L’autogestion : mythes et réalités

Matière à réflexion
mardi 10 février 2009
par  Patrick Mignard
popularité : 1%

L’autogestion est hélas, aujourd’hui, plus un mythe qu’une réalité, du moins dans son sens d’alternative au rapport social dominant.
Accaparé de manière tout à fait abusive par la vulgate alternative et libertaire, le concept sert à nommer des initiatives et pratiques de toutes sortes... dénaturant trop souvent son contenu.

Comme pour toute notion dont on a abusé de l’usage, son contenu s’est dilué au point de ne plus savoir exactement de quoi il s’agit.

Pourtant, replacé dans son acceptation première, l’autogestion n’a pas dit son dernier mot et réintroduit dans la logique claire d’une stratégie de changement, il peut reprendre toute sa signification opérationnelle.

AUTOGESTION MODE D’EMPLOI

Une structure ou une démarche autogestionnaire se dit généralement pour signifier le décalage, la différence, voire la rupture avec le comportement économique traditionnel, autrement dit « marchand ».

L’autogestion se pare d’un halo d’autonomisation,… mais qu’en est-il réellement ?

« Autogestion » signifie « autonomie de gestion » ou « autonomie dans la gestion »,… Mais autonomie par rapport à quoi ?

Est-ce par rapport au contexte économique général ? Cela risque d’être difficile, à moins d’être dans une « niche économique », complètement isolée, d’être en autarcie par rapport au système dominant.

Est-ce par rapport à des principes de gestion. Dans ce cas lesquels ? Sur la répartition des revenus issus de la production ? Sur la gestion du personnel ? Du capital – investissement ? C’est le cas de nombreuses structures de types coopératives. Mais peut-on dire que les coopératives font de l’autogestion, ou sont en autogestion ?

Sur le plan interne, certainement, du moins dans une certaine mesure (contrainte du droit du travail par exemple), mais formellement, tout autre entreprise même « capitaliste » est en principe en « autonomie de gestion » – paradoxalement seule l’entreprise « nationalisée » ne l’est pas.

Sur le plan externe c’est encore plus problématique car, une entreprise, quelle qu’elle soit ne peut pas « isoler » sa gestion des contraintes du marché,… même les coopératives.

Qu’est ce donc, ou que pourrait être une entreprise véritablement autogérée ?

Toute unité de production dépend, sauf situation très particulière du marché, aussi bien quant aux prix pratiqués qu’aux coûts engagés. Le marché n’est pas qu’un élément extérieur à l’égard duquel on peut s’affranchir, il détermine aussi l’unité de production dans sa structure productive et donc dans une grande partie de sa manière d’être gérée.

Ce n’est donc pas de ce côté-là que l’on peut définir ce qu’est véritablement l’autogestion en temps que projet sociétal.

AUTOGESTION ET MODE DE FONCTIONNEMENT INTERNE

Il y a cependant une caractéristique essentielle que l’on retrouve dans les unités de production dites « autogérées », c’est celle qui fonde le principe « coopérativiste » : le producteur, le « coopérant », non seulement a un pouvoir de décision indépendant du volume de capital apporté, mais encore participe directement aux décisions et à la gestion de l’entreprise. Ce principe, en rupture avec le fonctionnement de l’entreprise classique « capitaliste », s’accompagne d’une autre condition : l’essentiel du capital est détenu, en principe, par les coopérants.

On peut dès lors parler clairement d’autogestion interne dans la mesure où les coopérateurs ont la maîtrise de l’outil de production.

Mais l’autogestion s’arrête là,… ce qui n’est pas, nous l’avons vu, sans conséquences sur le fonctionnement interne.

Autrement dit, l’entreprise « autogérée » se trouve, à la fois, devant un paradoxe et un dilemme :
- être une entreprise qui veut de manière interne se libérer des principes classiques de fonctionnement de l’entreprise capitaliste, mais être totalement soumise, quant à sa vie et sa survie, à ce même système ;
- être ferme d’une part sur les principes « coopératifs » de fonctionnement – en matière de gestion du personnel par exemple – et ainsi courir le risque de disparaître, et d’autre part se plier aux lois du système marchand et imiter les autres entreprises classiques.

La situation est-elle irrémédiablement bloquée ?

A priori oui, tant que ne changera pas le contexte économique dans lequel évolue l’entreprise « autogérée »… Le risque est même grand de la voir dégénérer, soit dans le sens de sa disparition, soit dans le sens de sa mutation en une entreprise classique…. Ce qui est arrivé durant le 20e siècle à de multiples « coopératives »… au point de rendre le « système des coopératives » suspect.

AUTOGESTION ET ÉCONOMIE DE MARCHÉ

Il y a indubitablement opposition entre les deux, quoiqu’elles cohabitent,… par la force des choses.

La question se pose donc : l’entreprise « autogérée », au sens où nous l’avons définie, peut- elle être un instrument de dépassement de l’économie de marché ?

Nous l’avons vu, l’adversaire le plus redoutable de l’entreprise « autogérée », c’est le contexte économique, dans lequel elle évolue.

Peut-elle le faire évoluer dans le sens de son dépassement ?

Jusqu’à présent, historiquement, et en ne s’en tenant aux faits, on ne peut réponde que par la négative, le système ayant toujours réussi à soit intégrer, soit détruire les expériences tentées.

Prise isolément, l’entreprise « autogérée » est irrémédiablement condamnée,… voir en particulier l’affaire LIP en 1973.

Multipliée, généralisée, fédérée à d’autres, élément essentiel de la constitution de réseaux alternatifs de production, de consommation, d’échanges, l’entreprise « autogérée » est à la fois la pièce maîtresse de ce nouveau monde que nous voulons construire, un élément essentiel du pourrissement et de l’obsolescence du système actuel, et un lieu dans lequel doivent se former, se forger et se développer les nouvelles pratiques sociales et solidarités.

L’encensement de l’autogestion, de même que sa condamnation pour utopie, non seulement ne permettent pas d’avoir une conception objective de ce qu’elle peut-être et surtout permettre, mais encore déforme les possibilités qu’elle peut offrir dans la perspective stratégique du changement social.

Patrick MIGNARD
Février 2009

Voir aussi :
« QU’EST-CE QUE CONSTRUIRE UNE ALTERNATIVE ? » (1) (2) (3) (4)


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

HLM, des locataires blindés

jeudi 2 décembre 2010

Plus de 50.000 familles parmi les plus riches de France bénéficient d’un logement HLM.

Fin 2007, quelque 53 000 familles parmi les plus fortunées de France étaient logées en HLM, selon des chiffres de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, révélés par La Tribune. (Mais ne vous précipitez pas sur le lien : l’article est payant bien sûr ! Ces gens-là ont investi le net seulement pour faire de l’argent) 37 000 familles logent en Ile-de-France, dont 18 000 à Paris, et 15 000 en province. Elles gagnent 11 200 euros par mois avec un enfant ou 13 500 euros par mois avec deux enfants.

bakchich.info