Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé

mardi 11 mars 2008
par  Lucienne Foucras
popularité : 1%

« Je montre comment nos organismes de santé publique et nos institutions médicales les plus prestigieuses ont camouflé pendant plus de dix ans un scandale encore plus grand (de l’avis des spécialistes) que celui du sang contaminé. »

Lucienne FOUCRAS

« La vaccination massive contre l’hépatite B dans les années 90 a fait des ravages dans la population. Elle n’y a pas déclenché que des scléroses en plaques comme on l’entend dire de tous côtés, mais toutes sortes de graves maladies, parfois mortelles, au minimum handicapantes, qu’elles soient hématologiques, rhumatismales et/ou auto-immunes, et à tous les âges. Or elle est toujours programmée pour les bébés et pour les adolescents. Hélas, la majorité de nos concitoyens est désinformée, ignore que des enfants ont été gravement atteints et n’a pas encore mesuré combien notre santé est devenue une marchandise.

Auteure du "Dossier Noir du Vaccin contre l’Hépatite B", j’ai perdu mon mari en 1999. Il avait été vacciné en 1996 sans autre raison que sa récente situation de retraité. On vaccinait alors à tout va, et les retraités étaient ciblés comme population à risque : ils voyageaient. En fait de voyage, ce fut pour lui le dernier, et sans retour. Pire que la mort fut le calvaire de plus de deux ans et demi qui le conduisit progressivement et implacablement à une paralysie totale. Il était atteint de trois atteintes neuromusculaires simultanées dont la plus grave était une sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot, maladie relativement rare à l’époque mais dont l’incidence a triplé depuis 1996. Les médecins eurent alors des diagnostics hésitants, des explications embarrassées et contradictoires. Ils parlèrent d’une "maladie neurologique complexe", n’osèrent parler du vaccin que confidentiellement, et mirent en avant "hasard" et "simple coïncidence".

Révoltée par tant de souffrance, d’indifférence et d’irresponsabilité, j’ai décidé , après la mort de mon mari d’enquêter moi-même et de témoigner. Je savais d’avance que toutes les portes me seraient fermées, mais j’avais un atout : ma propre plainte au pénal qui me donnait accès au dossier d’instruction. Contrairement aux magistrats, aux experts et aux avocats, je n’étais pas liée par le secret de l’instruction. Donc je parlerais. J’avais même le devoir de le faire. Contre l’incrédulité dominante, car ce que je découvrais était en effet incroyable, j’ai travaillé le dossier, recueilli de multiples témoignages, comparé des destins absolument similaires à travers la France, réuni une documentation, et écrit un témoignage(1) dont, j’espère, chacun reconnaîtra le sérieux. En tout cas, depuis sa sortie en librairie, il n’a reçu aucun démenti de qui que ce soit, mais plutôt de nombreux encouragements. J’ajoute que la justice dispose d’une expertise qui confirme absolument mes doutes, mais le lecteur pourra constater que cela ne suffit pas nécessairement en face de la puissance des laboratoires.

Je ne suis pas la première à avoir écrit sur cette question. Je cite d’ailleurs ceux à qui je suis redevable. Mais j’accuse les pouvoirs publics -ministres de la Santé notamment et Philippe Douste-Blazy en tête- d’avoir lancé une campagne de vaccination massive sans aucune précaution et sans assurer aucun suivi (la pharmacovigilance a même perdu de vue 99% des enfants vaccinés dans les collèges !), d’avoir menti et de continuer à mentir. Quelques exemples :
- 1) les chiffres truqués en 1994 pour faire croire à une épidémie "plus grave que le Sida"
- 2) la salive présentée comme vecteur de contamination pour gagner le "marché des collèges" (ils parlent ainsi), effrayer les parents (et même les grands-parents) et les inciter à se faire eux aussi vacciner
- 3) l’innocuité proclamée du vaccin pour les nourrissons au prétexte qu’ils n’auraient pas de myéline (mais elle se forme peu à peu et le vaccin attend son heure, tout simplement !), argument d’autant plus malhonnête qu’il fait l’impasse sur toutes les autres maladies auto-immunes déjà constatées.
- 4) sa prétendue utilité pour ces tout-petits et pour les préadolescents, alors que ni les uns ni les autres ne risquent de rencontrer le virus dans l’immédiat (devenus adultes ils se croiront protégés alors que personne ne sait encore la durée de protection du vaccin, et alors ils seront fragilisés -le précédent du BCG devrait à cet égard servir d’alarme)
- 5) l’affolement entretenu autour de l’hépatite B présentée comme mortelle alors qu’on en guérit naturellement et sans aucune médication dans plus de 90% des cas (on ferait mieux de s’occuper de l’hépatite C)
- 6) la dramatisation autour des cas d’hépatites B fulminantes en France (une trentaine par an dont même pas une dizaine mortelles, en pourcentage : de 0,5 à 1% des formes aiguës symptomatiques nécessitant des greffes. Quant aux porteurs chroniques, leur taux par rapport à la population générale n’était que de 0,2% - 0,1% chez les femmes et 0,3% chez les hommes- en 1991. Les 300.000 porteurs chroniques (0,7%) annoncés récemment par l’INVS (Institut de veille sanitaire) ne modifient guère la donne : l’étude a sélectionné une population fragilisée (bénéficiaires de la CMU, chômeurs, immigrés sans revenus, précaires souffrant de pathologies diverses) et ne vaut pas pour la population générale qui y est sous-représentée. De tels biais méthodologiques (surreprésentation – près de 12% - de populations issues de zones endémiques de virus HB et sous-représentation de la population française de naissance englobée dans un pool européen et donc même pas quantifiée, rappellent les estimations hasardeuses des années 94 ou de l’été caniculaire 2003...
- 7) la réduction des cas d’accidents vaccinaux à la seule sclérose en plaques (elle permet de camoufler derrière la SEP une multitude d’autres pathologies, la plus grave notamment : la SLA, ou les aplasies médullaires (destruction de la moelle) qui ont tué au moins une douzaine d’adolescents), d’éviter de comptabiliser les cas et donc de faire des recherches, d’économiser aussi sur les indemnisations (il y en a eu très peu, mais il y en a eu, preuve que l’Etat, au grand dam des laboratoires, reconnaissait l’accident post-vaccinal).
- 8) le chantage à l’inconséquence des Français qui seraient les seuls au monde à se plaindre d’accidents vaccinaux (il y a des dizaines de milliers d’accidents aux Etats-Unis, au Canada, en Italie, dans tous les pays qui ont massivement vacciné. Très peu au contraire en Grande-Bretagne qui n’a vacciné que 5% de sa population et connaît cependant moins de cas d’hépatite B que nous qui avons dépassé les 50% et qui avons moins de population immigrée du sud-est asiatique considérée comme porteuse du virus !)
- 9) l’assurance qu’aucun enfant n’a subi de dommage (alors que la pharmacovigilance suit, sans l’avouer, une cohorte d’enfants de moins de seize ans atteints d’une première poussée de démyélinisation -cohorte "Kidmus"- et qu’elle a recensé plusieurs décès dus à des maladies auto-immunes notamment.
- 10) la thèse assez désagréable selon laquelle il valait la peine de faire un "déchet" (sic) de quelque milliers de victimes pour en sauver des millions (de quoi ? d’un virus qui avait pratiquement disparu avec les mesures prises pour enrayer le Sida et les maladies nosocomiales transmises par une mauvaise gestion du sang).
- 11) les conférences dites de "consensus" réunies à l’initiative des ministres, l’une en septembre 2003 dans la précipitation, juste avant deux procès en Cassation (s’ils ont été perdus, il ne faut pas s’en étonner), l’autre en novembre 2004 pour démolir la thèse du docteur Hernan (triplant le risque de SEP après vaccination) sans même l’avertir, l’entendre ni l’inviter. Ces deux conférences ne rassemblant que des experts adeptes, voire militants du vaccin, liés pour nombre d’entre eux aux laboratoires, exclusion faite de toute voix discordante (il y en a). Donc consensus acquis d’avance, sans transparence ni contradictoire. Etc.

