Les altermondialistes sont confortés par le succès du Forum social mondial.

mercredi 4 février 2009
popularité : 2%

Par Laurence Caramel

- Plus de 2 000 ateliers en l’espace de six jours
- Participation. 142 pays étaient représentés au Forum social mondial de Belem (Brésil), du 27 janvier au 1er février. 491 organisations européennes ont formé la plus grosse délégation continentale après celle de l’Amérique latine.
- Fréquentation. 133 000 personnes ont participé. Il s’agit de la plus forte fréquentation depuis la création du rassemblement des altermondialistes, à Porto Alegre (Brésil), en 2001.
- Ateliers. 5 800 associations issues de la société civile ont organisé 2 300 ateliers autour d’une dizaine de thèmes, parmi lesquels la construction d’une économie solidaire et durable, le monde dans une perspective post-capitaliste, la préservation de l’environnement, etc.

Le Forum social mondial (FSM) est une expérience de "désordre créateur".

Jamais autant qu’à Belem, il n’aura fallu se raccrocher à cette définition proposée par le philosophe Patrick Viveret pour survivre dans un événement qui a rassemblé, du 27 janvier au 1er février, au-delà de tous les pronostics, 133 000 personnes.

Absence de traduction, désorganisation, heures passées à rejoindre des réunions distantes de plusieurs kilomètres : le parcours du militant a souvent épousé celui du combattant, obligatoirement équipé de bonnes chaussures et d’un parapluie pour se protéger des pluies, diluviennes en cette période de l’année.

Au-delà de ces désagréments, l’édition 2009 confirme que le Forum reste un lieu d’effervescence et de brassage d’idées.
Un laboratoire d’expériences et de propositions auquel la crise a redonné du crédit en validant un certain nombre de prophéties altermondialistes. "Nous avons maintenant la responsabilité de mettre des propositions fortes sur la table et de les faire connaître", admet Jean Merkaert, du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD)...

Parmi ces propositions, figurera la suppression des paradis fiscaux, qui, pour John Christensen, du réseau Tax Justice, "sont le maillon faible d’un système dans lequel ont pu prospérer toutes les dérives de la finance".
La libéralisation des services financiers est aussi pointée du doigt. "Cela a permis aux banques de grossir et elles sont devenues trop grosses pour qu’on les laisse faire faillite. Il faut revenir en arrière et exiger qu’elles financent des activités utiles à la société", soutient Myriam Vander, du Centre néerlandais de recherche sur les multinationales.

ÉCONOMIE SOLIDAIRE

"Toutes les crises - alimentaire, énergétique, financière - qui secouent la planète sont liées. Les solutions ne peuvent être construites en imaginant conserver un système qui consomme de façon insoutenable les ressources naturelles", résume l’économiste péruvien Oscar Ugarteche.

En pleine Amazonie, les peuples indiens, massivement présents à Belem, ont rappelé le lien qui existe entre l’homme et la nature. "Le monde indien est une société de partage et de bien-être, non une société d’accumulation", souligne Candido Grzybowski, un des fondateurs du Forum.

A Belem, pour que soit préservée l’Amazonie, les organisations écologistes ont réclamé la rupture avec un modèle de développement, qui conduit à la transformation de la forêt en pâturages ou en zones de monoculture intensive de soja.

Elles ont plaidé pour une agroforesterie capable d’exploiter les ressources de la forêt sans la détruire. "Cette solution préserve l’environnement et assure la sécurité alimentaire des communautés locales", défend le Mouvement agro-écologique d’Amérique latine.
Des expériences sont déjà en cours, comme dans l’État d’Acre, à la frontière bolivienne, où le gouvernement a choisi de valoriser sa "forêt debout".

A côté de toutes les pistes de réflexion, Belem aura aussi été l’occasion de constater la vitalité de l’économie solidaire sur la plupart des continents.

"Des millions de personnes vivent et construisent au quotidien des alternatives pour vivre mieux. Cela est peu visible, mais une autre économie existe déjà", insiste Ethel Côté, une participante canadienne.
"Même aux États-Unis, le mouvement s’amplifie et on va pousser Barack Obama dans cette direction", explique Julie Matthaei, du Solidarity Network. Pour la première fois dans un Forum social, le drapeau américain n’a pas été brûlé, et il est même question d’organiser la prochaine rencontre, en 2011, aux États-Unis.

"Nous offrons une autre perspective sur la crise en montrant qu’il existe des alternatives à un capitalisme en faillite. Et qui peut nier que cela est aujourd’hui nécessaire ?", a lancé M. Grzybowski en clôturant le Forum.

Les participants repartent de Belem en ayant fait le plein d’énergie.

Rendez-vous a été pris le 28 mars à Londres, quelques jours avant la réunion du G20, où les altermondialistes espèrent renouer avec les grandes manifestations qui ont fait leur succès.

Laurence Caramel

Source : lemonde.fr
Relayé par terresacree.org


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Dernières infos rencontres altermondialistes à La Louvesc

mardi 16 octobre 2007

Salut à Tous-Tes,

Voici les toutes dernières infos concernant les Rencontres
Altermondialistes de La Louvesc en Ardèche les 27 et 28 octobre.

Pour l’accueil à l’Abri du Pèlerin, c’est possible dès le vendredi : nous
prévenir pour la préparation des repas .
Idem pour le lundi midi, pour celles et ceux qui veulent prolonger leur
séjour dans ce lieu .

Pour les transports par le train : donnez vos horaires d’arrivée en gare
de Tain-L’Hermitage (il n’y aura qu’une navette le samedi matin) .
Il y a la possibilité de prendre le bus pour Annonay au départ des gares
de Lyon Part-Dieu et Lyon Perrache ; je vous donnez les horaires des
correspondances .

Il y a des possibilités de co-voiturage pour accéder à La Louvesc ;
n’hésitez pas à demander s’il y a un départ près de chez vous !

Pour les repas, préciser si vous êtes végétariens ou si il y a des
contre-indications ... Lounis (of Cahors) prépare les menus cette semaine

Chacun-e apporte son couvert, c’est plus simple à gèrer .

Pour l’instant, il y a une cinquantaine d’inscrits et cela va encore
augmenter ...

Ania et Joe sont responsables de l’ordre du jour, alors n’hésiter pas à
leur faire parvenir vos remarques et vos attentes ; le samedi matin, il
serait intéressant qu’on commence vers 9h30 -9h45 ; le soir on devra
terminer vers 19h car il y a la soirée publique à 20h30 précise .

Un rappel nécessaire ; l’Abri du Pèlerin n’est pas chauffé, sauf le cinéma
qui servira également pour les plénières, alors prévoyez des pulls et des
bonnes chaussettes (+ un duvet chaud) ; La Louvesc se trouve à 1080 m et
sur les hauteurs de la vallée du Rhône, quand ça souffle ... BRRRR !

A bientôt,
jm