Banques : et maintenant payons !

mardi 27 mai 2008
popularité : 1%

Après des années de vagabondages hasardeux au gré du marché et autres aventuriers traders, les primesautières banques françaises ont décidé de revenir aux fondamentaux. Surtout celles qui ont le plus souffert, à l’instar du Crédit agricole. Vive la crise !

par Matthieu Adenil

La crise bancaire est derrière nous : c’est du moins le message officiel du moment. Les banques du monde entier ont perdu à ce jour 350 milliards de dollars. L’essentiel des pertes va être assumé par les actionnaires, même si pour l’instant, les banques centrales font le relais en prêtant abondamment. Dire que c’est terminé est hâtif dans la mesure où, selon l’OCDE, on pourrait atteindre in fine 600 milliards de pertes. En fait, personne ne sait quelle sera l’ardoise finale, car elle dépend de l’évolution de la valeur des crédits des banques, c’est-à-dire de la capacité des emprunteurs à honorer leurs engagements.

Crise bancaire

En France, la banque qui souffre le plus est le Crédit agricole. Gérée normalement en « bon père de famille » par le monde paysan, cette banque a voulu jouer dans la cour des grands du capitalisme financier. Elle a racheté à prix d’or le Crédit lyonnais et a engagé, à l’instar de la Société générale, des as de la finance. Seulement, ces as de la finance, à grands renforts de calcul des probabilités, ont multiplié les risques et les astuces pour les faire assumer par d’autres. Grosso modo, au Crédit agricole comme dans l’ensemble des banques, on a fait confiance aux mathématiciens, le banquier est devenu de plus en plus polytechnicien et de moins en moins technicien.

La crise comme retour de bâton

Cela a fait tourner les fonds et les têtes, et conduit les dirigeants des banques à oublier leur métier fondamental : prendre des risques, en prêtant à des gens qui créent des entreprises, et non en prêtant à d’habiles spéculateurs qui cherchent à gruger d’autres spéculateurs tout aussi habiles qu’eux. Les bénéfices passés étaient fabuleux mais fictifs, car derrière, il n’y avait pas de véritable travail, de véritable création de valeur. Aujourd’hui, la crise vient reprendre ce que les années précédentes avaient artificiellement donné, sauf que cette reprise ne se fera pas de façon proportionnelle aux bénéfices antérieurs.

Au Crédit agricole, on commence à comprendre, et on va faire appel aux actionnaires à hauteur de 6 milliards d’euros. Au passage, on met, à la tête du Crédit Lyonnais, Patrick Valroff. Énarque bon teint, qui n’a aucune connaissance des modèles mathématiques qui firent les beaux jours des années 2000. Il arrive avec la réputation de quelqu’un de sérieux et d’austère qui va faire des économies dans la vie quotidienne de l’institution.

Comme partout

..... Les bonus mirobolants, c’est fini. Ceux qui en ont abondamment profité vont chercher ailleurs de quoi organiser de nouveau les magiques transferts que permettent la spéculation. Hier, on appelait cela de la finance de haut niveau, aujourd’hui, on parle de secteur à risques dont les institutions bancaires doivent en partie se défaire. Dans les années 1960, on appelait cela du tertiaire supérieur, au XIXe siècle, on parlait plus simplement d’escroquerie. Au Crédit agricole, ce qui reste de bon sens paysan parle comme au XIXe siècle, et les dirigeants annoncent leur intention de recentrer leur activité sur les prêts à l’agriculture, qui restent le fonds de commerce obligé de la maison, et de réduire les activités de « hedge funds », « private equity », « Lbo », tout un tas de sigles que l’actionnaire de base ne comprend pas, et pour lequel néanmoins il va devoir payer…

Lire ou relire

L’Ecureuil manque de noisettes

Alors que BNP Paribas plastronne malgré la crise bancaire, la caisse d’Epargne paye sa folie des grandeurs. Et le petit rongeur doit à présent se limer les dents…

bakchich


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info

La CIA envisage l’afflux de 2 millions de réfugiés israéliens aux USA

mercredi 25 mars 2009

La communauté états-unienne du renseignement vit comme une humiliation le départ de Charles Freeman, contraint par le lobby sioniste de renoncer à son poste de président du Conseil national du renseignement. Les déclarations se multiplient pour dénoncer l’influence disproportionnée d’une faction dont le fanatisme porte atteinte aux intérêts nationaux états-uniens, et même israéliens.

