Yémen : les autorités disent avoir écrasé des rebelles aux portes de Sanaa

dimanche 1er juin 2008
popularité : 2%

Les autorités yéménites ont affirmé ce mardi 27 mai 2008 avoir "nettoyé" une banlieue de Sanaa où des rebelles zaïdites, qui cherchent à renverser le régime du président Ali Abdallah Saleh, s’étaient déployés.

"Cette poche de rébellion à Bani Hocheich (20 km au nord-est de Sanaa) a été nettoyée", a déclaré une source gouvernementale, faisant référence à des éléments armés adeptes du zaïdisme, une branche de l’islam chiite.

Cette source, qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat, a précisé que les rebelles mis en déroute étaient de la même mouvance de ceux qui sont actifs dans la région de Saada, dans le nord-ouest du pays.

Un porte-parole du ministère de la Défense a indiqué pour sa part à l’agence officielle Saba que les forces de l’ordre avaient réussi "en collaboration avec de simples citoyens à débarrasser la région de Bani Hocheich d’éléments de la sédition et de la rébellion".

Des sources tribales et des témoins ont indiqué que des dizaines de personnes avaient été tuées et blessées pendant de lourds combats dans cette banlieue située aux portes de la capitale, ces trois derniers jours.

Ces combats, qui ont pris fin mardi matin, avaient commencé selon ces sources après une embuscade tendue à un grand responsable de la sécurité de Sanaa, Mohammed Saleh Toraïq, pendant laquelle deux de ses gardes ont été tués.

Ce responsable a pris refuge dans une localité de la zone et avait été encerclé par des éléments rebelles pendant deux jours avant l’arrivée de renforts qui ont réussi à briser le siège.

Après l’embuscade, des centaines de rebelles et de leurs partisans se sont déployés dans les hauteurs de la région d’où ils ont lancé des attaques contre des convois des forces de l’ordre.

L’annonce de la fin des combats au nord de la capitale a coïncidé avec un appel du ministre de l’Intérieur, Mothar Rachad al-Masri, aux rebelles pour qu’ils remettent les armes. Cité par l’agence Saba, le ministre a affirmé que "les éléments criminels qui rêvent de rétablir l’imamat (le régime royal zaïdite renversé par un coup d’Etat en 1962) n’ont d’autre choix que de se rendre".

Le conflit avec les rebelles a fait des milliers de morts depuis 2004 notamment dans la région de Saada, dans le nord du pays.

Dirigés à l’origine par Hussein Badreddine al-Houti, tué par l’armée en 2004, les "Jeunes croyants" chiites, également appelés "Houtistes", rejettent le régime du président Saleh.

Branche du chiisme, le zaïdisme est minoritaire au Yémen, à dominante sunnite. Mais il est majoritaire dans le nord-ouest du pays.

Avant le récent regain de tension, un calme relatif avait prévalu dans la province de Saada, le gouvernement ayant pu négocier avec les rebelles, avec l’aide de médiateurs qataris, la mise en oeuvre d’un accord conclu en juin 2007.

L’accord, relancé en février à Doha, prévoit de désarmer les rebelles en échange de la libération par les autorités de centaines de rebelles détenus, du démantèlement des barrages militaires et du retrait des forces armées des zones urbaines dans la province.

aloufok


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois