Altermonde-sans-frontières
Accueil du siteInternationalAmérique du SudColombie
Dernière mise à jour :
vendredi 28 novembre 2014
Statistiques éditoriales :
21403 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
693 Auteurs

Statistiques des visites :
4530 aujourd'hui
5221 hier
6820875 depuis le début
   
Brèves
Palestine
jeudi 8 décembre
 
Le Pr. Oberlin est entré dans la bande de Gaza !
vendredi 10 juillet

Quand le Pr. Christophe Oberlin estime être dans son droit, difficile, même pour les Israéliens, de se mettre en travers de sa route. Après 4 jours de refus consécutifs de la part du gouvernement israélien, le chirurgien de renommée internationale est entré ce matin dans la bande de Gaza et s’est aussitôt mis au travail à l’hôpital Khan Younès avec 3 autres médecins de son équipe.

Il a fini par rentrer jeudi à 11 H 30 dans la Bande de gaza, après avoir squatté pendant 4 jours devant le poste frontière d’Erez et avoir appelé la terre entière pour réussir à tenir ses engagements.
Dès cet après-midi, il était au travail, aux côtés du Dr. Mohamed Rantissi, pour une longue série de consultations, qui ont pris du retard, et qui seront suivies d’interventions chirurgicales liées à des blessures infligées par l’armée israélienne à la population palestinienne pendant l’opération élégamment nommée "plomb durci".
Il dispensera ensuite aux médecins palestiniens un enseignement dans sa spécialité, comme il le fait à chacune de ses missions.

Il a fallu notamment l’intervention de Me Gilles Devers, qui a engagé des procédures, déposant plainte auprès du ministre français des affaires étrangères, pour que le gouvernement israélien soit obligé de céder. Tandis que le journal La Croix et la radio France Info faisaient état de la situation de cette équipe chirurgico-médicale bloquée par l’armée israélienne au poste frontière d’Erez, l’ambasseur d’Israël appelait Frédéric Barrère à France Inter, pour demander qu’il renonce à traiter cette information !

 
les vigiles veillent sur l’Amérique
jeudi 30 avril

D’après le Washington Post, le recours à des entreprises privées de gardiennage pour maintenir l’ordre est en pleine recrudescence aux États-Unis.

Les flics privés de la société Blackwater et consorts, dont la réputation n’est plus à faire, notamment en Irak, sont désormais deux fois plus nombreux que les policiers assermentés dans les villes américaines.

 
Le boycott d’israël adopté par le Congrès des Syndicats écossais !
jeudi 23 avril

Le Congrès des syndicats écossais, actuellement réunis à Perth, vient d’adopter la motion concernant le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS) à l’encontre d’Israël.

C’est à une écrasante majorité de votes à mains levées que le Congrès des Syndicats Ecossais (Scottish Trade Union Congress STUC), vient de voter ce mercredi cette motion BDS.
Elle a été proposée aux votes par une délégation du syndicat qui s’était rendue en Palestine récemment.

Une décision importante, qui suit celle du congrès des syndicats irlandais qui avaient adopté cette motion dès 2007, et qui devance, espère-t-on, celle du Congrès des Syndicats Britanniques (TUC) qui doit se réunir prochainement.
Une progression inexorable de la prise de conscience de la société civile sur la menace que fait peser Israël sur le peuple palestinien et sur le droit en général.

CAPJPO-EuroPalestine

 
Israël refoule un navire d’aide faisant route vers Gaza
jeudi 15 janvier
La marine israélienne a refoulé un navire battant pavillon grec et transportant de l’aide destinée aux Palestiniens de la bande de Gaza, rapportent des militants.
Le navire, à bord duquel se trouvaient 21 personnes, a été intercepté à une centaine de milles nautiques au nord-est de Gaza, a déclaré Houwaida Arraf, l’une des organisatrices de la mission du Mouvement Gaza libre, basé aux États-Unis.
"Ils (les navires israéliens) sont venus tout près et ont menacé d’ouvrir le feu sur nous si nous poursuivions notre route", a dit Arraf à Reuters à bord du bateau d’aide, qui retourne actuellement à Chypre.
"Ils nous ont cernés avec leurs quatre navires de guerre, et il était très difficile de naviguer. Ils ont dit qu’ils auraient recours à tous les moyens pour nous tenir à l’écart de Gaza", a dit la militante.
Mercredi, Israël avait déjà ordonné à un navire iranien transportant une aide humanitaire aux Palestiniens de faire demi-tour.
 
