Écologie ou plombage : il faut choisir !

lundi 18 février 2008
par  Estelle Vereeck
popularité : 1%

La récente décision de la Norvège d’interdire le mercure, et par voie de conséquence le plombage ou amalgame dentaire, a relancé le débat sur la toxicité de l’amalgame, en le plaçant cette fois sur le terrain de l’écologie. On savait le mercure un redoutable toxique,
pour la cellule nerveuse en particulier, la Norvège par sa décision nous rappelle que c’est aussi un redoutable polluant de l’environnement.

Or, la dentisterie, avec les fameux plombages, est la seconde source d’exposition au mercure au niveau mondial. Quinze tonnes de mercure sont posées chaque année dans la bouche des français, soit un total de cent tonnes pour l’ensemble de la population. Ceci pose un problème environnemental qui n’est jamais abordé. Il faut savoir que le mercure contenu dans les plombages (la moitié d’une obturation) est vaporisé au moment de l’incinération. En Suède, on a évalué que le mercure ainsi libéré représente le tiers des émissions de mercure dans ce pays. Quand à la France, partant du principe que ce dont on ne parle pas n’existe pas, elle occulte purement et simplement le problème. Seuls les déchets mercuriels en provenance des cabinets dentaires sont pris en compte, récupérés par des filtres que les dentistes ont obligation de faire installer depuis avril 2001. Les sources de contamination de l’environnement par le mercure, issu de la crémation ou de la décomposition naturelle post mortem, ne sont jamais évoquées.

Dès lors, dans la mesure où il n’y a rien à attendre des pouvoirs publiques qui continuent de défendre envers et contre tout un matériau bon marché, n’appartient-il pas à chacun de prendre ses responsabilités ? Au-delà de notre santé individuelle, le choix d’un
matériau dentaire engage la santé de notre planète. Renoncer au plombage au mercure, le faire déposer ou le refuser en tant que patient pour lui préférer un matériau alternatif, est un acte écologique au moins aussi important que trier ses déchets, économiser l’eau et l’énergie, choisir des produits ménagers biodégradables, etc.

Pourtant, le choix n’est pas toujours évident. En effet, la résine ou composite, fréquemment employée pour remplacer l’amalgame, est plus fragile. Il faudrait très souvent lui préférer la céramique, beaucoup plus coûteuse et pour partie non remboursée par la sécurité sociale.
Pourtant, outre qu’ils sont moins polluants pour notre environnement, les matériaux alternatifs à l’amalgame ont un autre avantage : leur biocompatibilité est supérieure comme expliqué dans : Classification des matériaux dentaires selon leurs qualités biologiques.
www.holodent.com

Les personnes qui souhaitent faire déposer leurs plombages n’oublieront pas que cet acte doit être pratiqué avec précautions car le fraisage libère une quantité accrue de mercure :
www.holodent.com

par Estelle Vereeck
www.holodent.com


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Annulation essais OGM de 2006

dimanche 30 novembre 2008

La Confédération paysanne vient enfin de se voir notifier à la suite des
recours déposés par le syndicat et d¹autres intervenants l¹annulation par
des arrêts successifs du Conseil d’État dans les dernières semaines de
toutes les autorisations d’essais OGM accordées en 2006.

Ainsi, Biogemma, Monsanto, Pioneer et Syngenta ont semé en 2006, 2007 et
pour certains en 2008 des essais aujourd’hui dépourvus de base légale.

Plus d’infos :
confederationpaysanne.fr

Le Collectif des Faucheurs Volontaires Rhône-Loire