Tant de mensonges pourtant n’ont pas mis en alerte le corps médical...

"Le Dossier Noir" montre aussi comment l’assurance-maladie a été ruinée, non seulement par la campagne de vaccination elle-même (où P.D.B a joué un rôle majeur) mais par la montée astronomique des affections de longue durée (ALD) qu’elle a occasionnées depuis 1996 (voir courbe de la CNAM révélée en octobre dernier, trop tard malheureusement pour que j’aie pu l’insérer dans mon livre, mais qu’on peut se procurer sur le site de la CNAM). Je montre comment nos organismes de santé publique et nos institutions médicales les plus prestigieuses ont camouflé pendant plus de dix ans un scandale encore plus grand (de l’avis des spécialistes) que celui du sang contaminé.

Cette collusion avec les laboratoires a été dénoncée récemment à propos du Vioxx et du Celebrex, mais pas encore à propos de ce vaccin (c’est un vaccin, donc par définition intouchable). Comment nos responsables politiques ont refusé une enquête parlementaire en se référant à une ordonnance de 1957, malgré l’insistance de certains députés (Verts principalement). Comment des lois ont été votées et aussitôt détournées de leur objectif (loi Fauchon notamment) pour protéger les plus hauts responsables. Comment procède l’industrie pharmaceutique pour exercer son influence sur l’opinion, sur le corps médical, et même sur certains magistrats, maniant, selon les nécessités ou la cible visée, séduction, pressions (sur un juge), menaces (contre des journalistes), représailles (Martin Winckler évincé de France Inter) ou acharnement judiciaire (contre un expert jugé récalcitrant – le Dr Marc Girard - ou une avocate – Me Gisèle Mor - jugée trop tenace). Comment l’"establishment" médico-pharmaceutique fait taire toute opposition, empêchant notamment les chercheurs ou experts jugés "dissidents" de publier dans des revues scientifiques, ou les discréditant s’ils sont parvenus enfin (docteur Hernan) à franchir les barrages. Comment il influence la plupart des experts qu’on retrouve partout juges et parties dans les procès au point qu’il est pratiquement impossible à une victime d’obtenir une expertise qui ne la défavorise pas. Comment enfin il infiltre certaines associations de patients et joue habilement de la culture pastorienne de nos médecins (même la revue "Prescrire", pourtant réputée indépendante, s’est laissé surprendre et dans son enthousiasme a donné la "pilule d’or" à ce vaccin en 1981. Elle n’a malheureusement pas beaucoup bougé pendant vingt ans !). Difficile de critiquer un vaccin en France !

J’invite aussi les familles à observer un fait troublant : le DT Polio et le T Polio d’Aventis-Pasteur ne sont plus fabriqués. Le Revaxis censé les remplacer (10€23 contre 6€70, tant pis pour l’assurance-maladie) ne peut être administré qu’à partir de 6 ans. [1] Que reste-il alors aux parents qui tiennent à respecter l’obligation vaccinale pour les moins de 6 ans sinon à consentir à une vaccination élargie à trois autres vaccins seulement facultatifs mais insérés dans la même injection, et qui comprennent du virus HB ? Voudrait-on par hasard écouler des stocks un peu en catimini ? [2]

On a compris maintenant, je pense, pourquoi j’ai écrit, pourquoi je me bats et continuerai à me battre bien que le rapport de force soit dérisoirement contre moi. Ce que j’ai écrit n’est pas du roman. J’ai essayé cependant de rendre facile la lecture de mon témoignage pour que son message passe mieux : vigilance. Vigilance particulière pour nos enfants, car ce sont eux aujourd’hui (et non plus les adultes, et pour cause !) qui sont visés. Vigilance aussi pour nos adolescents ou pour les jeunes qui pourraient être contraints à une course au faux carnet de vaccination pour entrer dans le monde du travail, si on leur imposait ce vaccin [3]. N’oublions pas : il y a des stocks à écouler. A chacun de bien mesurer les enjeux."

Lucienne Foucras

«  Le Dossier Noir du Vaccin contre l’Hépatite B, mensonge d’Etat ?  », éditions du Rocher, octobre 2004


[1Il a été ensuite autorisé à partir d’un an, quoique d’abord interdit avant 6 ans. Est-ce que cette modification sans AMM était légale ?

[2L’Hexavac aurait été responsable de la mort de quatre enfants en Allemagne. L’EMA l’a retiré du marché, invoquant son inefficacité. De deux choses l’une : ou il n’aurait jamais dû recevoir d’AMM s’il était inefficace, ou la raison invoquée est fausse.

[3Il fait peur aujourd’hui (2005) à tout le monde et les médecins ne le pratiquent plus, sauf quelques pédiatres pour des raisons curieuses.


Commentaires

Logo de malorie
Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé
lundi 31 mars 2008 à 12h36 - par  malorie

bonjour, je suis en première année de kiné et on m’oblige donc à faire ma 3ème injection pour l’hépatite B ;sachant que j’ai mon père et ma soeur qui sont atteints de la SEP je refuse cette injection !Pour cela je cherche un moyen d’obtenir une dérogation pour pouvoir pratiquer en milieu hospitalier en fournissant à l’entrée un test de sérologie positif et en m’engageant à me refaire vacciner si elle est négative !De plus je peux fournir une décharge pour la responsabilité d’être contaminée par l’hépatite B en comprenant bien sûr que le risque est de contaminer quelqu’un d’autre.

Logo de mathieu Monmont
Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé
jeudi 13 mars 2008 à 14h22 - par  mathieu Monmont

Bonjour,

Je suis atteint de sep mais je reste très prudent quant à la polémique sur le lien entre vaccin contre l’hépatite B et sep.
Je ne ferai pas tout un laïus sur ce sujet, mais un élément de votre démonstration me pose question. En effet, la Grande-Bretagne n’aurait vacciné que 5% de sa population, donc à priori serait moins touché par la sep or l’un des plus grands foyers se situe en Ecosse. L’innocuité de ce vaccin demeure discutable mais il est loin d’être le seul facteur...

Logo de Matthieu
mardi 25 septembre 2012 à 18h20 - par  Matthieu

Cet article est très intéressant.

my paris hotel


Free flash games at my paris hotel, play your favorite games.

Logo de Nouvel auteur
samedi 1er août 2009 à 19h55 - par  Nouvel auteur

qu’est-ce que l’intelligence des hommes ?
Croire..seulement croire aveuglément ?
Ou serait-ce plutôt ce qui pousse d’abord à chercher à comprendre en allant chercher les informations auprès de vrais scientifiques, c’est-à-dire de gens pour qui en toute chose il faut d’abord et surtout rester prudent et douter.. les vaccinations contiennent tellement de "produits" très dangereux pour notre santé qu’il faut s’étonner de la confiance aveugle des "victimes silencieuses..nos pauvres enfants d’abord à qui on impose à la fois le poison des vaccins et l’une ou l’autre religion dont personne encore n’a prouvé les fondements.nos anciens ensuite...médecine et religion se sont confondues depuis que deux escrocs : Pasteur et Jenner ont réussi à faire croire à leurs mensonges avec la complicité de politiciens vereux, comme il en existe encore partout aujourd’hui. Certes la religion chrétienne à quelque peu perdu de son audience, fort heureusement, mais la médecine allopathique s’est instituée comme un substitut religieux..croyait en votre bon médecin bon pasteur omnipotent et omniscient..???? comment est-il possible de croire qu’un médecin sait tout ???? Il est impossible pour aucun être humain, quel que soit son QI de génie, de pouvoir tout savoir et tout comprendre en une seule vie..impossible..un médecin allopathe c’est d’abord et surtout,aujourd’hui, un dangereux apprenti sorcier qui tient un rôle de gourou...bafouant en long et en large son serment d’Hippocrate tout au long de sa vie d’exercice..à moins qu’il ne devienne enfin honnête et décide d’aller fouiller du côté de l’expérience d’Hahnemann, de la naturopathie, des médecines traditionnelles. Avec l’industrie agroalimentaire, les labos pharmaceutiques sont des marchands de poisons qui sont parvenus à "légaliser" leurs commerces qui ne sont pourtant que les vitrines de ce qu’il faut appeler "les crimes légaux contre l’humanité"..Les médecins nazis n’étaient que des apprentis à côté de ce qui se passe aujourd’hui grâce à l’OMS - l’ONU - la FNSEA en France et bien d’autres.

Logo de Brigitte B.
Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé
mercredi 12 mars 2008 à 10h29 - par  Brigitte B.

Bonjour,
J’ai une SEP depuis 1997,j’avais 23 ans, j’ai eu les premiers symptomes dans les quinzes jours qui ont suivi l’administration du vaccin de l’hépatite B sur recommandation du médecin du travail lors de la visite annuelle, à l’époque j’étais assistante au secrétariat de direction (contacts réguliers avec les patients mécontents venant se plaindre au directeur de l’hôpital) d’un grand CHU dans PARIS.J’ai traîné de médecin en médecin pendant 3 années avant que l’on puisse me donner un diagnostic ferme (les images de l’IRM étaient implacables).
Depuis 2000, je mène un combat avec l’administration de l’hôpital où je travaille toujours (à 80%) afin que ma SEP soit reconnue en accident de service. J’attends toujours à ce jour la réponse après 8 années.
J’admire les personnes comme vous qui avez cette force en vous pour tenir bon et continuer la lutte au nom des autres. Pour mon cas, par moment j’ai envie de me battre mais bien souvent je me laisse porter par la SEP.
Merci à vous et à tous les autres qui se battent pour nous.
Votre livre, je l’ai lu à sa publication, votre témoignage pour moi, a été un un peu douloureux, faisant ressortir en moi des peurs mais tellement émouvant dans le sens positif du terme.

Logo de Handi@dy
Un scandale encore plus grand que celui du sang contaminé
mardi 11 mars 2008 à 12h30 - par  Handi@dy

Bonjour ! Atteinte de SEP depuis fin 98, j’ai été également vaccinée contre l’hépatite B mais n’ai pris que 2 piqûres vu l’état de fatigue dans lequel me mettaient les injections. Je suis enseignante, 43 ans, et c’est la campagne "agressive" de culpabilisation des enseignants (risque de contaminer les élèves si par hasard on chope l’H.B.!)qui m’a convaincue, zélée, de prendre le vaccin (Engérix). J’ai développé une SEP atypique, à la fois progressive d’emblée et à poussées, et j’ai été en fauteuil roulant et incontinente totale au bout de 3 semaines, ceci définitivement, à 33 ans.
Je rédige un blog consacré à ma SEP et au handicap, et quelques articles sur le vaccin s’y trouvent. Je me suis permis de faire un lien vers cette page, en citant de larges extraits aussi. J’espère que cela ne pose pas problème ! Je pense que cela enrichit la réflexion, le débat, confirme pour certains la thèse du rapport entre vaccin et hépatite. Je suis moins catégorique, je n’ai pas tous les éléments, mais votre article est une pièce de puzzlz de plus, importante de surcroît ! En souhaitant que la vérité se fasse, et vite ! Qui compensera pour les vies de couple, de famille, les carrières ruinées ? Et pour les graves handicaps ?! Je vous donne l’adresse de mon blog :
http://journalextimerecherchespoir.over-blog.com/
@mitiés SEPiennes ! Bon courage et merci !

