gros bisous et merci pour la circulation du texte !!

Logo de Martine la girondine
lundi 28 janvier 2008 à 13h34 - par  Martine la girondine

Excellent article !

Tu t’améliores de jour en jour et "la maladie" te rend encore plus "pointu" , lucide et combatif qu’avant ! ce qui te "soigne" finalement ! Non ? Beau paradoxe, et encourageant ...

Je fais circuler ton article LARGEMENT ! il en vaut la peine !

Logo de michel80
La santé de la mort ! et la fin d’un monde humain
lundi 28 janvier 2008 à 10h55 - par  michel80

Bonjour Jean,

Aurais-tu oublié l’AGCS ? Aurais-tu oublié la "dite" constitution européenne qui est un traité pour libéraliser tous les services et les rendre rentables. Ce n’est pas les politiques qui occupent la scène dont il faut se soucier, c’est des multinationales qui agissent dans l’ombre et au dela de toutes frontières et de tout Etat-nation, terme aujourd’hui qui ne recouvre en matière de lois, de droits et de souveraineté qu’une coquille vide. C’est juste un espace avec une frontière (et encore) pour signifier qu’il y a des gens qui parlent la même langue et qui cohabitent mais : C’EST TOUT. Le monde est dirigé uniquement par un cartel de multinationales qui s’entendent pour le dominer. Tout le reste, je le répète et martèle, c’est du DECOR. En effet, c’est la fin d’un monde tel que nous nous le représentions. C’est la condamnation de tous les hommes au nom du profit et de sa folie la cupidité, c’est la destruction annoncée de toutes formes de vie, c’est la certitude de vivre bientôt dans un cloaque par le foisonnement des multiples pollutions.

C’est le pire des scénarios que nous pouvons imaginer car les individus qui "tiennent" économiquement le destin de la planète et du vivant sont totalement fous. A ce point, qu’ils ont perdu tout sens des réalités et sont prêts à entraîner dans la mort l’ensemble de tout ce qui existe. Je ne crois même pas à un grand projet d’éradication pour recommencer un eugénisme avec une " race supérieure" ...mais c’est à vérifier. Je crois que l’homme est devenu objet de lui-même et qu’il a perdu pour certains toute humanité. Cela va devenir l’enfer non seulement pour ceux qui sont encore "humain" mais infernal pour ceux qui sont encore "humain et conscient". Pour ces derniers, il reste juste l’espoir de prendre le maquis au risque de sombrer dans le pire des désespoirs, le plus mortel. La suite...faire des hommes un troupeau docile et innofensif, du bétail dans toute l’acceptation du terme. Sélectionner ceux qui auront un "droit de vie" pour produire et peu consommer (très peu). Au fur et à mesure, éliminer les autres en "douceur" et en silence. Si quelques uns, pas encore "implantés" avec une puce neuronale, n’entrent pas en résistance hors du système, le système les digérera comme un cancer phagocyte des cellules saines.

Logo de michel80
mardi 29 janvier 2008 à 15h55 - par  Jean Dornac

Bonjour Christian,

Oui, je connais ce film et je dois t’avouer que j’y ai beaucoup pensé au moment de rédiger mon article. Mais je ne pouvais pas tout aborder, l’article étant déjà relativement long. Mais ta remarque est d’autant plus juste, voire prémonitoire, que Jacques Attali préconise aussi une prise en charge, à domicile ou autre, des personnes dépendantes, une sorte de service nouveau et spécialisé.

Compte tenu de ses opinions sur l’euthanasie, je peux t’assurer que sauf à avoir perdu la boule totalement, jamais je n’accepterai d’être sous l’emprise de tels services. Ce sera l’assassinat bien préparé de tous ceux qui seront trop pauvres, trop malades, parce que tous ceux-là coûteront trop chers aux amis d’Attali, mais de même tous ceux qui seront des "déviants" politiques y passeront également sous n’importe quel prétexte.

Et va savoir si, dans la logique folklo-libérale (parce que ce système n’a rien de libéral !), ils n’en viendront pas, comme dans le film, à faire de la bouffe en partant des cadavres de tous ceux qu’ils auront assassinés à la chaîne...

