Effacez le nom de notre grand-mère du mur de Yad Vashem

jeudi 26 février 2009
popularité : 1%

Au président de l’État d’Israël et au directeur du Mémorial de Yad Vashem.

Par Michaël Neumann et Osha Neumann

Selon l’exemple de Jean-Moise Braitberg [1], nous exigeons que le nom de notre grand-mère soit retiré du mur de Yad Vashem. Son nom est Gertrud Neumann. Vos archives disent qu’elle est née le 6 juin 1875 à Kattowitz et mourut au camp de concentration de Terezín (Theresienstadt en allemand, aujourd’hui en république Tchèque).

M. Braitberg a fondé sa requête sur d’excellentes raisons et sur un témoignage personnel éloquent. Ses paroles frappent l’imagination, mais elles vous donnent - ainsi qu’à ceux qui vous soutiennent - trop d’importance. Je serais donc bref. S’il vous plait, considérez cette lettre comme l’expression de mon dégoût et de mon mépris pour votre État et tout ce qu’il représente.

Notre grand-mère fut la victime de ce même idéal de souveraineté ethnique, cause pour laquelle Israël a depuis de si longtemps répandu tant de sang. J’ai fait partie de ces nombreux Juifs qui embrassèrent cet idéal sans état d’âme, malgré la souffrance qu’il infligea à notre propre race. Il aura fallu la mort de milliers de Palestiniens avant que je réalise enfin notre folie.

Notre complicité fut méprisable. Je ne croîs pas que le peuple Juif, au nom duquel vous commettez tant de crimes avec une telle satisfaction, puisse jamais se débarrasser de la honte que vous jetez sur nous. La propagande Nazie, malgré toutes ses calomnies, n’a jamais discrédité ni corrompu les Juifs ; vous avez réussi à le faire. Vous n’avez même pas le courage de prendre vos responsabilités pour vos propres actes de sadisme : avec une insolence inégalée vous vous présentez comme le porte-parole de toute une race, comme si votre existence même légitimait votre conduite. Et vous salissez nos noms non seulement par vos actes, mais par les mensonges, les fausses excuses, l’arrogance suffisante, et le côté moralisateur dont vous enrobez votre histoire.

Pour terminer, vous donnerez aux Palestiniens un succédané d’état. Vous ne serez jamais puni pour vos crimes et continuerez à vous auto congratuler, à vous bercer de l’illusion de votre grandeur morale. Mais, avant d’en arriver là, vous continuerez de tuer, tuer et tuer encore, juste pour assouvir votre brutalité d’enfant gâté. Notre grand-mère à assez souffert durant sa vie. Ne l’associez pas à ces horreurs maintenant qu’elle est morte.

Michael Neumann

Je me joins à mon frère Michael Neumann, pour exiger que toute référence à notre grand-mère soit effacée de Yad Vashem, le mémorial de l’Holocauste.

J’ai visité ce mémorial. Ses bâtiments, ses cours pavées et ses places recouvrent avec autorité des milliers de mètres carrés de paysage. Il met en scène l’Holocauste, prélude à la création de l’État d’Israël. Il statufie la Mémoire des Camps de la Mort et les préserve comme Trésors Nationaux. Ce Trésor n’appartient pas à Israël. Ce n’est un Trésor que s’il sert de Souvenir pour ne jamais autoriser aucune Nation à réclamer en faveur de son peuple élu, une exemption à la morale et à la décence.

Israël a transformé l’Holocauste en une excuse pour perpétrer encore plus de sacrifices. Il a dépensé le trésor de sympathie du monde pour les victimes de l’Holocauste en essayant vainement de s’en protéger contre toute critique quand il massacre et torture les Palestiniens et les écrase sous le joug d’une occupation brutale. Je ne souhaite pas que la mémoire de ma grand-mère soit enrôlée dans ce projet illégitime.

J’ai grandi en croyant que les Juifs étaient un groupe ethnique dont la mission historique était de transcender l’ethnicité dans un front uni contre le Fascisme. Etre Juif, c’était être anti-Fasciste. Il y a longtemps, Israël m’a sorti de mon sommeil dogmatique au sujet de cette relation immuable entre les Juifs et les Fascistes. Il a réalisé une fusion entre des images de Juifs tortureurs et criminelles de guerre et celles des victimes émaciées des camps de concentration. Je trouve ce mélange obscène. Je ne veux pas en faire partie. Vous avez perdu le droit d’être les gardiens de la Mémoire de ma grand-mère. Je ne veux pas que Yad Vashem soit son mémorial.

Osha Neumann

Michael Neumann est professeur de philosophie à l’Université du Canada. Il est l’auteur de “ What’s Left : Radical Politics and the Radical Psyche “ et de “ The Case Against Israel “. Il a aussi participé à l’essai “ What is Anti-Semitism " et au livre de CounterPunch, “ The Politics of Anti-Semitism “. On peut le joindre à : mneumann


Osha Neumann est procureur de la défense à Berkeley et l’auteur de “ Up Against the Wall MotherF**ker : a Memoir of the 60s with Notes for Next Time “.

counterpunch.org
Traduction Laurent Emor pour legrandsoir.info


[1La lettre de Braitberg en français peut être trouvée à :
altermonde-sans-frontiere


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois