Altermonde-sans-frontières
Accueil du siteInternationalAmérique du SudVenezuela
Dernière mise à jour :
mercredi 23 juillet 2014
Statistiques éditoriales :
20481 Articles
120 Brèves
25 Sites Web
1151 Auteurs

Statistiques des visites :
5054 aujourd'hui
13037 hier
6016368 depuis le début
   
Brèves
Palestine
jeudi 8 décembre
 
Le Pr. Oberlin est entré dans la bande de Gaza !
vendredi 10 juillet

Quand le Pr. Christophe Oberlin estime être dans son droit, difficile, même pour les Israéliens, de se mettre en travers de sa route. Après 4 jours de refus consécutifs de la part du gouvernement israélien, le chirurgien de renommée internationale est entré ce matin dans la bande de Gaza et s’est aussitôt mis au travail à l’hôpital Khan Younès avec 3 autres médecins de son équipe.

Il a fini par rentrer jeudi à 11 H 30 dans la Bande de gaza, après avoir squatté pendant 4 jours devant le poste frontière d’Erez et avoir appelé la terre entière pour réussir à tenir ses engagements.
Dès cet après-midi, il était au travail, aux côtés du Dr. Mohamed Rantissi, pour une longue série de consultations, qui ont pris du retard, et qui seront suivies d’interventions chirurgicales liées à des blessures infligées par l’armée israélienne à la population palestinienne pendant l’opération élégamment nommée "plomb durci".
Il dispensera ensuite aux médecins palestiniens un enseignement dans sa spécialité, comme il le fait à chacune de ses missions.

Il a fallu notamment l’intervention de Me Gilles Devers, qui a engagé des procédures, déposant plainte auprès du ministre français des affaires étrangères, pour que le gouvernement israélien soit obligé de céder. Tandis que le journal La Croix et la radio France Info faisaient état de la situation de cette équipe chirurgico-médicale bloquée par l’armée israélienne au poste frontière d’Erez, l’ambasseur d’Israël appelait Frédéric Barrère à France Inter, pour demander qu’il renonce à traiter cette information !

 
les vigiles veillent sur l’Amérique
jeudi 30 avril

D’après le Washington Post, le recours à des entreprises privées de gardiennage pour maintenir l’ordre est en pleine recrudescence aux États-Unis.

Les flics privés de la société Blackwater et consorts, dont la réputation n’est plus à faire, notamment en Irak, sont désormais deux fois plus nombreux que les policiers assermentés dans les villes américaines.

 
Le boycott d’israël adopté par le Congrès des Syndicats écossais !
jeudi 23 avril

Le Congrès des syndicats écossais, actuellement réunis à Perth, vient d’adopter la motion concernant le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS) à l’encontre d’Israël.

C’est à une écrasante majorité de votes à mains levées que le Congrès des Syndicats Ecossais (Scottish Trade Union Congress STUC), vient de voter ce mercredi cette motion BDS.
Elle a été proposée aux votes par une délégation du syndicat qui s’était rendue en Palestine récemment.

Une décision importante, qui suit celle du congrès des syndicats irlandais qui avaient adopté cette motion dès 2007, et qui devance, espère-t-on, celle du Congrès des Syndicats Britanniques (TUC) qui doit se réunir prochainement.
Une progression inexorable de la prise de conscience de la société civile sur la menace que fait peser Israël sur le peuple palestinien et sur le droit en général.

CAPJPO-EuroPalestine

 
Israël refoule un navire d’aide faisant route vers Gaza
jeudi 15 janvier
La marine israélienne a refoulé un navire battant pavillon grec et transportant de l’aide destinée aux Palestiniens de la bande de Gaza, rapportent des militants.
Le navire, à bord duquel se trouvaient 21 personnes, a été intercepté à une centaine de milles nautiques au nord-est de Gaza, a déclaré Houwaida Arraf, l’une des organisatrices de la mission du Mouvement Gaza libre, basé aux États-Unis.
"Ils (les navires israéliens) sont venus tout près et ont menacé d’ouvrir le feu sur nous si nous poursuivions notre route", a dit Arraf à Reuters à bord du bateau d’aide, qui retourne actuellement à Chypre.
"Ils nous ont cernés avec leurs quatre navires de guerre, et il était très difficile de naviguer. Ils ont dit qu’ils auraient recours à tous les moyens pour nous tenir à l’écart de Gaza", a dit la militante.
Mercredi, Israël avait déjà ordonné à un navire iranien transportant une aide humanitaire aux Palestiniens de faire demi-tour.
 
Le Venezuela, une menace imaginaire
samedi 7 mars 2009

popularité : 1%
Sous la présidence de George Bush, les relations entre les États-Unis et les pays d’Amérique latine ont été à leur plus bas niveau, si bien que l’arrivée de Barack Obama à la Maison blanche a permis d’espérer une nouvelle approche, aussi bien au nord qu’au sud de la Frontière. Pour l’heure, la plupart des signes semblent indiquer que la continuité l’emportera sur le changement.

Par Mark Weisbrot

Barack Obama a commencé sans raison à s’en prendre verbalement au Venezuela . Dans une interview diffusée par la chaîne de télévision hispanophone Univisión le dimanche qui a précédé son investiture, il a accusé Hugo Chávez « d’avoir entravé le progrès dans la région » et « d’exporter des activités terroristes » [1].

Même mesurés à l’aune de la précédente administration, ces propos ont été anormalement hostiles et comminatoires. D’autant plus qu’ils sont erronés et diamétralement opposés à la manière dont les autres pays de la région perçoivent le Venezuela. En effet, la plupart des gouvernements d’Amérique latine ne prennent pas au sérieux l’accusation selon laquelle le Venezuela « exporte le terrorisme ».

Le président de l’Organisation des États américains (OEA), le Chilien José Miguel Insulza, a parlé au nom de pratiquement tous les pays du continent lorsque, l’année dernière, il a déclaré devant le Congrès des États-Unis qu’ «  il n’y a pas de preuve » et qu’aucun des pays membres, pas même les États-Unis, n’a apporté « une telle preuve » selon laquelle le Venezuela soutient des groupes terroristes.

Pas une seule des démocraties latino-américaines ne perçoit non plus le Venezuela comme un obstacle au progrès dans la région. Au contraire, le président brésilien Lula da Silva et plusieurs autres présidents sud-américains ont, à plusieurs reprises, défendu Chávez et reconnu le rôle qu’il joue dans la région. Quelques jours après que Barack Obama a accusé le Venezuela, Lula était dans l’État vénézuélien de Zulia, situé dans le nord-ouest du pays, d’où il a souligné l’importance de son partenariat stratégique avec Chávez et leurs efforts communs en faveur de l’intégration économique régionale.

La déclaration de Barack Obama n’a pas été fortuite. Quiconque lui a suggéré ces paroles voulait fort probablement faire savoir aux électeurs vénézuéliens, préalablement au référendum du dimanche 15 février [2], que leur pays n’aura pas de relations normales avec les États-Unis tant que Chávez restera président.

Il est certain que, au sein de l’administration Obama, un certain nombre de personnes souhaitent poursuivre les politiques de Bush. Durant son processus de nomination, James Steinberg, le numéro deux du département d’État après Hillary Clinton, a lancé une pique gratuite contre la Bolivie et le Venezuela en déclarant que les États-Unis devraient « faire contrepoids à des gouvernements tels que ceux actuellement au pouvoir au Venezuela et en Bolivie, qui mènent des politiques qui ne servent pas les intérêts de leurpeuple ou de la région. »

Le fait que Barack Obama n’ait toujours pas remplacé Thomas Shannon, le principal diplomate pour l’hémisphère occidental [les Amériques] sous l’administration Bush, constitue un autre signe de continuité.

Dans cette situation, les médias états-uniens jouent le rôle de provocateur. Ainsi, l’Associated Press ne tient pas compte des attaques lancées par Washington et dépeint la réponse de Chávez comme une simple manœuvre électoraliste de sa part, alors que, contrairement à son habitude, le président vénézuélien a fait preuve de retenue. Durant tout le temps qu’a duré la longue campagne électorale états-unienne, il n’a pas répondu aux attaques, et ce, même lorsque Hillary Clinton et Joe Biden l’ont traité de « dictateur » et Barack Obama, de « despote », qualificatifs que pas un politologue sérieux au monde n’accepterait pour parler d’un président élu démocratiquement dans un pays où l’opposition domine les médias. Il a mis tout cela sur le compte de l’influence du sud de la Floride sur les élections présidentielles étasuniennes.

Pourtant, dans le monde, rares sont les présidents qui auraient subi des agressions verbales répétées sans répondre.

Les conseillers de Barack Obama savent pertinemment que la presse dépeindra Hugo Chávez comme l’agresseur, peu importe la manière dont leur administration se comporte envers le Venezuela. Par conséquent, le fait d’empoisonner dès le départ les relations entre les deux pays relève du calcul politique facile, quoique cynique. Mais ce que ces conseillers n’ont pas encore compris, c’est que ce faisant, ils s’aliènent la majeure partie de la région.

Néanmoins, il est toujours possible d’espérer un changement dans la politique étrangère des États-Unis pour l’Amérique latine, une politique qui, de la lutte antidrogue à la politique commerciale en passant par l’embargo contre Cuba, a perdu toute crédibilité. Mais, comme à l’époque de Bush, il faudra une pression constante du Sud sur nous. En septembre dernier, l’Union des nations sud-américaines (UNASUR) a vigoureusement soutenu le gouvernement bolivien contre la violence et la déstabilisation de l’opposition. Ce soutien s’est avéré extrêmement efficace pour contrer le soutien tacite que Washington a apporté aux éléments les plus extrémistes de l’opposition et il a montré à l’administration Bush que la région ne tolérerait pas que les États-Unis essaient de légitimer, en Bolivie, une opposition qui sort du cadre des lois, ni qu’ils lui accordent des droits particuliers en faisant abstraction du processus démocratique.

Lorsqu’ils l’ont félicité de sa victoire, plusieurs présidents, dont Lula, ont demandé à Barack Obama de lever l’embargo contre Cuba. Lula lui a également demandé de rencontrer Hugo Chávez. Il est à espérer que ces gouvernements continueront d’affirmer - de manière réitérée, publiquement et d’une seule voix - que les conflits qui opposent Washington à Cuba, à la Bolivie et au Venezuela sont des problèmes de Washington et pas le résultat d’une quelconque action de ces gouvernements. Lorsque l’équipe du président Obama comprendra que, dans la région, la méthode du « diviser pour mieux régner » échouera aussi lamentablement pour la nouvelle administration que pour la précédente, peut-être alors verrons-nous l’avènement d’une nouvelle politique envers l’Amérique latine.

Source : Center for Economic and Policy Research, Common Dreams, The Guardian, Venezuelanalysis, février 2009.
Traduction : Arnaud Bréart, pour RISAL.info

 

[1] [RISAL] « Chavez has been a force that has impeded progress in the region » ; « We must be very firm when we see this news that Venezuela is exporting terrorist activities or backing malicious entities like FARC »

[2] [RISAL] La majorité des électeurs vénézuéliens ont approuvé l’amendement constitutionnel permettant à tout élu de se représenter à un élection sans limitation du nombre de mandat


Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Nouvelle loi du travail au Venezuela : un pas de plus vers la vraie vie
    7 mai 2012

  2. Chavez, poil à gratter des libéraux
    18 août 2004

  3. Chavez, Nasser et Lumumba ensemble
    16 septembre 2007

  4. Si RCTV avait été française, elle n’aurait pas vécu cinq minutes !
    14 juin 2007

  5. Venezuela : plus je lis les menteurs, plus j’aime Bolivar.
    17 juillet 2007

  6. Hugo Chávez et la réforme constitutionnelle
    4 septembre 2007

  7. L’homme que Bush veut abattre
    9 août 2007

  8. Globovisión ou l’incitation à l’insurrection
    9 juillet 2007

  9. Vénézuela : l’opposition tente de provoquer une crise alimentaire
    4 mars 2007

  10. Chavez : Provocateur ou champion de l’anti-impérialisme ?
    22 novembre 2006

  11. La dette du Venezuela à l’égard de Cuba
    25 octobre 2007

  12. Venezuela : provocations contre-révolutionnaires
    12 novembre 2007

  13. La nouvelle artillerie royale
    20 novembre 2007

  14. De l’intelligence des ânes
    22 novembre 2007

  15. Pourquoi la popularité du président Chavez continue de monter
    31 décembre 2011

  16. Chavez, le référendum et l’intelligence des ânes
    2 décembre 2007

  17. Opération tenaille
    2 décembre 2007

  18. Marée rouge à Caracas en soutien à Chavez
    2 décembre 2007

  19. Regard sur le référendum vénézuelien
    4 décembre 2007

  20. Rejet de la réforme de la Constitution au Venezuela : un « camouflet » ?
    7 décembre 2007

  21. Venezuela : que signifie la défaite du référendum ?
    10 décembre 2007

  22. Une défaite peut apprendre davantage que dix victoires
    11 décembre 2007

  23. Chavez dénonce une guerre en préparation
    1er février 2008

  24. L’économie, talon d’Achille du Venezuela
    2 février 2008

  25. Washington et Bogota contre Hugo Chavez
    16 février 2008

  26. Hugo Chavez accentue les initiatives d’inclusion sociale
    28 décembre 2011

  27. La déclaration de Caracas
    4 avril 2008

  28. Chavez nationalise SIDOR...
    17 avril 2008

  29. L’aventure de la démocratie participative au Venezuela
    3 septembre 2012

  30. Alerta Venezuela
    21 mai 2008

  31. Le Venezuela nationalise SIDOR, la sidérurgie
    16 juillet 2008

  32. Chavez, le peuple et les « pitityankees »
    10 septembre 2008

  33. Venezuela : Une victoire au goût très amer
    2 décembre 2008

  34. Venezuela : vague d’intimidations...
    5 décembre 2008

  35. Le Venezuela expulse l’ambassadeur d’Israël
    8 janvier 2009

  36. Chronique d’une histoire chaviste annoncée
    5 mars 2009

  37. Le Venezuela, une menace imaginaire
    7 mars 2009

  38. La bataille du riz au Venezuela...
    19 mars 2009

  39. L’opposition vénézuélienne et la démocratie
    15 avril 2009

  40. Au Venezuela, la bataille populaire pour démocratiser le “latifundio ? des ondes.
    10 août 2009

  41. Venezuela : cerros, favellas, ordures et médias
    21 novembre 2009

  42. Venezuela : Ceci n’est pas un soutien populaire !
    30 janvier 2010

  43. Référendum révocatoire
    5 février 2010

  44. Bourrage de crâne contre le Venezuela : Chavez veut-il vraiment contrôler Twitter ?
    17 février 2010

  45. La bataille Venezuela
    15 septembre 2010

  46. Début d’une nouvelle offensive contre l’oligarchie capitaliste
    30 décembre 2010

  47. Elias Jaua : "Il ne peut y avoir de changements sociaux sans confrontation avec le capital"
    9 mai 2011

  48. Retour au Venezuela
    30 août 2011

  49. L’« Horreur chaviste »
    27 février 2012

  50. Hugo Chavez, un homme à abattre
    28 février 2012

  51. Comment habiller le libéralisme en « progressisme » au Venezuela
    28 mai 2012

  52. Lula vote Chavez
    16 juillet 2012

  53. L’« horreur chaviste » !
    19 août 2012

  54. Pourquoi le Venezuela se retire de la Commission interaméricaine des Droits de l’Homme
    26 août 2012

  55. Dossier Venezuela : Les Années Chávez
    1er septembre 2012

  56. Rude choc pour les antichavistes primaires
    20 octobre 2012

  57. Hugo Chavez face à sa maladie
    15 décembre 2012

  58. Quand s’éloigne le bruit de la pluie sur les toits de carton
    19 décembre 2012

  59. Pas de vacance du pouvoir au Venezuela et un vaste soutien régional et populaire
    12 janvier 2013

  60. Chavez, aussi vivant que le peuple vénézuélien
    7 mars 2013

  61. Chavez : regardez France 2, vous saurez tout
    11 mars 2013

  62. Venezuela : complot américain pour faire tuer le chef de l’opposition, selon Maduro
    22 mars 2013

  63. Aucun doute : Otto Reich était bien derrière le plan d’attentat visant Capriles
    25 mars 2013

  64. Premier acte de politique étrangère du gouvernement Maduro : défendre les Droits du peuple palestinien
    20 avril 2013

  65. Le Vénézuéla lance l’alerte à propos des faux-nez créés par la CIA
    22 juin 2013

  66. Venezuela : coup de projecteur sur les zones d’ombre médiatiques
    23 février 2014

  67. 50 vérités sur Hugo Chávez et la Révolution bolivarienne
    12 mars 2013