A Kaboul comme à Cambera

jeudi 12 juin 2008
popularité : 1%

En décembre dernier, après quatre mandats successifs pour le parti conservateur, le pouvoir exécutif est passé aux mains du parti travailliste en Australie.

Le programme présenté par Kevin Rudd l’actuel Premier Ministre australien du gouvernement de Sa Majesté Élizabeth II l’a emporté sur celui qui fut aux commandes ces douze dernières années en mettant l’accent sur l’aspect social, mais aussi parce qu’il a promis le retrait des troupes engagées en Irak, au moins partiellement.
Le 3 juin 2008, Kevin Rudd annonce le retour au pays des 550 soldats stationnés en Irak depuis cinq années.
Cet ancien diplomate assortit cette décision d’explications devant le Parlement qui mettent en cause le bien-fondé de cette invasion de l’Irak.
Les attaques terroristes n’en ont pas été prévenues, preuve en est les victimes des attentats du métro à Madrid.
Les armes de destruction massives, prétexte de l’occupation, n’ont jamais été découvertes.
Après cinq années d’occupation, la crise humanitaire en Irak n’en est que plus profonde.
L’Australie conserve encore près de 800 éléments relevant du personnel militaire en Irak et autour de l’Irak, en particulier un détachement de 110 hommes qui assure la sécurité des diplomates à Baghdad, des équipages de navires de guerre dans le Golfe Arabo-persique et de la flotte aérienne.

Ainsi l’évacuation des troupes australiennes de l’Irak est loin d’être totale. Mais qu’elle ait été un thème de la campagne électorale et qu’elle soit partiellement appliquée quelques mois après la victoire du Labor Party est révélateur de la perte de crédit du bellicisme étasunien auprès d’un électorat majoritairement blanc, anglo-saxon et dont l’origine coloniale raciste est encore trop récente pour avoir été effacée dans les mœurs et le comportement. Les leaders politiques qui peuvent difficilement être suspectés d’anti-américanisme mettent en cause non pas le principe d’une guerre mais l’inefficacité politique de l’administration étasunienne dans une contrée qui n’est elle-même que le résidu d’un ex-empire britannique.
Les élites politiques européennes confites dans un conformisme de pensée alors qu‘elles sont censées construire une entité politique européenne indépendante sont incapables de proférer tout haut ce que tout le monde constate, au-delà de l’hubris et de l’immoralité, l’impéritie des Étasuniens, Démocrates et Conservateurs réunis.
Mieux, ou pire ? Le seul pays européen qui pouvait se prévaloir de son histoire pour faire pièce à l’unanime vassalité face à l’Empire déclinant, la France, bout d’impatience dorénavant de se couler dans la servitude, revendiquant d’aller guerroyer, pour le compte du roi de Prusse, en Afghanistan.

Or justement à Kaboul, le colifichet apposé par l’empire comme un représentant du peuple afghan, Hamid Karzaï donne de la voix contre ses maîtres.
Il leur reproche leur incapacité à cibler leurs attaques contre les authentiques rebelles Talibanesques qui en multipliant les violences contre la population civile alimentent le circuit de recrutement de la guérilla anti-occupation.

Le machin sans substance, Karzaï, ayant pour seul fait d’armes d’être avant tout agent de l’entreprise de pose de pipe line étasunienne Unilocal, s’adressait il est vrai à la chaîne de télévision indienne CNBC TV 18 ce premier juin 2008. En parlant de sanctuaires des Talibans pudiquement évités par la Coalition qui tente de réduire un peuple doté du PIB le plus bas du monde, il désignait des poches où peuvent se réfugier les Pachtouns au Pakistan. Détourner les frappes de l’Afghanistan vers le Pakistan ne saurait déplaire ni au candidat Mac Cain, ailleurs et plus justement appelé Mac C’AIPAC’, ni au gouvernement indien toujours prêt à en découdre avec son voisin concernant l’ancienne province devenue indépendante en raison du problème du Cachemire.

À Kaboul comme à Cambera, le prestige étasunien et le bien-fondé de la politique étrangère des US(a) agonisent lentement …

convergencedescauses


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • A Kaboul comme à Cambera

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois