Crise = opportunité

Effondrement d’un système dépoètisé
vendredi 31 octobre 2008
popularité : 1%

Par Tatiana

Comme vous le savez probablement, le mot crise trouve son origine dans le mot grec Krisis, qui signifiait ’’décision’’. En chinois, il est composé de deux idéogrammes signifiant ’danger’ et ’opportunité de changement’. Dans un cas comme dans l’autre, ’crise’ représente ’le moment opportun pour la décision’, ’le temps de choisir’.

Aujourd’hui, nous sommes face à une occasion rarissime, où l’impuissance des ’puissants’ laisse une assez large place au libre arbitre de chacun.

En d’autres termes :
Il existe aujourd’hui un intervalle (vide) pendant lequel nous avons chacun la possibilité (l’opportunité !) d’influer sur l’avenir par notre prise de conscience individuelle, pourvu que cette prise de conscience se poursuive dans l’action.

Il se peut que nous soyons (enfin) arrivés au ’temps du choix’, mais voulons-nous vraiment ’un autre monde’ ? Et sommes-nous disposés à en payer le prix ?

Certes, le capitalisme est le système qui a su produire, de façon extraordinaire et remarquable, le plus de biens et de richesses. Mais il faut aussi regarder la somme des pertes - pour l’environnement, pour les sociétés - qu’il a engendrées, avec sa volonté expansionniste et l’automatisation rationaliste de l’existence ! Ce capitalisme-là a mis l’avoir au centre de ses préoccupations, laissant loin derrière l’être humain, devenu pour ainsi dire une marchandise de plus !

Mais si l’humanisme n’est pas (encore) parvenu à ’humaniser le capitalisme’, la partie n’est peut-être pas encore terminée. Le principe de l’échange est non seulement essentiel à toute civilisation, mais il est la condition même de l’évolution dans la Nature. Dans un monde harmonisé, l’humain et le capital n’ont pas de raison de s’exclure.
Ils sont et doivent être complémentaires. Comme moyen d’action, le capital n’est ni bon, ni mauvais. Il dépend avant tout des êtres humains, et de leur conscience, d’en faire une énergie de solidarité, d’équité !
Cette crise mondiale pourrait être l’occasion pour les Hommes de dépasser leur ’moi particulier’, égocentrique, répondant aux pulsions de l’utilitarisme restreint et immédiat, pour accéder à un moi universel capable d’adopter une perspective plus vaste et plus globale, faisant de la solidarité l’essence même de l’humanité.

Ne nous illusionnons pas : la crise présente est profonde, bien plus profonde que ne nous le donnent à voir les soubresauts du système financier. Et il est finalement heureux qu’il ne puisse être envisagé d’autre issue qu’une refonte véritable et sincère de la perspective humaine, privilégiant l’être plutôt que l’avoir, l’union plutôt que la division.

L’opportunité est réelle. Le vent solaire souffle. L’occasion est là.
Si on veut la saisir, c’est maintenant !

Tatiana

lafemmeauxsemellesdevent.eu


Commentaires

Logo de Gilles LECOQ
Crise = opportunité
samedi 1er novembre 2008 à 03h51 - par  Gilles LECOQ

Bonjour,

Je partage tout à fait ce point de vue sur la gravité et la profondeur de cette crise, et sur une éventuelle opportunité qu’il y a à saisir dans celle-ci, notamment à tenter de mettre en place d’autres alternatives à ce capitalisme dégénéré qui est à l’origine de cette crise elle-même.

Mais voilà, les principaux "actionnaires" de cette crise nous laisseront-ils faire ??
Car à toute crise,il y a certes des millions de victimes, mais également des profiteurs, qui eux en tirent certainement de juteux bénéfices, en parodiant un ancien proverbe, le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Car si on reprend les arguments des éminents économistes qui, jusqu’à ce jour, nous serinent de conseils aussi profonds que leurs incompétences, la Bourse est un grand jeu de Loterie sur l’Avenir de telle ou telle Société, certains avaient donc intérêts à provoquer l’éclatement de cette bulle spéculative engendrée par les fameuses "subprimes" et autres produits annexes.
Beaucoup ont perdu, mais pas tous.

ET, jusqu’à maintenant, à qui profite le Crime ?? Certainement pas à vous et à moi, mais bien aux établissements financiers en premier, sauvés en toute urgence par tous les Etats sur qui, jusqu’alors, ils crachaient sans vergogne et promettaient aux plus vils enfers, puis les plus grosses Entreprises pour qui le "Capitalisme à Visage Humain" est aussi familier qu’une rollex à un SDF, et par la bande bien sur, comme dans un gigantesque jeu de billard, aux principaux gouvernants chargés de mettre en place ces mesures de sauvetage d’une économie libérale à tout crin, dont eux-mêmes sont responsables et bénéficiaires, ne me laissez pas croire que certain avocat d’affaire devenu Président d’une République Bananière n’avait dans son portefeuille d’actionnaire quelques "bonnes actions", au pire "pourries" telles qu’on les surnomme dorénavant.

Pour qui roule les Riches et les Nantis ??? Pas pour le premier smicard venu, emploi "aumonisé" ou pas.La "Grosse Bertha" politico-financière a été activée, et ce sont bien contre ces gens-là qu’il nous faudra lutter pour tenter de mettre en place une autre alternative économique, et ils seront prêts à TOUT, becs et ongles sortis, ces charognards éclectiques pour sauver leur principal lieu de festin et de ripaille que sont devenus nos propres et pauvres petites destinées.

L’Humain doit retrouver sa Place, mais toute et entièrement celle-ci dans l’échelle des valeurs de ce Monde qui part en couilles.

Si donc il existe une chance dans cet effondrement de ce Capitalisme-ci, elle doit donc être dans cette recherche d’un Bonheur Commun, Mondialisé et Global,et non dans cette course effrénée et utopique d’un jet de liquidités d’opportunismes, telle une branlette pour Neuillyssois en goguette.

L’Argent doit redevenir ce qu’il est par son essence, un Moyen, et non un But en soi.
G.Lecoq.

Agenda

<<

2015

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Je suis (Charlie) sur écoute

dimanche 18 janvier