Articles publiés dans cette rubrique
lundi 9 novembre 2009
L’annexion de la Colombie aux États-Unis
Par Fidel Castro
Toute personne moyennement informée comprend aussitôt que l’Accord complémentaire pour la coopération et l’aide technique en matière de défense et de sécurité, signé entre les gouvernements de la Colombie et des États-Unis le 30 octobre et publié le 2 novembre dans l’après-midi, équivaut à l’annexion de la Colombie aux États-Unis. L’accord gêne théoriciens et politiciens. Il n’est pas honnête de se taire maintenant et de parler ensuite de souveraineté, de démocratie, des droits de l’homme, de liberté d’opinion et d’autres merveilles, quand un pays est dévoré par l’Empire aussi aisément qu’un (...)

lire la suite de l'article
mardi 25 août 2009
Après l’Irak la Colombie ?
Par Frédéric Delorca
Le 15 juillet dernier le gouvernement colombien a divulgué son projet de mettre sept bases à la disposition de l’armée américaine. Le Venezuela et l’Équateur ont dénoncé la politique belliciste de leur voisin colombien, tandis que le Brésil et le Chili ont également fait part de leur "préoccupation". Ce nouvel accord permettrait à l’armée américaine de compenser la perte de sa seule base en Amérique du sud, située à Manta, en Équateur.
La Colombie était en 2006 le pays où sont morts la moitié des syndicalistes assassinés dans le monde. Elle est le troisième bénéficiaire de l’aide (...)

lire la suite de l'article
samedi 11 juillet 2009
Le pouvoir enrichit les enfants d’Uribe
Tomás et Jéronimo, les enfants mineurs de trente ans du président colombien Uribe Velez, se sont enrichis grâce aux décisions prises par un maire et par des hauts fonctionnaires sous l’autorité directe de leur père. Les favoritismes et l’illégalité sont évidents dans ce cas. Et ce n’est pas quelque chose d’insignifiant, ce sont des milliards de pesos : depuis 2006, ils possèdent le 15% d’un terrain à Mosquera, une municipalité près de Bogota, qui coûtait 8.600 millions de pesos ; après quelques petits travaux d’urbanisme, il coûte actuellement 138.000 millions de pesos.
Par Jorge Enrique Robledo
Le (...)

lire la suite de l'article
samedi 11 avril 2009
La nouvelle phase du nettoyage social
Dans plus de 100 communes et 20 des principales villes du pays sont apparus des tracts dans lesquels on annonce le retour du « nettoyage social » contre les jeunes, les prostituées, les toxicomanes, les délinquants et les homosexuels.
Par Iván Cepeda Castro
La liste des gens menacés augmente progressivement. Elle comprend maintenant également les membres des barras bravas (équivalent sudaméricain des hooligans, ultras et tifosi européens), les étudiants et les enseignants, de même que les leaders d’organisations de jeunesse. Les communiqués affriment : « Nous demandons pardon à la société si des (...)

lire la suite de l'article
mercredi 17 décembre 2008
Potosi, Semence de résistance communautaire
Avec les communautés indigènes et les communautés paysannes, des quartiers des villes Colombiennes résistent aussi à la pression de l’État ultra-capitaliste et au dénie de l’histoire ancestrale du Pays. Dans le quartier de Ciudad Bolivar, connu pour ses violences policières, ses disparitions de jeunes et sa problématique de pauvreté, vit et se développe le projet alternatif d’un commerce juste et d’une production d’aliments ancestraux, pour l’indépendance alimentaire, la lutte pour la récupération de la mémoire et le combat contre la fatalité voulue par l’oligarchie.
Par Archibald Emorej
Là-haut sur la (...)

lire la suite de l'article
jeudi 4 décembre 2008
Tous les organismes internationaux le confirment
par APCAL (Agence de presse Canada-Amérique latine)
Dans son dernier rapport publié en octobre et intitulé « Laissez-nous en paix ! », Amnistie internationale (A.I.) affirme, contrairement aux déclarations du président Alvaro Uribe Vélez, que « la Colombie continue d’être un pays où des millions de civils sont gravement affectées par le conflit violent et prolongé » et où « l’impunité demeure la règle dans la plupart des cas d’atteintes aux droits de la personne ».
Selon Amnistie internationale, un important obstacle à l’élimination des violations des droits de la personne est la position d’Uribe concernant (...)

lire la suite de l'article
jeudi 6 novembre 2008
L’autre Colombie
"Quelque chose de nouveau est en train de mijoter dans ce pays", dit Alfredo Molano, journaliste et sociologue poursuivi par le régime uribiste -parce qu’il dit ce qu’il voit, et qu’il dit tout haut ce que pensent tout bas des millions de Colombiens auxquels les médias sont inaccessibles. Il ne le dit pas dans un local clos, mais à ciel ouvert dans le Forum de la Solidarité de Moravia, quartier pauvre de Medellín construit sur une énorme montagne de déchets que les déplacés dus aux guerres successives ont transformé en une trame urbaine, périphérique et solide, basée sur un réseau de solidarité (...)

lire la suite de l'article
dimanche 26 octobre 2008
Fureur indienne contre Uribe
Des membres des communautés indigènes manifestent violemment dans tout le pays depuis le 10 octobre. Ils reprochent à l’État de bafouer leurs droits et de cautionner les assassinats dont ils sont victimes.
Des milliers d’Indiens manifestent dans les centres urbains, bloquant les grands axes du pays [les manifestations ont débuté le 10 octobre et pris de l’ampleur depuis]. Ils dénoncent les violences et les assassinats dont ils sont victimes, mais aussi le non-­respect, selon eux, des engagements pris il y a des années par l’État colombien. Les affrontements auraient fait 100 blessés et 3 morts du côté (...)

lire la suite de l'article
vendredi 19 septembre 2008
Les syndicalistes tombent comme des mouches en Colombie
Avec l’assassinat du vendeur de billet de loterie José Omar Galeano Martínez, président national de la Fédération colombienne des vendeurs de loteries (FECOLOC), survenu samedi 20 août 2008 dans la ville de Buga, département de Valle, le nombre de syndicalistes que la violence a fauché s’élève à 38 (34 hommes et 4 femmes) depuis le 1 janvier 2008 en Colombie, d’après les chiffres de « Escuela Nacional Sindical ».
De tels chiffres démontre l’augmentation inquiétante de ce phénomène en Colombie, étant donné que le nombre de syndicalistes tués en 8 mois est presque égal aux 39 abattus dans tout le pays l’année (...)

lire la suite de l'article
dimanche 14 septembre 2008
Président Uribe, votre départ est imminent, pour une raison juste
J’écris cette lettre parce que se souvenir et élever la voix est une nécessité permanente pour nous qui avons en mémoire l’histoire de ceux qui ont construit le régime de mort et d’intimidation que l’on consolide aujourd’hui dans le pays, au nom de la sécurité démocratique.
Par Gloria Cuartas (*) La construction de votre personnage médiatique, la manière dont vous communiquez, la façon dont vous montrez votre visage, dont vous criez depuis les tribunes militaires pour convaincre avec la force de la persuasion en faisant croire aux gens que votre autorité et votre parole présidentielle (...)

lire la suite de l'article
lundi 28 juillet 2008
L’oligarchie à l’offensive
La libération d’otages détenus par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) annonce une défaite de ce mouvement de guérilla, coupé de la population.
par Ernesto Herrera
La libération d’Ingrid Betancourt et de quatorze otages (dont les trois mercenaires américains) est une grande réussite pour le président de la République colombien, Alvaro Uribe. L’opération a eu un effet dévastateur chez les Farc, qui perdent leur principal instrument de négociation. Celles-ci ont développé, ces dernières années, une stratégie fondée, d’une part, sur le combat de petites unités retranchées dans les montagnes et (...)

lire la suite de l'article
mercredi 9 juillet 2008
Le dessous des cartes colombiennes
par Danielle Bleitrach
Nous sommes avec la Colombie devant une situation extraordinairement compliquée qui ne concerne pas seulement les acteurs locaux que sont le gouvernement colombien et les FARC, mais bien dans une géostratégie dans laquelle l’impérialisme étasunien veut utiliser la Colombie comme une sorte d’israël du Moyen-orient. Cet article tente d’analyser ces enjeux et comme il ne faut jamais faire ce que veut l’adversaire, quelle issue les communistes français, les progressistes devraient appuyer. Comme toujours il s’agit de la solution qui favoriserait la paix dans la région et dans le (...)

lire la suite de l'article
mardi 8 juillet 2008
Déclaration de la Coordination Populaire Colombienne à Paris
Ingrid Bétancourt est libre. La Coordination Populaire Colombienne (CPCP) à Paris s’en réjouit pour elle, pour sa famille, ses amis, et tous les comités qui l’ont soutenue. C’est un épilogue heureux après plus de six ans d’attente.
Mais le peuple colombien est toujours otage.
Le « triomphe » des militaires et du gouvernement d’Uribe n’est pas une bonne nouvelle pour nous : C’est une légitimation de la logique guerrière et des pratiques totalitaires. Une bulle médiatique de plus qui permet d’occulter la para militarisation du régime, la violation quotidienne des Droits de l’Homme, les assassinats (...)

lire la suite de l'article
jeudi 1er mai 2008
Les Farc ne libèreront pas de nouveaux otages
Après la mort du N°2 Raul Reyes, les "possibilités de continuer à libérer le reste des personnes sont pour l’instant closes" déclare l’un des chefs des Farc, qui voit en Hugo Chavez "le seul espoir".
Les possibilités de continuer à libérer des otages sont "closes" et le président vénézuélien Hugo Chavez est le seul espoir pour délivrer Ingrid Betancourt, déclare l’un des chefs des Farc, Ivan Marquez, dans une interview publiée dimanche 27 avril par le quotidien argentin Perfil.
Selon le chef guérillero, après la mort de Raul Reyes, numéro deux des Farc, dans un bombardement de l’armée colombienne sur le (...)

lire la suite de l'article
mardi 25 mars 2008
Colombie : ils tuent encore des syndicalistes
Quatre syndicalistes colombiens ont été assassinés en mars. Il y a quarante représentants syndicaux menacés et le principal syndicat des Etats-Unis a porté au Congrès les preuves que les paramilitaires n’ont pas cessé d’agir.
par María Laura Carpineta
En neuf jours durant ce mois, quatre syndicalistes colombiens ont été assassinés, deux dirigeants d’organismes de défense des Droits de l’homme ont été séquestrés et ensuite libérés, et plus de 40 dirigeants sociaux qui ont participé à la marche contre les paramilitaires le 6 mars dernier ont reçu des menaces de mort. "Ce sont des représailles pour avoir fait (...)

lire la suite de l'article
jeudi 13 mars 2008
Chávez demande à Marulanda de libérer Ingrid Betancourt
A l’occasion de la journée Internationale de la Femme, le président vénézuélien a demandé au chef des FARC la libération d’Ingrid Betancourt. Il a souligné le résultat obtenu lors du Sommet de Rio tenu vendredi, où selon lui seul l’empire américain a été mis en échec. Il a aussi annoncé le retrait des troupes déployées à la frontière colombienne durant la crise.
Le président du Vénézuéla, Hugo Chávez, a demandé ce samedi au commandant en chef des Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie (FARC), Manuel Marulanda, de permettre la libération de l’ex candidate à la présidentielle colombienne, Ingrid Betancourt. (...)

lire la suite de l'article
mercredi 12 mars 2008
Ces paramilitaires qui embarrassent Uribe
Après les Farc, les paramilitaires sont dans le collimateur de la population civile colombienne qui a organisé une marche de protestation le 6 mars. Une mobilisation à haut risque pour le clan Uribe dont les rapports avec les « paracos » alimentent la polémique.
par Amédée Sonpipet
En Colombie, les marches de citoyens en colère se succèdent mais ne se ressemblent pas. Le 4 février dernier, plus de deux millions de Colombiens sont descendus dans les rues pour crier « Non aux Farc ! ». Le 6 mars c’était au tour de dizaines de milliers de personnes de rendre hommage aux victimes des groupes (...)

lire la suite de l'article
lundi 4 février 2008
Le Bon, la Brute et le Truand
La réception du président colombien Alvaro Uribe par Nicolas Sarkozy a donné lieu à une intense campagne des médias français dominants pour occulter la politique du gouvernement colombien et jeter la confusion sur l’initiative de paix du président vénézuélien Hugo Chavez. En effet, si Uribe est le Bon des westerns hollywoodiens, alors les rebelles des FARC sont les brutes… et le négociateur Chavez est un truand. Romain Migus nous rappelle que la réalité est autrement plus compliquée.
par Romain Migus
La récente visite du président colombien en France a donné lieu à une couverture médiatique qui (...)

lire la suite de l'article
jeudi 17 janvier 2008
Communiqué des FARC sur la libération de Clara et Consuelo
1 - Respectant leur parole et l’accord conclu, les Forces Armées révolutionnaires de Colombie, remettent aujourd’hui au Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Hugo Chávez, à la sénatrice Piedad Cordoba et à la Communauté internationale, Clara Rojas et Consuelo González de Perdomo.
Si l’enfant Emmanuel n’est pas dans des bras de sa mère, c’est parce que le Président Uribe Vélez le séquestre à Bogota. Qu’il le libère pour que nous puissions tous célébrer cette réussite.
2 - Cette libération humanitaire et unilatérale, s’est faite malgré les bâtons mis dans les roues par le Président Uribe (...)

lire la suite de l'article
jeudi 20 décembre 2007
Lettre ouverte au président Sarkozy...
... sur l’échange humanitaire des prisonniers politiques en Colombie et aux USA.
James PETRAS
Traduction Fausto Giudice
J’ai lu avec grand intérêt votre lettre au dirigeant des FARC Manuel Marulanda. Je partage avec vous le souci humanitaire de mettre fin à l’emprisonnement de prisonniers politiques en Colombie. Mais soyons clairs, ayons des principes et soyons réalistes à ce propos : la liberté des prisonniers politiques détenus par les FARC dépend d’une contrepartie : la libération des résistants des FARC détenus dans les geôles de l’État colombien .
Votre intervention dramatique et fortement médiatisée a focalisé l’attention de l’opinion publique mondiale sur les prisonniers (...)

lire la suite de l'article
samedi 10 juin 2006
par TONIO
Uribe réélu !
Pour la première fois dans l’histoire de la Colombie un président est réélu. La victoire du président sortant est écrasante, 62 %. C’est aussi un record dans l’histoire, à l’exception de l’époque où il y avait un candidat unique.
Uribe a été plébiscité, selon El Tiempo après la campagne la plus ennuyante de l’histoire mais aussi la moins violente. On peut même sans trop de risque nommer Uribe comme responsable de ces 2 faits. Sa politique de sécurité démocratique ne respecte pas les droits de l’homme ; elle a cependant permis de sécurisé le pays ce qui n’est pas négligeable.
L’ennui de la campagne est aussi (...)

lire la suite de l'article
samedi 29 avril 2006
par TONIO
Uribe, antidémocrate ?
Le président Alvaro Uribe se fait appeler depuis quelques semaines "président candidat" pour nous rappeler que la campagne électorale colombienne bat son plein. Cependant il reste fidèle à lui-même : il ne répond pas aux questions qu’on lui pose, continue ses grandes promesses médiatiques et n’argumente jamais ses décisions. Comme toujours il soigne son image et pour cela il est prêt à tout.
Depuis une semaine maintenant un scandale, sans égal depuis 10 ans, tente avec grande peine d’éclater. La principale revue d’actualité hebdomadaire du pays, Semana, a mis à jour, après une longue investigation, (...)

lire la suite de l'article
mardi 11 avril 2006
par TONIO
Démobilisation légale
La Ley de Justicia y Paz
Après l’expérience des négociations du Président Pastrana qui ont malheureusement échoués le Président Uribe est arrivé au pouvoir avec une proposition totalement différente. Tout d’abord la reprise des hostilités contre les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC) avec le but de les anéantir par les armes. Ensuite son gouvernement a fait une proposition de loi pour l’amnistie partielle des groupes armés illégaux, qui devrait permettre la démobilisation de ceux-ci. Cette loi est, en tout cas en théorie, adressé aux paramilitaires comme aux FARC qui ont commis des atrocités tels que la torture, (...)

lire la suite de l'article
vendredi 7 avril 2006
par TONIO
Le conflit colombien
Un bref historique
Le conflit interne éclate vraiment à la suite de l’assassinat, le 29 avril 1948, du candidat à la présidence, Jorge Eliecer Gaitan. Il s’opposait à l’oligarchie dirigeante de Colombie et se profilait comme le prochain président colombien. L’événement déclenche d’énormes émeutes : cinq mille personnes ont été tuées à Bogotá en trois jours. Il s’en suit une répression contre les libéraux et les militants de gauche qui fuient dans les montagnes et s’organisent en groupes armés.
La victoire de la guérilla cubaine donne beaucoup d’espoir et dans les forêts les chefs de guerre succèdent aux agriculteurs. En 1966 les « (...)

lire la suite de l'article
mercredi 5 avril 2006
par TONIO
Dans la jungle
Ingrid Betancourt et les français
La Colombie détient un record : celui du nombre de séquestrés. Bien sûr on pourrait rêver d’une meilleure publicité pour un pays si diversifié. Jusqu’en 1999 la moyenne atteignait environ 3000 enlèvements par année et actuellement on compte un peu plus de 5000 détenus. Les FARC n’en détiennent “que” 2000, la pression politique est une des causes, la rançon en est une autre. Les 3000 autres, sont détenus sans que l’on sache par qui.
Ingrid Betancourt fait partie de ces statistiques froides que je viens de citer. Elle a été enlevée, avec sa directrice de campagne, le 23 (...)

lire la suite de l'article