Sarkozy et le théorème d’Ellul

jeudi 28 février 2008
popularité : 1%

Jacques Ellul, le philosophe et penseur de la société technicienne, estimait que : "Dans une société, quand on parle surabondamment d’une certaine donnée humaine, c’est que celle-ci n’existe pas. [Par exemple] si on parle surabondamment de liberté, c’est que la liberté a été supprimée". Par conséquent, si l’on suit la logique d’Ellul, plus on parle de cette "donnée" pour la célébrer par des mots, plus en fait, dans la réalité, on cherche à la dénaturer, voire à l’annihiler.

par Hassinamechai


Ce "théorème" politique ne peut que revenir à l’esprit en écoutant notre "cher" (pécuniairement s’entend, bien sûr) Président Sarkozy envisager de confier la mémoire de tout enfant français juif mort en déportation à des enfants de Cm2.

Après la lecture de la lettre de Guy Moquet, il entend maintenir artificiellement, en Pater doloroso, des flammes de souvenirs qu’il utilise comme autant de fumigènes communicationnels et idéologiques.

Si l’on suit le raisonnement "ellulien", Nicolas Sarkozy célébrerait d’autant plus abondamment la mémoire des victimes de la seconde guerre mondiale qu’il souhaite dénaturer et annuler les conséquences de cette Seconde Guerre Mondiale, notamment les acquis du Conseil national de la Résistance.

Ce Conseil a posé les jalons d’une démocratie sociale à la française en instaurant, entre autres, la Sécurité sociale pour tous et le système actuel de retraite, en redéfinissant la liberté de la presse non seulement libre du pouvoir politique mais également des "puissances de l’argent", et enfin, en nationalisant les secteurs clés de l’économie comme l’énergie. Ce programme a ainsi été juridiquement cristallisé dans le Préambule de la Constitution de 1946, lequel énumère des droits sociaux et économiques qui complètent harmonieusement les droits politiques nés de 1789. Tout cela fait partie du corpus constitutionnel qui fonde donc notre République politique mais également sociale.

Or, par d’infimes touches pointillistes, Nicolas Sarkozy semble, peu à peu, dessiner le tableau d’une contre-révolution qui aurait simplement mis plus de 60 ans à vouloir s’imposer politiquement et à tenter de défaire l’oeuvre de 1946.
La France a déjà connu ces mouvements de contre-révolution conservatrice, valses-hésitation historiques qui ont toujours été autant d’application du théorème politique ellulien. Ainsi Napoléon Bonaparte s’est-il proclamé seul héritier de la Révolution française pour mieux l’enterrer et devenir Napoléon Ier ; Aussi Louis-Napoléon Bonaparte utilisera-t-il au mieux le suffrage universel né de la Révolution de 1848 pour mieux restaurer l’Empire ; aussi, l’ancien monarchiste Thiers écrasera-t-il au mieux la Commune révolutionnaire de Paris au nom de la Troisième République ; aussi Pétain célébrera-t-il le patriotisme pour mieux laisser occuper la France et le Travail pour mieux enterrer les avancées sociales de 1936.

Denis Kessler, numéro deux du Medef, l’a ainsi déclaré sans ambages : "Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! (...) Le problème de notre pays est qu’il sanctifie ses institutions, qu’il leur donne une vocation éternelle, qu’il les « tabouise » en quelque sorte. Si bien que lorsqu’elles existent, quiconque essaie de les réformer apparaît comme animé d’une intention diabolique. Et nombreux sont ceux qui s’érigent en gardien des temples sacrés, qui en tirent leur légitimité et leur position économique, sociale et politique. Et ceux qui s’attaquent à ces institutions d’après guerre apparaissent sacrilèges." (Challenges, 4 octobre 2007)

Par cette proposition de parrainage, Sarkozy développe une stratégie de contournement très habile. Il envisage la Seconde Guerre mondiale dans ce qu’elle a d’humainement sacré, c’est à dire, selon l’étymologie première, mis à part, séparé : les enfants français morts en déportation. Il institutionnalise ainsi cette tragédie, son souvenir, et en renforce le caractère déjà singulier, tout en étendant sa sacralité au domaine public. Pourtant, dans le même temps, cette mémoire des victimes, ce lieu sacré du buisson ardent devant lequel, à l’instar de Moïse, tous devraient se déchausser symboliquement, Sarkozy invite curieusement des enfants de 10 ans à y piétiner.

Et, en se faisant le gardien jaloux et sourcieux de la mémoire de cette guerre, il prétend en devenir, dans le même mouvement, le gardien quasi exclusif. N’ayant pas la légitimité historique en raison de son âge ou de son histoire personnelle, il crée artificiellement une autre forme de légitimité en se faisant l’animateur officiel de cette mémoire ainsi étatisée, sanctuarisée.

Construit-il un mausolée officiel pour mieux détruire un autre temple, "le temple sacré", le "tabou", dixit Kessler, de 1946 ?
Quand il décidera de légiférer sur ces acquis de 1946, qui osera le taxer d"intention "diabolique" comme l’écrit Kessler, lui qui aura tant défendu la mémoire des victimes de la Seconde guerre mondiale ?

La même technique, de façon plus feutrée, a déjà été utilisée contre la Sécurité Sociale avec l’instauration de franchises pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. En effet, comment s’opposer à ces franchises quand il peut être répondu, avec toute l’onction possible, qu’elles ont été instaurées pour aider les malades d’Alzheimer ? Qui manquera d’humanité à ce point pour priver ces malades de soins adéquats ? Or, faut-il souligner que ces franchises sont le premier pas, qui est toujours le plus difficile, vers un démantèlement insidieux, voire une privatisation de la sécurité sociale telle qu’elle est née en 1946 ?
De même, pendant que le gouvernement Fillon s’ingéniera à refondre le système des retraites, notamment celles des cheminots, on fera lire dans le même temps dans les écoles la lettre de Guy Moquet, jeune communiste fils d’un syndicaliste cheminot...

La mémoire des morts pour mieux oublier les vivants ?

Cette technique de communication très sarkozyste a ainsi l’avantage certain de méduser toutes les oppostions, tétanisées par ces regards d’outre tombe, par cet appel à l’indicible, à la compassion, au Sacré.
Par cette proposition, Sarkozy veut faire de l’Histoire un rite sacramentel, l’ériger en liturgie. Tellement sacramentel d’ailleurs que cela confine au religieux. Car il y a vraiment quelque chose de religieux dans cette proposition, une religion sans transcendance, mais avec ses martyrs, ses rites, sa liturgie...

D’ailleurs, la proposition de confier la mémoire d’un enfant mort rappelle deux traditions, rites religieux ; d’abord le baptême des morts tels qu’il est pratiqué par les Mormons, lesquels font d’extraordinaires recherches généalogiques pour baptiser les morts dont les noms ont été retrouvés afin de leur assurer un salut outre-tombe. Seulement, dans cette proposition de parrainage, pour qui est le salut ?
Ensuite la tradition juive qui pose qu’il appartient aux vivants de se rappeler des morts et de leur nom afin de maintenir leurs souvenirs et leurs mémoires.
Nicolas Sarkozy fait ainsi entrer un peu plus le religieux, et sa dimension ritualisée, dans l’espace public, espace de reflexion et de distanciation par définition.

De plus, par ce rappel constant aux horreurs du nazisme, Nicolas Sarkozy s’exonère habilement de toute critique quant à sa politique envers les sans papiers. Qui osera ne serait ce que faire le parallèle entre ces arrestations au petit jour, ces expulsions massives, avec objectifs chiffrés à l’appui, ces enfants qui, parfois, se retrouvent en prison et la politique de Vichy ? Comment accuser celui qui porte constamment la déportation en bandoulière, en écharpe sanglante, d’avoir une politique humainement affligeante envers ces mêmes sans-papiers ?

Faire entrer ce génocide dans le seul champ de la mémoire figée, la cristalliser dans une commémoration institutionnelle, c’est la placer dans le même mouvement hors du présent, de notre présent. C’est la placer en signe expiatoire pour notre société, mais plus forcément en signe de vigilance constante. Puisque le pire est dernière nous pourquoi nous soucier de ce qui se passe actuellement ?

Cette Histoire ne pourra être approchée qu’avec encore plus de "crainte et tremblement", ce qui la fera encore plus basculer de l’éthique au religieux, du présent continu au passé décomposé, du souvenir vif car humain à la mémoire glacée car institutionnelle, du crime de lèse-humanité au crime de lèse-majesté...

Si on était dans un roman policier, on pourrait presque dire que cette proposition est un alibi, par anticipation. Mais ce n’est pas un mauvais roman policier, c’est juste la France sous Nicolas Sarkozy.

Hassinamechai

oulala.net


Commentaires

Logo de Gilles LECOQ
Rama Yade ????
vendredi 29 février 2008 à 05h51 - par  Gilles LECOQ

Bonjour,

Lu un article de l’Express ce matin à propos de Rama Yade, en visite de "soutien" à Argenteuil chez Mr Mothron, Maire sortant à tendance UMPiste. Rien de plus normal là dedans que le soutien d’un membre de ce gouvernement à un de ses "sujets". Ce qui devient dramatique avec Mlle Yade, c’est qu’elle soutient, lors d’un discours de 30mn le principe "d’un répulsif contre les SDF" sous couvert "qu’il faut, dans une ville, tout tenter pour répondre aux préoccupations des gens" !!!
La Chasse aux Rats Puants est ouverte, chassez moi ce pauvre malodorant de mes trottoirs emmerdés de crottes de clébards, les merdes de chiens, va bien, mais cette odeur insupportable de misère et de crasse, jamais, que nenni, pas de ça chez moi !!!
Que cette "leçon" de chose humaine soit encore assénée par un sbire encasqué, au front bas et à l’allure d’un zombie chauve, genre service d’ordre du FN, on comprendrait peut-être encore, on peut pas tout leur demander non plus, la connerie et l’humanisme font rarement chambre commune mais que ce soit la Secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme qui sort cette répartie, y a de quoi en rester comme deux ronds de flan !!!
Je me doutais déjà un peu que les membres de ce gouvernement d’opérette viraient de plus en plus vite dans un maelström d’inepties et de contre-vérités, mais là, on touche le fond !!
Faut bien admettre pour sa défense, qu’avec Sarko-Zorro qui veut aller chercher seul à bord de son gron’avion, tel un Indiana Jones en modèle réduit, Ingrid Bettancourt dans la Jungle colombienne, la pauvre Secrétaire ne doit plus très bien savoir ou elle habite.Ce n’est plus un quinquennat, cela devient une bande dessinée. Après la libération rocambolesque des infirmières bulgares par Mme Cécilia, SuperNabot prend son jet Bolloré pour sauver I.B !!! Tata tin !! Le N°3 des Aventures de Super-Sarko à l’Elysée est, parait-il déjà en écriture, on hésite encore, dans les milieux bien informés, entre le sauvetage in-extremis du dernier ours polaire et la capture à mains nues du Tyran d’Iran !!
Que ne ferait-il pas, pour essayer de remonter dans les sondages, chers à son coeur, et tous les moyens sont bons, même les pires.
Mais plutôt que d’accorder un oeil bienveillant et protecteur sur la misère de ce Peuple qui l’a pourtant mis là ou il est, ce "Monsieur" préfère aller porter secours à l’autre bout du Monde, ridicule stratagème pour émouvoir le regard déjà humidifié des spectatrices de TF1, sous le charme de Mr Pernod, qui nous assène ses reportages inutiles et complètement stupides depuis 20 ans déjà !!
Alors, Mlle Yade Ramada, tout n’est pas forcément "encourageable", même si l’on se doit de soutenir un quelconque Maire, UMPiste fut-il. Je sais que le courage et l’honnêteté ne font pas vraiment partie des critères de sélection à des Postes de Pouvoir, mais là, vous allez peut-être un peu trop loin, votre consoeur Rachida Dati, a, quand à elle franchie la limite depuis belle lurette.

Bonne journée.
G.Lecoq.

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Appel de la Fédération des Maladies Orphelines

dimanche 5 octobre 2008

Nous avons reçu un mot de la FMO (fédération des maladies orphelines).

Roselyne Bachelot veut mettre un terme au Plan "Maladies Rares", et le
seul moyen de faire changer les choses c’est d’obtenir au mois 100 000
signatures.

Cela ne marche que par internet. Il faut aller sur le site, et signer,
c’est gratuit et ça prend une minute seulement.

Il reste peu de temps et on a que 30 000 signatures pour le moment.

Un grand Merci de bien vouloir nous aider, et faire circuler ce mail à un
maximum de personnes.

La pétition est ici : fmo-pétition

L’argent des chômeurs...

samedi 4 octobre 2008

Heureusement que le chômage est là pour fournir du travail aux bureaux d’études.

France-Emploi devrait naître, en janvier prochain, de la fusion de l’A.N.P.E. et de l’Unedic. Mais, sans attendre cette échéance, son futur président vient de confier des missions à trois cabinets de conseils pour un montant total compris entre 15 et 25 millions d’euros. L’un de ces cabinets, BPI Group, s’est spécialisé dans "l’out-placement", c’est-à-dire les plans sociaux de grande ampleur. Il lui reste à faire ses preuves dans le reclassement, mais, grâce à la générosité du service public de l’emploi, cette tâche ne devrait pas se révéler insurmontable.

Le deuxième heureux élu a pour patron le président de la commission économique du Medef. Quant au troisième, il été dirigé, jusqu’à l’an dernier, par un ancien conseiller d’Eric Woerth. Les chômeurs peuvent être rassurés : leur argent sera bien utilisé.

Le Canard Enchaîné

Christine Boutin encourage les maires délinquants

jeudi 31 juillet 2008

L’avant-projet de loi sur le logement présenté aujourd’hui au Conseil des Ministres par Christine Boutin va contribuer à vider de sa substance le « droit opposable au logement » qui avait été imposé aux pouvoirs publics par les mobilisations. Non seulement les engagements financiers de l’État tels qu’ils sont annoncés ne permettront pas la construction du nombre de logements sociaux nécessaires, mais encore certaines mesures visent explicitement à accélérer les expulsions ! Enfin, cerise sur le gâteau, le projet modifie la loi SRU en permettant aux maires d’inclure les logements d’accession «  sociale » à la propriété dans le quota de 20% de logements sociaux obligatoires. Alors que, pour les ménages les plus modestes, principales victimes de la crise du logement, l’accession à la propriété – même « sociale » - est, bien évidemment , une solution hors de portée. Cette mesure est, en réalité, un encouragement aux maires qui, malgré la loi SRU, refusaient la construction de logements sociaux locatifs dans leurs communes.

La LCR rappelle que de véritables solutions à la crise du logement passent par un effort financier public sans précédent, la réquisition des logements vides et l’inéligibilité des maires qui ne respectent pas la loi.

lcr-rouge

Grévistes de la faim en rétention à Vincennes

jeudi 21 février 2008

Communiqué des grévistes de la faim
du centre de rétention de Vincennes,
le mercredi 20 février 2007

Nous avons l’honneur de vous informer que l’on vit une situation très
difficile et catastrophique. Le manque de la moindre des choses, la
nourriture, les chambres sans chauffage, pas d’eau chaude, l’hygiène,
les provocations des services de l’ordre et la chose la plus
importante : la privation de notre liberté. Dans le centre de rétention
des chambres ont été incendiées. Un coran a été déchiré par les CRS. On
a pas eu de réponse satisfaisante à notre égard de monsieur le procureur
de la république. Après notre témoignage, c’est comme si rien ne s’était
passé. Quand nous sommes malades, les médecins ne nous donnent que du
doliprane et des cachets pour dormir. On a 90% des détenus qui sont
musulmans, ils nous servent de la viande pas hallal. Après trop de
demande et des grèves, personne ne nous a écouté. Le manque de
courtoisie bien que nous sommes dans un centre de rétention et pas
pénitentiaire, mais c’est le contraire qu’on subit et de cela on garde
un sentiment de mépris.

Pour toutes ces raisons nous demandons à tous les medias qu’ils soient
au courant et qu’ils écoutent les témoignages des retenus. Nous exigeons
notre libération et nous commençons une grève de la faim qui durera un
délai de 4 jours. Notre place n’est pas ici mais dehors.

Les grévistes de la faim du centre de rétention de Vincennes

(texte dicté au téléphone depuis le centre de rétention de Vincennes)

fermeturetention

Sarko pour le fun...

mercredi 23 janvier 2008

Faites-vous le délicat plaisir d’entendre Nicolas Sarkozy plaider avec grande conviction en faveur d’un référendum pour l’Europe. C’est irrésistible et ça donne envie de se la passer en boucle :

video.google.fr

Interventions !!

vendredi 7 septembre 2007

Bonjour,

Hier soir, au journal TV du soir, on a pu assiter à l’intervention courroucée de Mme la Ministre des Droits de l’Homme, suite à l’expulsion manu-militari de sans-papiers à Aubervilliers.

Cette commune, comme se l’est empressée de le citer Mme la Ministre, est dirigée par un "Maire Communiste", si ! si ! je vous assure, communiste, comme si cela avait valeur de "gros mot" dans sa bouche UMPiste.

Elle a donc trouvé cela indigne, certainement de notre République, de devoir expulser ces hommes et ces femmes déjà au bord du gouffre de la misère.

Je ne sais toujours pas si elle a fait aussi un rapport à son Président sur la brutalité policière à laquelle ces gens ont été soumis ou si son indignation portait uniquement sur la Mairie Communiste !!

De qui se fout-on, on a pourtant jamais aperçu cette dame dans un avion d’Air-France, lors de ces expulsions, ou certains passagers sont intervenus, scandalisés qu’ils ont été là aussi par les brutalités des sbires de ce même Président, aux bourrelets disgracieux gommés par les photographes serviles de cette presse à ses bottes.

A qui donne-t-elle des leçons, cette dame, car comme sa collègue de la Justice, son appartenance à une catégorie jusqu’ici ignorée des politiques, je veux parler des gens de couleur, n’empêche pas la bêtise, l’arrivisme à tout prix, la soif de ce pouvoir qui caractérise son Petit Chefaillon, et au risque de passer pour un "raciste" que je ne suis pas, la race ne protège aucunement de la Connerie.

Ce matin l’autre "boutefeux" Hortefeux, de sinistre passé d’extrême-droite, est parti en Guyane régler le problème de l’immigration. Peut-être envisage-t-il la réouverture de Cayenne, genre Guantanamo à la mode frenchie, pour tous ces pauvres hères à qui on fait encore miroiter le mirage de l’Europe Humaniste et Accueillante !!

Alors quand ces "personnages" arrêteront de jouer aux pompiers de service comme le fait une fois encore leur Nain de Jardin Elyséen, peut-être commencerons-nous à nous occuper sérieusement de cette immigration qui ne déplait pas à tout le monde et qui en enrichit quelques uns.

Bonne journée à toutes et à tous.
G.Lecoq .