Altermonde-sans-frontières
Accueil du site
Dernière mise à jour :
dimanche 23 novembre 2014
Statistiques éditoriales :
21362 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
677 Auteurs

Statistiques des visites :
3326 aujourd'hui
4723 hier
6793100 depuis le début
   
Agenda
<<  Novembre 2014  >>
LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement prévu ce mois-ci
Brèves
Online
jeudi 14 août
 
LPO
lundi 23 juin
 
Corrida pouah !
lundi 23 juin

TORTURE

NI ART

NI CULTURE

 
Non au GMT
lundi 2 juin
 
Ecologie-radicale
mardi 12 février
 
Procès ADN pour Faucheurs : 1 euros pour Jean-Baptiste !
jeudi 13 mars

Montpellier :

Un faucheur volontaire de plants OGM a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Montpellier à une amende d’un euro pour avoir refusé de se soumettre à des prélèvements ADN. Une amende ou une suspension de permis de conduire de quatre mois avait été requise à l’audience du 12 février contre M. Libouban, qui encourait une peine d’un mois d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende.

"Je n’ai rien à faire sur une liste de criminels de mon pays", avait justifié à l’audience l’initiateur du mouvement des faucheurs volontaires, Jean-Baptiste Libouban, 73 ans, condamné à deux reprises, en 2005, pour des actes de fauchage de plants OGM. Convoqué par la gendarmerie, il avait refusé de se soumettre à un prélèvement destiné à établir son empreinte génétique. A l’audience, il s’était élevé contre le fichage systématique de la population.

"On a été entendu sur les enjeux", a analysé à l’issue du délibéré Régine Barthélémy, l’avocate du faucheur. Elle a déclaré avoir "plusieurs échos de gens et de jeunes en particulier qui, arrêtés après des manifestations et poursuivis, et à qui on propose après une peine le prélèvement ADN, disent "je n’ai pas les moyens de refuser". Eh bien un euro, oui. "Vous avez les moyens de refuser", a déclaré Me Barthélémy.

Lors de l’audience, José Bové, présent en qualité de témoin, avait affirmé qu’il aurait lui aussi refusé un tel prélèvement si la justice le lui avait imposé, "car on est dans une logique de fichage liberticide". Un membre du bureau national du Syndicat de la magistrature (SM), David Le Bas, avait réclamé "une application modérée de la loi du fichier des empreintes génétiques", qui à l’origine était exclusivement destiné à ficher les personnes concernées par les crimes les plus graves, spécialement en matière sexuelle.

 

Toutes les brèves du site