mardi 18 mars 2008 à 11h26

Bonjour
vaccins deux laboratoires « Pasteurs Vaccins et SmithKline Beecham.
vous avez la possibilité de vous constituer partie civile dans la mise en examen pour « tromperie aggravée » des deux laboratoires impliqués. Cette plainte doit être adressée par lettre recommandée avec A.R. à
Madame Bertella-Geffroy – Juge d’instruction
Pôle de Santé Publique – Tribunal de Grande Instance de Paris
5-7 rue des Italiens – 75009 PARIS

Cette lettre devra comporter vos coordonnées complètes et votre nationalité, le récit précis et détaillé des faits (joindre certificats de vaccinations, certificats médicaux….), le nom du laboratoire contre lequel vous portez plainte, l’indication du préjudice subi et son estimation, la mention selon laquelle vous vous constituez partie civile, la qualification retenue, et la demande éventuelle de dommages et intérêts, ainsi que les coordonnées de votre avocat.
Dans le cadre de cette procédure pénale, le lien de causalité doit être établi par l’instruction, et non par le plaignant et l’expertise médicale n’est pas à la charge de la victime.
La condamnation des responsables des laboratoires, si elle a lieu à l’issue de la procédure sera globale. Par contre les indemnisations éventuelles ne se feront qu’au cas par cas après étude de chaque dossier.

Cordialement

mercredi 12 mars 2008 à 08h59 - par  Michel Berthelot

Merci de votre contribution Brigitte et soyez assurée que nous comprenons tellement bien la légitimité de votre colère...

N’hésitez pas à venir vous exprimer sur ces vérités que nous avons besoin de connaître et transmettre...

Logo de Brigitte
mercredi 12 mars 2008 à 08h28 - par  Brigitte

Bonjour,tout à fait d’accord .On nous cache beaucoup de choses en France.fibro depuis 6 ans ,combat permanent contre la douleur et la fatigue.vacciné 6 mois avant le début des symptomes.Le nombre croissant de toutes ces nouvelles maladies ne vous interpelle pas ? De plus en plus de jeunes sont atteinds .un enfant de 9 ans qui a la fibromyalgie est donc déja pour la science et les experts :un dépressif chronique.Etonnant,non ?mais on ne cherchera pas plus loin.nous restons tous là avec nos douleurs et nos maux chroniques.Je visite beaucoup les forums sur la fibromyalgie puisque je suis conçernée ,je lis toujours la mème histoire.on ne cherche pas plus loin !comment ce fait il que dans d’autres pays voisins les analyses sur l’intoxication chronique soit reconnues et pas en France .Les médecins qui s’occupent de ce type de recherches sont à compter sur les doigts de la main.J’ai mème lu sur un forum un médecin de formation "classique"se moquer ouvertement d’une malade qui soulevait le problème de l’intoxication chronique.Il ne connait pas la souffrance que nous endurons au quotidien.Et puis à mon avis les patients sont tellement médicamentés qu’ils n’ont plus leurs propres facultés d’analyses,comme çà c’est beaucoup plus simple .Ce matin j’étais en colère , il fallait que je parle .bon courage à tous.

mardi 11 mars 2008 à 18h21

Bonjour
Merci à vous et toutes les personnes qui courageusement nous transmettent un autre son de cloche sur la question.

mardi 11 mars 2008 à 12h57 - par  Jean Dornac

Bonjour,

Bien entendu que vous avez toute liberté de mettre un lien et de répercuter des extraits. Il est plus qu’important que les informations circulent sur Internet car, sinon, nous resterions tous dans l’ignorance organisée par les labos et les politiciens.

Bon courage à vous

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois