« Le soi, les voisins, le quartier » Bamako-Mali

vendredi 22 février 2008
par  Daphné Bitchatch
popularité : 1%

17 février 2008, par Daphné Bitchatch

Avec les habitants du quartier Missira à Bamako au Mali, Aminata Traoré a réalisé un projet collectif et communautaire de réaménagement et d’assainissement de ce quartier. Un marché d’artisanat local, un cinéma et de nombreux autres commerces y ont été aménagés, facilitant la cohabitation et le bien être de ces habitants.

Des réunions de quartier sont organisées régulièrement afin d’y débattre tous ensemble des problèmes rencontrés, de la suite des travaux à entreprendre, des frais que tout cela engage etc...

L’on s’exprime lors de ces réunions très animées en Bambara. De nombreuses femmes et hommes ont participé pleinement à ce projet pour leurs enfants.

L’une de ces femmes, présente à cette réunion du mois de février 2008, témoigne sa reconnaissance envers Aminata Traoré, en lui expliquant pleine d’émotion qu’elle n’a jamais eu la possibilité de vivre ainsi décemment, dans un quartier aux maisons propres, des rues joliment pavées et combien elle est heureuse et fière de pouvoir avoir fait tout cela pour tous leurs enfants…

Aminata Traoré sourit humblement de son immense regard enveloppant le monde.

Lors de cette réunion autour de laquelle jouent des enfants, souffle l’Harmattan des esprits créateurs, brillent jusqu’aux étoiles les regards intenses de toutes ces femmes, engagées en ce combat, résonnant les voix d’un cri uni, dont l’écho venant du plus profond de la terre, bat au rythme du sang de la vie / Djoliba en Bambara, j’entends comme une table ronde, une mappemonde autour de laquelle parleraient Edouard Glissant, Césaria Evora, Stephan Hessel, Aminata Traoré, Armand Gatti, Rosa Luxembourg… Leurs mots se transformeraient en graines et pollen, un autre monde pousserait tel s’est bâti ce projet et tel il se vit …

Le marché…

Cette immense réalisation allie parfaitement une politique sociale et communautaire. Chacun est concerné, chacun a son mot à dire et il sera entendu de tous, chacun a sa pierre à apporter à l’édifice et elle sera posée sur ce socle de l’humanité.

Les matériaux utilisés pour ces constructions sont des matériaux locaux, banco, argiles, pigments, ocres et terres pour les peintures des maisons, pierres des collines de Bamako pour les pavés ; Badala : la colline du savoir, Point G : la colline de l’espoir et Koulouba : la colline du pouvoir.

Ce projet est baptisé « Le soi, les voisins, le quartier ». Il répond à un besoin profond, mais rarement extériorisé, de reconstruire notre être de citoyens maliens et africains, souvent éclaté entre deux cultures et deux mondes. J’ai l’intime conviction qu’en nous réconciliant avec nous-mêmes, et les uns avec les autres, nous pouvons prendre soin de notre environnement immédiat : le quartier. Aminata Traoré

(Horizons et débats - 2007 N°22, 11 juin 2007 - L’autre Afrique se construit dans les quartiers).

En marchant dans ce quartier l’on se prend à rêver de voir toute la ville de Bamako ainsi refaite. L’on se met à croire en une prise de conscience collective, en l’union fraternelle : seuls moteurs capable de répondre à tous maux de nos sociétés. Ne plus dépendre de ceux qui veulent en décider afin d’assouvir leur soif de pouvoir, mais à tout un chacun de prendre ses outils et de redessiner déjà une autre façon de vivre en retraçant son quartier, réinscrivant ainsi une autre vie de quartier, une convivialité où vivre ensemble et s’écouter peuvent créer les liens nécessaires à l’humanité et au combat.

Le quartier Missira ne restera pas seulement au Mali mais son exemple je l’espère passera nos frontières « Le défi auquel nous faisons face aujourd’hui, c’est d’imaginer des perspectives d’avenir centrées sur les êtres humains… » Aminata Traoré/ L’Afrique humiliée.

Le premier quartier précède la pleine lune sous laquelle il est bon d’y faire nos vœux… Le partage du fruit que l’on aura fait pousser se fera en quartiers et il y en aura pour tout le monde…Un quartier d’orange, un jour couleur d’orange…D.B

Le quartier Missira à Bamako est l’expression au quotidien d’une responsabilité collective. Les habitants de ce quartier y ont développé de nouvelles formes de solidarités réelles pour améliorer leurs conditions de vie. Ils y participent à part entière de par leur engagement, enthousiasme, esprit créateur et leur présence, comme propres acteurs et actrices ils y ont initié l’esthétisme le bien être et l’évolution de leur quartier, l’avenir de leur quartier est entre leurs mains et ils le défendront avec une grande dignité et un profond amour.

Merci beaucoup pour cette très belle leçon d’un autre monde réalisé et encore réalisable…

Daphné Bitchatch/ Bamako/ février 2008.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois