Altermonde-sans-frontières
Accueil du sitePolitique en FranceLe pouvoir
Dernière mise à jour :
lundi 1er septembre 2014
Statistiques éditoriales :
20769 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
980 Auteurs

Statistiques des visites :
1849 aujourd'hui
6604 hier
6291523 depuis le début
   
Brèves
Article 35
samedi 14 avril
Déclaration des Droits de l’Homme
et du Citoyen du 24 juin 1793
 
Indignez-vous !
jeudi 16 juin
 
Annulation de la taxe carbone
mardi 29 décembre

PARIS — Le Conseil constitutionnel a annoncé ce mardi 29 décembre 2009 avoir annulé la taxe carbone qui devait entrer en vigueur le 1er janvier, estimant que la loi crée trop d’exemptions, ce qui est "contraire à l’objectif de lutte contre le réchauffement climatique" et crée une inégalité face à l’impôt.

(dépêche AFP)

 
Arithmétique de base
jeudi 29 octobre

Éric Woerth, le ministre du Budget, s’est vanté, le 23 octobre, dans l’hémicycle, d’avoir supprimé 100 000 postes de fonctionnaires en trois ans, faisant ainsi économiser 3 milliards au Budget.

"Vous les avez immédiatement redonnés en baisse de TVA aux restaurateurs, qui eux n’ont créé que 6 000 emplois" , lui a répondu le député socialiste Henri Emmanuelli. "En définitive, on n’a donc pas économisé un centime, mais on a perdu 94 000 emplois."

Un raisonnement simple mais efficace !

In Le Canard Enchaîné N° 4644 du 28 octobre 2009

 
Ingrid Betancourt aux Droits de l’Homme ?
vendredi 11 juillet

Ingrid Betancourt en marche vers un Secrétariat d’État aux Droits de l’Homme ?

La rumeur se répand de plus en plus. Et si Nicolas Sarkozy, en difficulté sur les Droits de l’Homme notamment avec le dossier de la Chine, prenait un acte fort avec la nomination d’Ingrid Betancourt à une fonction de Secrétaire d’Etat ...

En Colombie, son parti avait pour nom "Oxygène". C’est justement ce que recherche le Chef de l’Etat en position trop défensive.

Ingrid Betancourt a su trouver les mots pour parler au coeur des Français lors de son retour et leur donner une embellie.

Pour de multiples raisons, le retour en Colombie est délicat.

C’est dans ce contexte que se multiplient les rumeurs de "négociations ministérielles" pour celle qui incarne la lutte pour les libertés et le courage dans la défense d’opinions.

exprimeo.fr

 
Articles publiés dans cette rubrique
mardi 26 août 2014
Une Constituante, vite !
Les prises de position d’Arnaud Montebourg et Benoit Hamon, suivies par la démission du gouvernement, les luttes de pouvoir au sein de l’UMP, la démission de Jean-Luc Mélenchon de la présidence du Parti de Gauche marquent cette rentrée politique. Nombreuses sont déjà les déclarations qui parlent d’une crise politique, feignant d’ignorer que la crise dure depuis longtemps déjà.
Car, si le système politique semble doté depuis des décennies d’une grande stabilité, c’est tout simplement parce que la légitimité de l’exécutif ne résulte que d’une élection particulière – la présidentielle - donnant un pouvoir sans (...)

lire la suite de l'article
vendredi 20 décembre 2013
On n’est pas démocrate à temps partiel
Un gouvernement en difficulté, affaibli, a-t-il la légitimité pour prendre des décisions qui remettent en cause les principes mêmes de notre contrat social ? Un gouvernement peut-il transformer de sa propre autorité les institutions qui, en démocratie, ne dépendent que de la souveraineté populaire ? On peut raisonnablement se poser la question au vu du fonctionnement du gouvernement Ayrault.
Par un hasard "quasi miraculeux", deux informations sont tombées le même jour : la première annonçant que Bruxelles ne s’opposait pas à l’aéroport de Notre Dame des Landes dont le président François Hollande a (...)

lire la suite de l'article
mardi 5 mars 2013
par Irich
Un voyage officiel peu audible
Silence radio sur le message dissonant du président islandais en visite en France 4 jours
Par Irich
Morosité persistante dans la zone euro et embellie confirmée de l’Islande ont eu raison de l’arrogance de nos élites. L’Islande, premier pays européen touché par la crise en 2008, a retrouvé le chemin de la prospérité : croissance de 2,5 % du PIB, un chômage de 5 %, excédents du commerce extérieur et des comptes publics. Les choix de politique économique de ce petit pays se retrouvent projetés sous la lumière de l’oligarchie. Dans les hautes sphères des centres de décision, les masques tombent, les certitudes se lézardent, les dogmes s’effondrent.
La dernière visite d’une délégation officielle (...)

lire la suite de l'article
mercredi 5 septembre 2012
L’euthanasie de la démocratie
La rentrée politique 2012 va caractériser pour longtemps l’action de la nouvelle majorité ; d’autant plus qu’on entend, de-ci de-là, que celle-ci détient tous les pouvoirs, phénomène unique sous la 5ème République. Tous ? C’est oublier bien vite que les principales décisions émanent de Bruxelles et que les opérateurs financiers conditionnent l’essentiel des décisions économiques. Au-delà donc des soubresauts de l’actualité immédiate, l’interrogation politique principale porte ainsi de plus en plus sur la survie même de la démocratie et de la souveraineté populaire.
Deux évènements apparemment sans grand (...)

lire la suite de l'article
vendredi 8 juin 2012
La facture forte
Par Nathalie Funès
Les anciens présidents n’ont pas besoin de se lever tôt pour gagner plus. Tout ou presque leur est payé. Nicolas Sarkozy va pouvoir à son tour profiter des largesses du modèle social français. Lui qui a tant fustigé « l’assistanat » va bénéficier, comme tous les anciens présidents de la République, d’une retraite aux petits oignons.
Ce ne sont pas tant le montant de la pension (6 000 euros versés jusqu’à ce que mort s’ensuive) et le droit de siéger au Conseil Constitutionnel (12 000 euros supplémentaires) que les avantages annexes qui pourraient faire des envieux. La République met à sa (...)

lire la suite de l'article
lundi 19 mars 2012
par Raoul Marc Jennar
«  Il n’y aura point de président de la France » (21 septembre 1792)
La monarchie étant abolie le 21 septembre 1792, lendemain de la victoire de Valmy, la Convention commence le même jour les travaux de rédaction de la première Constitution républicaine (qui sera adoptée en 1793). Une intervention d’un député de Paris évoquant l’existence d’un président de la République provoque plusieurs répliques désapprobatrices.
On retiendra d’abord celle du citoyen François Chabot : « Ce n’est pas seulement le nom de roi que la nation veut abolir, mais tout ce qui peut sentir la prééminence : défiez-vous de ce penchant aux idées aristocratiques ; gardez-vous d’ériger en idole ou en (...)

lire la suite de l'article
mercredi 16 novembre 2011
Les députés refusent la réduction de 10 % des indemnités parlementaires
Les députés ont rejeté lundi, après un débat assez bref et dépassionné, la proposition du député UMP Lionnel Luca et d’une trentaine de ses collègues de réduire de 10% leurs indemnités parlementaires pour participer à l’effort de solidarité en ces temps de rigueur budgétaire.
"En ces temps difficiles où un deuxième plan de rigueur va demander des efforts - et rien ne nous permet d’être assurés qu’il n’y en aura peut-être pas un troisième d’ici la fin de la législature - il serait invraisemblable que nous nous exonérions d’un effort relatif", a défendu Mr Luca. Parmi les signataires de cet amendement, figurent (...)

lire la suite de l'article
vendredi 4 mars 2011
Gérard Longuet : remember !
Gérard Longuet revient. Et avec lui une certaine idée de la droite. Du genre qui commence à l’extrême droite, passe par la lessiveuse giscardienne, fait dans le style moderne et décrispé, mais dans le fond, ne change en rien.
Gérard Longuet, ex-très jeune "faf", ex-jeune giscardien emblématique des années 80, ex-membre de la bande à Léo, ex-balladurien de choc, toujours suspect mais jamais condamné (qu’il s’agisse de financement politique occulte ou de magouilles immobilières personnelles) véritable miraculé judiciaire, avait fini par échouer au Sénat ces dernières années, ce qui, compte tenu de sa (...)

lire la suite de l'article
mardi 20 juillet 2010
Sarkozy sur France 2
Un président à terre
Il n’est jamais bon pour un président de parler sous la contrainte. Surtout quand il répète devoir « garder son sang-froid ». Nicolas Sarkozy a dû se plier à l’interview menée par David Pujadas, lundi 12 juillet sur France 2, à cause des développements de l’affaire Bettencourt-Woerth et pressés par des élus de sa majorité de s’exprimer. Il y avait urgence car les fondamentaux du sarkozysme tremblent sur leurs bases, je veux parler du règne de l’argent décomplexé imposé depuis 2007 jusque dans le style présidentiel et de la « réforme » des retraites pilotée par une droite revancharde pour mettre à bas une (...)

lire la suite de l'article
mardi 27 octobre 2009
Petit à petit, Sarko fait son nid
Le pouvoir médiatique acheté (3/3)
Par Napakatbra
Politique, justice... Et le peuple dans tout ça ? Il vote, en son âme et conscience, se fondant sur les informations dont il dispose. Et que la presse daigne lui fournir. La belle affaire...
Pour se faire une idée de l’impartialité du monde médiatique à l’égard de Nicolas Sarkozy, il suffit de consulter le bottin : Martin Bouygues (TF1, LCI, Metro, TMC, RTL 9, NT1...), Arnaud Lagardère (Europe 1, BFM, MCM, Paris Match, Le Journal du Dimanche, Elle, Le Monde, Le Parisien), Vincent Bolloré (Direct Soir, Matin Plus, Direct 8), Bernard Arnault (Les Echos, Investir, Radio (...)

lire la suite de l'article
lundi 26 octobre 2009
Petit à petit, Sarko fait son nid
Le pouvoir judiciaire muselé (2/3)
Par Napakatbra
Nicolas Sarkozy s’attaque à la justice. Suppression du juge d’instruction, changement des règles de nomination des membres du CSM... tout est fait pour affaiblir le pouvoir judiciaire. Jusqu’à le transformer en gigantesque "tribunal arbitral" ? Pas loin...
Suppression du juge d’instruction
L’indépendance de la justice est un autre grand principe de notre système démocratique. Sacrément mis à mal par la réforme du juge d’instruction, vivement critiquée par le Conseil de l’Europe qui y voit une tentative "d’utilisation abusive du système de justice pénale motivée par des (...)

lire la suite de l'article
samedi 24 octobre 2009
Politiques, conformez-vous à la votation sur la Poste !
Par Taimoin
Plus de deux millions de personnes ont participé au plus grand référendum de ces dernières années. Un référendum voulu et organisé par des citoyens, pour des citoyens adultes. Au large, les aboyeurs et les dénigrements rances. Les politiques doivent retrouver le sens du mot "représentant" et cesser d’organiser l’anti-démocratie.
Deux millions trois cent mille personnes ont participé à ce référendum citoyen magnifique du début octobre. Il n’a pas comporté de trucage, même si quelques minimes erreurs ont été signalées ça ou là. Il faudra à l’évidence craindre beaucoup plus les fautes que généreront (...)

lire la suite de l'article
samedi 24 octobre 2009
Petit à petit, Sarko fait son nid
Le pouvoir politique confisqué (1/3)
Par Napakatbra
Nicolas Sarkozy s’installe. Qu’on se le dise. Il a redécoré l’Elysée, certes. Mais il a aussi repeint la France. Jour après jour, les pouvoirs politiques, judiciaires, médiatiques et économiques sont affaiblis, muselés, réduits au strict minimum, au profit de l’exécutif. Et les contre-pouvoirs se font discrets. Sale temps pour la démocratie...
"C’est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu’à ce qu’il trouve des limites". Ce principe a été énoncé par Montesquieu (1689-1755), dans le sillage de John Locke (1632-1704). En clair, seul le (...)

lire la suite de l'article
mardi 29 avril 2008
Les hommes politiques se prennent pour des patrons de droit divin
Assistant parlementaire ou employé de parti, des boulots pas de tout repos. Pressions, brimades, menaces ou licenciements, certains hommes politiques se comportent en véritables patrons-voyous. Mais les salariés se rebiffent parfois. Et gagnent – presque – à tous les coups, sauf quand, comme ce fut le cas une fois, ils tentent de se suicider.
par Amédée Sonpipet
Suicide au Palais Bourbon. Non, ce n’est pas le titre d’un polar comme les affectionne Jean-Louis Debré, l’ancien Président de l’Assemblée nationale. Mais c’est bien ce qui a failli arriver lorsque le collaborateur d’un député a tenté de (...)

lire la suite de l'article
mercredi 8 août 2007
Benamou se la pète
Le conseiller culture de Sarko Ier a tout pour plaire...surtout à son patron !
par Paul Litzer
Ce Georges-Marc Benamou mérite d’être connu. Toujours du côté du pouvoir, toujours attiré par l’odeur de l’argent, toujours séduit par les honneurs. Un homme promis aux plus hautes destinées en ces temps de sarkozysme triomphant. A 50 ans, l’ami Georges-Marc est au sommet de son pouvoir et les Français, surtout les plus faibles d’entre eux, sont en train d’en faire les frais.
Depuis quelques semaines, il est le conseiller pour la culture et la communication du sieur Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Un poste qu’il aurait rêvé avoir sous François Mitterrand, dont il a ciré consciencieusement les (...)

lire la suite de l'article
lundi 23 juillet 2007
Le Chi nous parle
Reçu de Manon
C’est la première fois qu’un ancien chef de l’Etat est entendu par un juge sous la Ve République. « Je suis prêt à témoigner et à répondre, témoigner devant l’opinion, répondre devant les juges », annonce Chichi dans une tribune publiée dans Le Monde daté de vendredi.
Dans son texte, Jacques Chirac souligne qu’il a fallu « sept ans de tâtonnements » entre la première loi de 1988 et la troisième de 1995 pour « parvenir au bon régime juridique » sur le financement de la vie politique. « C’est à cette période antérieure à la loi de janvier 1995, marquée par l’explosion des besoins et l’inadaptation de règles (...)

lire la suite de l'article
dimanche 15 juillet 2007
Extrait d’un discours fort intéressant de Léon Blum (1946)
Reçu de Michel Peyret
11juillet 2007
Le concept de « transformation sociale » faisant florès, j’ai trouvé intérêt à la lecture de ce texte de Léon Blum, intérêt que je souhaite faire partager.
Bien cordialement,
M.
Léon Blum (1946 )
J’ai assisté et participé depuis trente ans à tous nos congrès, sauf une interruption forcée. J’y ai toujours pris la parole. Je ne l’ai jamais fait avec tant de gêne et tant de trouble.
Quelque chose m’échappe dans ce qui se passe. Je ne comprends pas. Je m’épuise en vain depuis des jours et des jours à saisir clairement les causes, et surtout la proportion des causes avec les effets.
Quelque chose (...)

lire la suite de l'article
vendredi 6 juillet 2007
"Yade" la gêne et du plaisir
par Xavier Monnier
par Xavier Monnier
La belle et gracile Ramatoulaye Yade prend ses marques au Quai d’Orsay. Mais à force d’éviter les chausse-trappe, les escarpins de la secrétaire d’État risquent de s’user. Prévue à la francophonie, Yade a dû composer avec un veto venue du pays où elle a vu le jour, le Sénégal.
L’ancien président Diouf, désormais secrétaire général de l’organisation internationale de la Francophonie, n’a pas voulu de Rama sur ses plates-bandes. Une démarche fort cavalière de la part de l’ancien chef de la Téranga (terre d’hospitalité, surnom du Sénégal) envers une presque compatriote. La faute à une vieille (...)

lire la suite de l'article
mercredi 13 juin 2007
par Patrick Mignard
Le citoyen qui veut se faire aussi gros que l’élu
Un citoyen vit un élu,
Qui lui sembla bien fortuné,
Lui qui n’avait qu’un faible revenu,
Envieux voulu aussi siéger à l’Assemblée,
Pour égaler les élus en moyens, _Disant « Regardez moi citoyens,
Allez y, votez pour moi, apportez moi vos voix,
Je serai par vos soins votre représentant élu ».
Il promit tellement dans sa langue de bois
Qu’il parvint à son but, en un mot fut élu.
Le monde politique est plein de prétentieux
Qui promettent à tout va au peuple bien crédule
Qui croit au candidat comme l’on croit en Dieu,
Faisant de l’élection un cirque ridicule.
Patrick MIGNARD excuses à Jean de LA (...)

lire la suite de l'article
samedi 9 juin 2007
par Gérard Privat
Démocratie, où es-tu ?
Je suis ici... chez vote blanc...
Très fréquemment la question est posée : « Comment procéder pour que le Peuple accède enfin à sa souveraineté ? » Autrement dit : Comment instaurer réellement la démocratie ?
(Première partie)
Très fréquemment la question est posée : « Comment procéder pour que le Peuple accède enfin à sa souveraineté ? » Autrement dit : Comment instaurer réellement la démocratie ?
Comme en tous domaines, la compréhension du problème et sa solution sont relativement simples lorsque l’on comprend que souveraineté populaire et démocratie vont de pair ; qu’elles sont les deux faces d’une même réalité.
Si le (...)

lire la suite de l'article
mercredi 30 mai 2007
par Jean Dornac
L’écœurante odeur du pouvoir
Certains, au bout de cet article, voire juste après avoir lu le titre, penseront que je suis un anarchiste. Je n’en sais rien et, à vrai dire, ce que je suis ou ne suis pas ne me préoccupe pas du tout. Je cherche juste à comprendre, comme tant d’autres, pourquoi, alors que l’humain n’est pas fait pour la souffrance, il la subit aussi violemment et depuis toujours…
Je ne parle pas de la souffrance que la vie, sans l’intervention des humains, nous impose ; je ne parle donc ni des maladies, ni des cataclysmes naturels ni de la mort. Mais pour le reste, quelles sont les raisons de la souffrance (...)

lire la suite de l'article
mardi 27 mars 2007
Bilans d’un pouvoir...
reçu de RESF
Exit Nicolas Sarkozy... pour un temps, au moins. C’est le moment des bilans. C’est ce qu’a fait la Ligue des Droits de l’Homme et de manière excellente. Bien sûr, ces bilans ne sont pas ceux d’un homme seul, c’est tout le pouvoir des cinq dernières années, exécutif et législatif, qui est en cause. Mais Sarkozy a "trempé" dans plus d’une de ces lois iniques.
Il faut vraiment être extrémiste et ne pas aimer la liberté pour être tenté de voter pour cet homme et ses idées...
Si rien n’est réformé prochainement, qui pourra encore dire qu’on vit, en France, une véritable démocratie ?...
Jean Dornac
Bilan d’une (...)

lire la suite de l'article
mardi 27 février 2007
par Max Biro
Appel à parrainages, mise en garde
Les opinions se combattent par le débat d’idées et non par des manœuvres procédurières
Nous citoyens électeurs constatons les pressions qui dissuadent les maires à donner des parrainages aux candidats de courants significatifs.
Dans le cas ou ces candidats seraient ainsi éliminés nous nous engageons à voter blanc au second tour.
J’appelle les citoyens à joindre leur signature.

lire la suite de l'article
jeudi 22 février 2007
À qui la grosse caisse ?...
Reçu de Maritza
La direction générale de la Caisse des dépôts est à prendre. Les clans de l’Élysée, de Bercy, de Sarko et de Ségo s’étripent en coulisses pour placer leurs hommes à ce poste en or massif.
Par John Gari
Le tamtam autour de la nomination par le Conseil des ministres du nouveau directeur de la Caisse des dépôts ne fait pas encore trop de bruit. Mais cela pourrait tourner au vacarme. Car ce fauteuil stratégique, à la tête de la plus grosse institution financière française para-publique, maître des crédits aux collectivités locales et au logement social, est plus que convoité. Tous les camps politiques guignent (...)

lire la suite de l'article
jeudi 1er février 2007
Le Medef ne manque pas d’air
Reçu de André
Le Billet de Bruno Testa
Le Medef vient de publier un libre blanc intitulé « Besoin d’air ».
Est-ce à dire que les patrons auraient un soudain besoin de s’aérer les bronches ?
Serait-ce un pas en direction de l’écologie, une manière de reprendre le flambeau que Nicolas Hulot vient de laisser tomber ? Hélas, pas tout à fait. L’oxygène du Medef c’est bien sûr le pognon.
Le gaz carbonique du Medef, c’est bien entendu le droit du travail. Jamais à court d’imagination, l’organisation patronale propose ni plus ni moins d’inscrire dans la Constitution (et pourquoi pas dans les tables de la Loi ?) le « droit à une (...)

lire la suite de l'article
samedi 6 janvier 2007
par Luc Douillard
L’INSEE ou l’organisation de l’opacité. Au profit de qui ?
Dans un article daté du mercredi 3 janvier 2007, le « Canard Enchaîné » revient sur les derniers grands errements prévisionnels de l’INSEE. Encore un service public d’importance stratégique géré en dépit du bon sens par des petits chefs inaptes et dans la complicité des micro-féodalités corporatives. (« Les comptes à dormir debout de l’Insee », par Alain Guédé, page 3.)
Le métier de l’Institut statistique national est éminemment politique : il consiste à enquêter et à comprendre pour prévoir. Rôle indispensable, pour éclairer à la fois le décideur et le citoyen de base.
Le Canard rappelle les piètres résultats (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 janvier 2007
Les ministres s’envoient en l’air gratis.
Reçu de Maritza
Par Vincent Nouzille
Envolée du taux des impayés de la flotte d’appareils officiels affrétée aux ministres.
Notre bon ministre des Affaires étrangères, le Docteur Douste-Blazy, a bien du reconnaître que son escapade fin novembre en Inde, dans un Boeing de luxe affrété spécialement, avait coûté la bagatelle de 275 000 euros, comme l’avait révélé le Canard enchaîné. Mais qu’on se rassure : le Quai d’Orsay et nombre d’autres ministères sont habitués… à ne pas régler toutes leurs factures de déplacement. Les ministres sont même particulièrement mauvais payeurs lorsqu’ils utilisent la flotte d’appareils officiels de (...)

lire la suite de l'article
vendredi 15 décembre 2006
par makhlouq
Âne... pas squale !
Pascal Sevran s’est distingué par une diatribe contre l’Afrique et les Noirs !
Affirmant, comme il le fait de manière discourtoise, que la pauvreté procède de la démographie illustre parfaitement sa méconnaissance de l’économie, de la société et des phénomènes qui interfèrent entre elles.
C’est pourquoi son livre fleure bien plus que l’ignorance !
Saviez vous cher lecteur qu’en Australie les kangourous, en période de disette, ne s’accouplent plus ?
Cette pratique est un phénomène naturel permettant l’autorégulation des naissances afin de ne pas mettre l’espèce en danger !
Concernant l’homme, quelle que soit sa (...)

lire la suite de l'article
mardi 14 novembre 2006
par Algarath
Ségolène Royal, la « madone des sondages ».
Les politiciens sont agacés par le phénomène « Ségolène Royal ». Et pas seulement ses ennemis politiques, mais aussi ses « amis » du parti socialiste. Il y a de quoi !
Par ALGARATH
D’abord, il y a les sondages qui la donnent gagnante. Mais les sondages ne sont que des sondages, en particulier lorsqu’ils sont réalisés très loin des élections. On connaît les retournements spectaculaires de situation entre les sondages et la réalité des votes le jour du scrutin.
Il y a aussi la presse, y compris la presse internationale, en extase devant « la madone de la politique française ». Tout est bon pour l’encenser. (...)

lire la suite de l'article
samedi 11 novembre 2006
par makhlouq
Dominique...nique...nique
et seulement la France !
Rappelons nous !
Rappelons lui... qu’ici... nous ne sommes pas là-bas !
"Je considère que tout Juif dans la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. Tout le monde ne pense pas la même chose dans la Communauté juive, mais je crois que c’est nécessaire. Car, on ne peut pas à la fois se plaindre qu’un pays comme la France, par exemple, ait dans le passé et peut-être encore aujourd’hui, une politique par trop pro-arabe et ne pas essayer de l’infléchir par (...)

lire la suite de l'article
lundi 24 avril 2006
par Algarath
CPE : La rue y a regagné ses lettres de noblesse
La victoire remportée par la coalition populaire avec les étudiants et les syndicats et contre le gouvernement s’est jouée dans la rue. Mais, ce que peu de gens ont encore réalisé, c’est que cette victoire a été double et qu’elle est lourde de signification pour l’avenir des revendications sociales : C’est à la fois une victoire contre le CPE, mais aussi une victoire qui réinstalle la rue comme une arme politique redoutable.
Par ALGARATH
Chirac a toujours eu une trouille bleue de la rue, et les aveux où il a confié ses craintes à ce sujet ne manquent pas. Il a d’ailleurs pris sa leçon en 1986 alors (...)

lire la suite de l'article
lundi 17 avril 2006
par Algarath
Villepin : Le masque tombe peu à peu.
Qui est réellement Dominique de Villepin, le Premier ministre de Jacques Chirac ? En apparence un aristocrate séduisant, énarque, doublé d’un poète, et qui a fait sa carrière dans la diplomatie. La réalité est tout autre.
Par ALGARATH
Tout d’abord, son vrai nom est Galouzeau et il n’a pas plus droit à la particule et au titre ronflant que vous ou moi. Ça commence bien ! Les Galouzeau sont une famille originaire de l’Yonne et c’est un des ancêtres du Premier ministre qui a rajouté « de Villepin » au XVIII ème siècle, sans n’y avoir aucun droit. Le locataire de Matignon s’appelle donc tout simplement (...)

lire la suite de l'article
mardi 11 avril 2006
par Algarath
CPE : Pourquoi Chirac a-t’il autant soutenu Villepin ?
Pourquoi Chirac a-t’il tellement soutenu son Premier Ministre dans la crise du CPE, et surtout pourquoi Villepin a-t’il défendu jusqu’à l’extrême limite son projet mort-né et tellement repoussé par les Français ?
Par ALGARATH
Bien évidemment, il n’y a pas qu’une seule réponse, mais un faisceau de raisons qui font que les deux hommes sont liés par un pacte, pour le moment indéfectible. Cet entêtement anormal, très au-delà du raisonnable, s’explique surtout parce que ni l’un ni l’autre n’ont d’autre choix que de réussir. Il fallait qu’ils arrivent à imposer le CPE dans sa version la plus fidèle à l’original, (...)

lire la suite de l'article
samedi 8 avril 2006
par Algarath
CPE : C’est peut-être loin d’être fini.
Ceux qui auraient la naïveté de croire que la bataille contre le CPE est gagnée en seront pour leurs frais. Les vraies négociations commencent, et les forces en présence sont déterminées. Que ce soit Chirac et les chiraquiens ou Sarkozy et l’UMP, tous ont intérêt à imposer le CPE dans une version la plus proche de l’original. Quand aux syndicats et aux étudiants, on connaît leur détermination
Par ALGARATH
Sarkozy a réussi la première partie de son plan : Récupérer le dossier du CPE en laissant son rival Villepin humilié. Mais sa victoire est loin d’être complète. Pour cela, il compte bien négocier au mieux (...)

lire la suite de l'article
mardi 4 avril 2006
La débandade du pouvoir.
Une fois passées les émotions de la crise du CPE, même si elle n’est peut-être pas encore terminée, on ne peut s’empêcher de considérer avec stupeur et consternation ce qui se passe au plus haut niveau de l’État français. Et c’est de nature à faire peur aux Français, qui ont de moins en moins l’impression d’être gouvernés
Par ALGARATH
On ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer. C’est digne du meilleur burlesque. Papy Chirac, devenu franchement gaga, fait semblant de soutenir Villepin, qu’il avait placé lui-même à Matignon pour contrecarrer Sarkozy, tout en remettant Sarkozy en selle. Si bien qu’on a (...)

lire la suite de l'article
dimanche 2 avril 2006
CPE : Chirac l’équilibriste.
Il nous ferait presque pitié, Chirac le pathétique, quand on le voit ramer et se rendre ridicule pour tenter de concilier les points de vue de Villepin et de Sarkozy, de calmer un peu l’ire de la rue et de donner l’illusion de jouer le garant de la Nation. Il joue néanmoins un jeu dangereux et prend des risques, ce que le proche avenir nous dira.
Par ALGARATH
On voit notre Président finissant louvoyer entre la fermeté et l’ouverture, dans la crise du CPE. Il s’est cru obligé de faire promulguer la loi pour sauver à la fois la face et la tête de son Premier Ministre. Mais aussi, il annonce de facto (...)

lire la suite de l'article
vendredi 31 mars 2006
par Algarath
Chirac, ou le dédain du monarque.
Il est clair que Chirac se sent au-dessus de la mêlée et qu’il se conduit comme un monarque intouchable, ayant peut-être cru sérieusement être élu avec un vrai 82 % des voix en 2002. En tout cas, il fait comme si cette légitimité, notoirement factice, était réelle..
Par ALGARATH
De là son attitude dédaigneuse, qui le dispense apparemment de rendre des comptes autant à sa propre majorité qu’aux Français dont certains l’ont élu et encore moins à la justice. Mais le dédain, chez lui, se double d’une réticence à agir ou à intervenir. Après deux mois de crise du CPE, il a daigné enfin prendre la parole, tout comme (...)

lire la suite de l'article
mercredi 29 mars 2006
par Algarath
La seule voix légitime, c’est celle du peuple.
Le scrutin du 21 Avril 2002 a certes porté Chirac au pouvoir une fois de plus. Mais son caractère exceptionnel, puisqu’il ne s’est produit ainsi que par la nécessité de faire barrage à Le Pen marque, depuis, Chirac et ses gouvernements d’une tache indélébile d’illégitimité.
Par ALGARATH
Quand on est élu dans de telles conditions, par accident, avec une assise de légitimité branlante et factice, on devrait avoir la décence de gouverner souplement, en restant à l’écoute des électeurs, en expédiant les affaires courantes et en évitant les réformes ambitieuses. Au contraire Chirac a basculé dans une frénésie (...)

lire la suite de l'article
dimanche 26 mars 2006
par Algarath
Villepin obtus, dans la crise aiguë du CPE.
On dit que Dominique de Villepin est « droit dans ses bottes ». « Entêté, obtus et totalement coupé des réalités » semble être, en l’occurrence, plus approprié
Par ALGARATH
La crise d’ampleur nationale provoquée par le CPE que Galouzeau de Villepin veut faire passer en force, à la hussarde, montre le tempérament hautain et dédaigneux du Premier Ministre, et sa maladresse. Ce qui n’a pas réussi à Juppé en son temps ne réussira pas plus à Villepin et la perception qu’ont désormais les Français de ce Premier Ministre, qui pouvait auparavant donner l’image d’un homme de dialogue, est sans équivoque. Le marquis, (...)

lire la suite de l'article