Logo de christian
mardi 29 janvier 2008 à 15h20 - par  christian

Jean ,Ces réflections ,sur l’ " euthanasie " , me font penser à ce film de 1973 " Soleil vert " avec l’innommable ( à cause de ses positions politiques , notamment sur les armes ...) Charlton Heston ,où le personnage du flic, joué par ce dernier , découvre que l’on euthanasie les "vieux" pour en faire des pillules vertes , gorgés de protéines pour nourrir la planète !! Comme dirait l’autre - il n’y a de nouveau que ce qui est oublié -

http://fr.wikipedia.org/wiki/Soleil_vert_(film)

Bon courage JEAN

Cordialement
Christian

Logo de christian
lundi 28 janvier 2008 à 15h53 - par  Jean Dornac

Vous exposez parfaitement la problématique qui est la nôtre, aujourd’hui. Peu, trop peu de concitoyens comprennent ce qui arrive ; trop peu ont bénéficié de l’enseignement de l’esprit critique.

C’est la raison pour laquelle nous devons, sur un site comme altermonde, mais aussi sur les sites amis, poursuivre nos analyses, nos réflexions. Au travers de tous les lecteurs qui nous suivent et qui, je le sais pour un certain nombre d’entre eux, distribuent nos textes, nous avançons. Trop lentement peut-être, mais nous avançons tout de même.

J’aime beaucoup l’image des vagues qui au fil du temps finissent par emporter des falaises entières... C’est le résultat que j’espère de notre travail à tous, mais en espérant aussi qu’il nous reste suffisamment de temps pour inverser la courbe de folie actuelle...

lundi 28 janvier 2008 à 15h39

C’est, malheureusement, tout à fait juste... mais la conscience des choses telles qu’elles sont reste, très malheureusement aussi, le fait d’une toute petite minorité.
Nous conversons, ici, par exemple, entre "pairs", entre sujets conscients de la brutalité, la sauvagerie, la barbarie (au sens dur du terme) du monde qu’il nous est donné de vivre.

Par contre, nombre de nos "circonvoisins" admettent ce monde, jouent le jeu pour lequel ils ont été formatés à leur insu... par l’école (j’y reviendrai), par les médias aux ordres, et plus précisément la télévision. Leur intérêt immédiat, c’est d’avoir "une belle maison", si possible avec perron, véranda et piscine, de posséder au moins une grosse voiture, de passer des vacances "exceptionnelles"... pour pouvoir paraître !

La question fondamentale est celle de faire découvrir à tous ces "endormis" du système où est leur force vive et comment l’utiliser.
L’école, sur laquelle nombre de générations avaient fondé leur espoir (l’école, moyen de promotion sociale, moyen de former des citoyens qui entendent qu’on leur rende des comptes et qui ne s’en laissent pas conter, pour reprendre le discours de Condorcet, l’école libératrice, l’école venant à bout de toutes les discriminations...), l’école qui nous a formés n’est plus.
Je me rappelle avec quel effarement j’avais subi le discours d’un Inspecteur Général de Lettres, dans le courant des années quatre-vingts, discours m’expliquant que la mission d’un prof de lettres (ce que j’étais à l’époque) consistait "à conformer ses élèves à des normes". Normes établies par qui ? Pour quoi ?
Lorsque j’ai posé cette question, elle est restée sans réponse ! Fi de la formation de l’esprit et du développement de l’intelligence !Fi du sens critique ! Fi de l’intérêt littéraire ! Fi des "Belles Lettres" ! Fi de tout ce qui avait fait la saveur et la qualité de notre culture !

La demande institutionnelle était explicite : "normer" les futurs sujets d’une République déliquescente, former de futurs consommateurs incultes (cela semble bien être la norme, aujourd’hui !).
C’est bien de la mort programmée de l’humanité et de l’humanisme qu’il s’agit, mort programmée machiavéliquement et cyniquement par des gens sans foi ni lois qui n’ont d’autre vision que leur intérêt personnel à court terme, et la fructification de leur capital comme une fin en soi !

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info