Ah, l’Égalité !

samedi 9 février 2008
popularité : 3%

Le Bureau International du Travail (BIT) vient de publier les résultats d’une vaste enquête sur la discrimination à l’embauche selon l’origine ethnique.
Plus de 2000 faux CV ont été envoyés au cours de l’année 2006 en réponse à des offres d’emploi sur de grandes villes, Paris, Lyon, Marseille, Lille, Nantes et Strasbourg.

Cette technique d’investigation, appelée testing, consiste à envoyer à une même offre de travail des CV identiques qui ne diffèrent que par la photographie et la consonance du nom.
Elle a concerné des secteurs d’activité comme la restauration, l’hôtellerie, les transports, le BTP, le commerce et les services dans des segments de qualification moyenne ou faible.
Le diagnostic donne sans aucune ambiguïté l’existence de fortes discriminations, car dans 70% des cas, l’employeur a favorisé les candidats d’origine ‘française’ à ceux d’origine africaine ou maghrébine.
Dans 19% des cas, il a été relevé une discrimination positive qui a favorisé les faux candidats à nom et à l’aspect africain ou maghrébin.
Une étude plus fine démontre que la discrimination est plus forte chez les hommes que parmi les femmes et touche davantage les personnes africaines que les maghrébines.

La discrimination intervient au stade de la réception des CV, interdisant toute chance aux personnes à nom de consonance étrangère d’avoir un entretien et de défendre sa cause.

Le plus cruel est que la discrimination prend la forme atténuée d’une mise en attente (« on vous rappellera ») au lieu d’un refus net.
Alors qu’il est d’emblée écarté, le candidat espère et ne perçoit pas la discrimination.

Comme la Halde est promise à ne rien faire, il faudrait envisager un regroupement des refusés à l’emploi qui recourraient devant la Cour Européenne de Justice.

convergencedescauses.com


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Hopitaux en danger

jeudi 19 avril 2018