Depuis 1999 les glaciers suisses ont perdu 13% de volume

jeudi 1er janvier 2009
popularité : 1%

Les glaciers suisses fondent à un rythme accéléré et nombre d’entre eux disparaîtront au cours de ce siècle si les projections climatiques sont correctes, indiquent deux nouvelles études scientifiques.

Par Jonathan Amos

La première étude montre que quelques 10 kilomètres cubes de glace ont été perdues sur un total de 1500 glaciers au cours des neuf dernières années.

L’autre recherche, basée sur un échantillon représentatif de 30 glaciers, indique qu’ils perdent désormais un mètre d’épaisseur chaque année.

Ces deux travaux scientifiques ont été publiés par l’Institut Fédéral Suisse de Technologie.

« La tendance est négative, mais ce que nous observons, c’est aussi que cette tendance s’accélère », déclare Matthias Huss membre du Laboratoire d’Hydraulique, Hydrologie et Glaciologie de l’Université de Zurich.

« Les glaciers commencent à perdre du volume de plus en plus rapidement », nous déclare-t-il.

Cette diminution est due en grande partie à des saisons chaudes plus longues. L’autre facteur clé déterminant la santé des glaciers - le volume de chutes de neige durant l’hiver qui viennent compenser la fonte - ne montre aucun changement à long terme.

Ces deux études ont été présentées à la Conférence d’Automne de l’Union Géophysique Américaine, la plus grande manifestation annuelle dans le domaine des sciences de la terre.

Ces recherches ne sont pas les premières à avoir évalué l’état des glaciers suisses, mais peu de travaux précédents étaient d’une telle ampleur.

Dans l’une, Daniel Farinotti et son équipe ont essayé d’évaluer le volume total de glace dans 1500 glaciers suisses, de l’Aletschgletscher (le plus grand glacier des Alpes) jusqu’à des petits glaciers qui couvrent moins de trois kilomètres carrés.

Cette recherche s’est appuyée sur des mesures directes lorsqu’elles étaient disponibles, en combinaison avec des modélisations estimant le volume de glace pour les zones où les données sont insuffisantes.

L’étude montre que le volume total de glace dans les Alpes suisses était d’environ 75 kilomètres cubes en 1999. Cette valeur a fourni la base de référence pour l’étude. Ce chiffre est supérieur à ce qui était estimé précédemment.

« 1999 est désormais une date assez distante, donc ce que nous avons fait, cela a été d’essayer de calculer le volume perdu depuis cette date de référence, et nous estimons que ce chiffre est de 13% entre 1999 et aujourd’hui », précise M. Farinotti.

Durant l’année 2003, marquée par une forte vague de chaleur dans toute l’Europe, l’équipe estime que 3-4% du volume total des glaciers suisses a disparu.

M. Farinotti indique que son étude met en évidence la place qu’occupent les plus grands glaciers comme réservoirs de glace : plus de 80% du volume total de glace est stockée dans les 50 plus grands glaciers.

« Par exemple, l’Aletschgletscher représente environ 12% de la superficie des glaciers suisses, mais il contient environ un quart de tous que la glace présente en Suisse », précise-t-il.

« Ce qui importe vraiment, c’est de savoir combien de glace avons-nous dans les grands glaciers, parce qu’il semble évident que les petits vont disparaître. Pour eux, c’est juste une question d’années. Mais des glaciers comme l’Aletsch qui contient beaucoup de glace, seront encore là dans durant des décennies. »

L’étude menée par M. Huss et son équipe utilise une approche légèrement différente. Elle porte sur un groupe de 30 glaciers, représentant toutes les tailles, les types et les localisations.

De la même manière, les scientifiques ont utilisé un mélange d’observations directes et de modélisation pour analyser l’évolution des glaciers entre 1900 et 2007.

Au cours de cette période, il existe une forte tendance négative, mais qui n’est cependant pas régulière. Il y a deux phases distinctes durant lesquelles le volume des glaciers s’est accru, et même une phase dans les années 1940 où la fonte a été plus rapide qu’actuellement.

Cependant, d’une manière générale cette période a vu un recul des glaciers, qui s’est accéléré au cours des dernières décennies.

M. Huss a appliqué les projections des modèles climatiques sur le glacier du Rhône, long de 10 km, ce qui est une taille moyenne pour la Suisse.

« Le glacier du Rhône aura presque disparu dans 100 ans », déclare M. Huss.

« Il a tout d’abord une diminution, qui n’est pas très rapide, jusqu’à environ 2050. Ensuite, elle devient vraiment très rapide. Cela signifie que la plupart des glaciers les plus petits auront disparu d’ici à la fin de ce siècle. »

Entre 1880 et 2007, le glacier Aletsch a perdu 65 mètres d’épaisseur, le Rhône 43 m, le Gries 97 m, et le Silvretta 35 m.

Les glaciers appartiennent à l’image de la Suisse, mais leur fonte serait bien plus qu’un problème pour les touristes à la recherche de photos. Leur perte aurait des conséquences profondes pour les écosystèmes et au plan économique.

« Les glaciers stockent l’eau en hiver puis la libèrent au cours de l’été, quand il fait chaud et sec, et que le besoin d’eau est le plus important », rappelle M. Huss.

« Et ils peuvent également la stocker durant les années froides et humides et la relâcher durant les étés chauds et secs. C’est un réservoir important. »

« Dans la partie sud-ouest de la Suisse, la quasi-totalité des eaux de ruissellement des glaciers est temporairement stockée et utilisée pour la production d’électricité. Plus de la moitié de l’électricité consommée en Suisse est produite à partir de l’hydroélectricité. »

La recherche dirigée par M. Huss s’est appuyée sur des travaux publiés cette année dans le Journal of Geophysical Research. L’étude dirigée par M. Farinotti a été soumise à la Revue de Glaciologie, et au « Journal of Global and Planetary Change ».

contreinfo.info


Commentaires

Agenda

<<

2015

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

LPO

lundi 23 juin 2014

Ecologie-radicale

mardi 12 février 2013

Notre Dame des Landes

vendredi 26 octobre 2012