« JUSTES » d’hier, « JUSTES »d’aujourd’hui ?... Et demain ?

vendredi 19 janvier 2007
par  Patrick Mignard
popularité : 2%

Dans son infinie bonté, et après mure réflexion, c’est le moins que l’on puisse dire, la République, bonne fille, soixante ans après ( ?), honore les « Justes ». Il n’est jamais trop tard pour « bien faire » !

La cérémonie est quand même présidée par celui qui cautionne aujourd’hui, par l’intermédiaire de son gouvernement, rafles, rétention et expulsions de sans papiers ! Le cynisme n’a pas de limites.

Ce 18 janvier 2007, celles et ceux qui, durant la période noire de l’occupation (1940-1944) ont, au péril de leur vie sauvé des Juifs en les abritant et les soustrayant aux autorités légales… passent de « mauvais français » à « héros », comme quoi les qualificatifs sont, dans l’Histoire tout à fait relatifs.

Une telle relativité devrait nous amener à nous interroger… et ce d’autant plus que les criminels officiels qui auraient pu condamner ces Justes ont, pour certains, eu tous les honneurs après la guerre, et ont même repris du service dans l’administration… n’est ce pas Monsieur Papon ?

Que dit-on aujourd’hui de celles et ceux s’opposent aux expulsions de « sans papiers », celles et ceux qui refusent que ces hommes, femmes et enfants soient considérés comme des « arguments électoraux » et de simples produits utiles ou inutiles à l’économie française ?

Les justes ne deviennent des « justes » que dans le futur, une fois qu’a été démontrée l’ignominie de l’action, des actes auxquels ils se sont opposés.

A l’époque où ils agissent ils sont dénoncés, traînés dans la boue, voire condamnés par ceux la même qui se retrouveront plus tard devant des tribunaux pour rendre des comptes… Ces « mauvais français » seront alors des « témoins », des « héros », des « exemples à suivre »… Et celles et ceux qui les auront persécuté auront à rendre leurs breloques officielles (Légion d’Honneur et autres médailles)… seront condamnés.

Qui aurait pu imaginer à l’époque, il y a soixante ans, que les évènements auraient tourné de la sorte ? Personne évidemment. Et pourtant !

Projetons nous dans soixante ans.

Imaginons que l’on condamne les expulsions de sans papiers, les déscolarisations sauvages d’enfants qui fréquentaient régulièrement l’Ecole, la détention de familles entières, dans ce que l’on appelle pudiquement les « centres de rétention », qui sont renvoyés, dans le plus complet dénuement, dans un pays qu’ils ne connaissent plus, dans lequel ils n’ont plus aucune attache ?…

Ils auront bonne mine celles et ceux qui auront voté pour le/les responsable/s de rafles, d’expulsions, de chasses aux enfants dans les classes,…

Les mercenaires, pardon les policiers républicains, qui les arrêtent, en toute légalité, sont sûrs de leur bon droit, de même que les « préfets Papon » qui ordonnent et couvrent ces rafles… Tous ont la Déclaration des Droits de l’Homme dans leurs bureaux, tous connaissent sur le bout du doigt leur « code de déontologie ». Tous sont de « bons citoyens » qui sont pour l’ « ordre et la sécurité »… comme Papon et ses semblables, comme une grande partie de nos parents et grands parents… à l’époque où l’on arrêtait les Juifs.

Le « bon droit », l’Histoire l’a maintes fois montré, justifie toutes les saloperies…

Oh bien sûr va-t-on rétorquer ce n’est pas la même chose ! Ce n’est pas comparable !

Mais qui savait exactement durant l’occupation ce qui se jouait ?

Dans l’Histoire, ce n’est jamais la « même chose »… et c’est pour cela que l’on se permet de commettre, en toute bonne foi, les mêmes ignominies, en disant que « l’on ne savait pas »,… en disant plus tard « Plus jamais ça ».

L’ignorance, surtout quand on sait, est la meilleure alliée des lâches !

Patrick MIGNARD


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info