Dans ce contexte, le directeur de la CIA, Leon Panetta, a remis au président Obama et aux leaders parlementaires concernés une étude sur l’avenir d’Israël dans les vingt prochaines années. Le rapport établit qu’il est impossible à long, voire à moyen terme, de maintenir le régime d’apartheid au pouvoir à Tel-Aviv, que la « solution à deux États » est une chimère et qu’une évolution à la sud-africaine est inévitable. Israël devra restituer aux neuf millions de Palestiniens la nationalité et la citoyenneté dont elle les prive depuis 1948.

Sur cette base, la CIA invite l’Éxécutif et le Législatif à anticiper l’afflux de 2 000 000 de réfugiés israéliens sur le territoire US, dont 500 000 ont la double nationalité US. L’Agence pose également la question de savoir quelle attitude adopter vis-à-vis des criminels de guerre ou contre l’humanité qui chercheront alors refuge aux États-Unis.

voltairenet.org

Le NPA, c’est pas la SPA

jeudi 12 février 2009

Parmi les grandes questions que devaient trancher les délégués du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) lors de leur congrès, figurait un « amendement animaux » . Le texte défendu à la tribune appelait à prendre en considération « la sensibilité des animaux, eux aussi victimes de la course à la productivité » , et à interdire les pratiques barbares telles que la corrida, les animaux dans les cirques ou la chasse à courre. Las. L’amendement soumis au vote a été rejeté.

Annulation d’un concert d’Enrico Macias à Maurice

vendredi 16 janvier 2009

Le chanteur Enrico Macias (*), a dû annuler un concert qu’il devait donner à Maurice le 23 janvier, dans le sillage de la décision du gouvernement mauricien de geler, depuis le week-end dernier, ses relations avec Israël, suite aux bombardements de l’armée israélienne sur Gaza, en Palestine, a appris la PANA (Agence panafricaine de presse) mercredi de source proche des organisateurs locaux de la manifestation culturelle.

Lors d’une manifestation pro-palestinienne vendredi dernier à laquelle avait participé le vice-Premier ministre mauricien Rashid Beebeejaun dans la capitale mauricienne, le ministre de la Justice, Rama Valayden, également présent, avait demandé aux Mauriciens de boycotter le concert de Macias en raison de la participation du chanteur à une manifestation pro-israélienne en France.

"Il n’a pas sa place à Maurice. Il ne peut venir chanter dans notre pays parce qu’il soutient ces bombardements" , avait déclaré le ministre Valayden.

CAPJPO-EuroPalestine

(*) Ndlr : L’homme qui chante en toute inconscience "malheur à celui qui blesse un enfant" ! Étonnant, non ?!

En large Your Salaire

jeudi 1er novembre 2007

Nicolas Sarkozy veut s’augmenter le salaire de 140 %, histoire de plafonner, comme "Libération" le notait, à "près de 20.000 euros mensuels".

Je ne doute pas qu’il se trouvera, jusqu’à "gauche", des ânes pour opiner à cette augmentation, qui viendront nous sommer de n’être pas démagogiques, et nous exposer qu’après tout, il est quand même normal qu’un homme qui se donne à un métier si prenant gagne un peu mieux sa vie.

N’oubliez jamais, je vous prie, que les mêmes qui vous chanteront ce minable refrain ne demandent jamais que soit mieux rémunérée la valetaille prolétaire.

Sébastien Fontenelle
for http://vivelefeu.blog.20minutes.fr