Irlande 1 NON, Pologne 2 NON

mardi 8 juillet 2008
popularité : 2%

La Pologne, l’allié le plus farouche des US(a) parmi les pays de la Nouvelle Europe, Europe justement étendue à l’Est pour n’être qu’un vague appendice à l’OTAN, vient de clore les marchandages de deux années sur le système des boucliers anti-missiles.

Une belle gifle pour Bush, mais administrée au ralenti.

L’éviction des deux jumeaux de la tête du pays s’est immédiatement suivie d’un refus d’obtempérer pur et simple à une injonction qui coupait la Pologne de son voisin et fournisseur d’énergie (et de sécurité), la Russie, hostile pour des raisons évidentes à ce dispositif dirigé contre elle.
Tusk avait demandé en échange du positionnement d’une dizaine d’intercepteurs de missiles une telle somme d’argent (une dotation complète en avions pour l’armée de l’air polonaise) qu’il espérait bien faire échouer l’ambition d’un fournisseur privé d’armement technologique au Pentagone.
Il semble que toute l’affaire ne repose pas sur une stratégie fondée et argumentée mais une simple et efficace opération de lobbying d’une fraction du CMI (Complexe Militaro-Industriel).
En effet un certain nombre de néocons disséminés ça et là dans les think tank soutiennent la nécessité ontologique de ré-initier la Guerre Froide.

Qu’à cela ne tienne, le bouclier ira se faire poser dans un pays balte, un micro-État qui n’aura rien à refuser au grand frère étasunien en quête d’une nouvelle cible pour ses errements bellicistes.
Mr Tusk chef d’un gouvernement centre-droit à l’occasion du NON irlandais au referendum européen a réjoui les peuples européens auxquels fut retirée leur souveraineté en déclarant désormais inutile sa ratification par la Pologne.

convergencedescauses


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois