Altermonde-sans-frontières
Accueil du siteInternationalAfriqueAfrique du Sud
Dernière mise à jour :
mercredi 26 novembre 2014
Statistiques éditoriales :
21386 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
687 Auteurs

Statistiques des visites :
2096 aujourd'hui
5099 hier
6808006 depuis le début
   
Brèves
Palestine
jeudi 8 décembre
 
Le Pr. Oberlin est entré dans la bande de Gaza !
vendredi 10 juillet

Quand le Pr. Christophe Oberlin estime être dans son droit, difficile, même pour les Israéliens, de se mettre en travers de sa route. Après 4 jours de refus consécutifs de la part du gouvernement israélien, le chirurgien de renommée internationale est entré ce matin dans la bande de Gaza et s’est aussitôt mis au travail à l’hôpital Khan Younès avec 3 autres médecins de son équipe.

Il a fini par rentrer jeudi à 11 H 30 dans la Bande de gaza, après avoir squatté pendant 4 jours devant le poste frontière d’Erez et avoir appelé la terre entière pour réussir à tenir ses engagements.
Dès cet après-midi, il était au travail, aux côtés du Dr. Mohamed Rantissi, pour une longue série de consultations, qui ont pris du retard, et qui seront suivies d’interventions chirurgicales liées à des blessures infligées par l’armée israélienne à la population palestinienne pendant l’opération élégamment nommée "plomb durci".
Il dispensera ensuite aux médecins palestiniens un enseignement dans sa spécialité, comme il le fait à chacune de ses missions.

Il a fallu notamment l’intervention de Me Gilles Devers, qui a engagé des procédures, déposant plainte auprès du ministre français des affaires étrangères, pour que le gouvernement israélien soit obligé de céder. Tandis que le journal La Croix et la radio France Info faisaient état de la situation de cette équipe chirurgico-médicale bloquée par l’armée israélienne au poste frontière d’Erez, l’ambasseur d’Israël appelait Frédéric Barrère à France Inter, pour demander qu’il renonce à traiter cette information !

 
les vigiles veillent sur l’Amérique
jeudi 30 avril

D’après le Washington Post, le recours à des entreprises privées de gardiennage pour maintenir l’ordre est en pleine recrudescence aux États-Unis.

Les flics privés de la société Blackwater et consorts, dont la réputation n’est plus à faire, notamment en Irak, sont désormais deux fois plus nombreux que les policiers assermentés dans les villes américaines.

 
Le boycott d’israël adopté par le Congrès des Syndicats écossais !
jeudi 23 avril

Le Congrès des syndicats écossais, actuellement réunis à Perth, vient d’adopter la motion concernant le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS) à l’encontre d’Israël.

C’est à une écrasante majorité de votes à mains levées que le Congrès des Syndicats Ecossais (Scottish Trade Union Congress STUC), vient de voter ce mercredi cette motion BDS.
Elle a été proposée aux votes par une délégation du syndicat qui s’était rendue en Palestine récemment.

Une décision importante, qui suit celle du congrès des syndicats irlandais qui avaient adopté cette motion dès 2007, et qui devance, espère-t-on, celle du Congrès des Syndicats Britanniques (TUC) qui doit se réunir prochainement.
Une progression inexorable de la prise de conscience de la société civile sur la menace que fait peser Israël sur le peuple palestinien et sur le droit en général.

CAPJPO-EuroPalestine

 
Israël refoule un navire d’aide faisant route vers Gaza
jeudi 15 janvier
La marine israélienne a refoulé un navire battant pavillon grec et transportant de l’aide destinée aux Palestiniens de la bande de Gaza, rapportent des militants.
Le navire, à bord duquel se trouvaient 21 personnes, a été intercepté à une centaine de milles nautiques au nord-est de Gaza, a déclaré Houwaida Arraf, l’une des organisatrices de la mission du Mouvement Gaza libre, basé aux États-Unis.
"Ils (les navires israéliens) sont venus tout près et ont menacé d’ouvrir le feu sur nous si nous poursuivions notre route", a dit Arraf à Reuters à bord du bateau d’aide, qui retourne actuellement à Chypre.
"Ils nous ont cernés avec leurs quatre navires de guerre, et il était très difficile de naviguer. Ils ont dit qu’ils auraient recours à tous les moyens pour nous tenir à l’écart de Gaza", a dit la militante.
Mercredi, Israël avait déjà ordonné à un navire iranien transportant une aide humanitaire aux Palestiniens de faire demi-tour.
 
Articles publiés dans cette rubrique
mercredi 11 décembre 2013
Le passé rattrape les hommages d’aujourd’hui
Quand Mandela était un « terroriste » pour l’Occident
Par N. B.
Nelson Mandela, symbole et mythe de son vivant, est honoré par le monde depuis l’annonce de sa mort.
Des hommages fusent de tous les coins de la planète ; chefs d’État, personnalités et opinions publiques sont unanimes à reconnaître les qualités de l’homme et la valeur du leader. Certains hommages sonnent toutefois mal aujourd’hui et confirment cette hypocrite attitude de ne reconnaître l’effort qu’après que le verdict de l’histoire ait prouvé qu’il est encore plus grand que les basses manœuvres politiciennes et les intérêts mercantilistes de quelques puissants. Où se trouvaient ces puissants (...)

lire la suite de l'article
dimanche 2 septembre 2012
Afrique du Sud : les mineurs de Marikana inculpés du meurtre de leurs camarades !
Les 270 mineurs arrêtés le 16 août lors de la fusillade policière à Marikana, en Afrique du Sud, ont été inculpés, jeudi 30 août, du meurtre de 34 de leurs camarades, en vertu d’une clause technique de la loi, a indiqué jeudi le parquet. Plusieurs juristes sont surpris de l’utilisation d’une loi datant du régime de l’apartheid. Le ministre de la justice a, quant à lui, demandé des explications.
"La cour a inculpé aujourd’hui tous les mineurs de meurtre, conformément à la loi", a indiqué le porte-parole du parquet, Frank Lesenyego. Cette clause légale prévoit que soient inculpées de meurtre toutes les (...)

lire la suite de l'article
dimanche 16 mai 2010
À l’ombre des stades fleurit la misère
Par David Smith, for The Gardian
À cinq semaines du Mondial, les autorités ont fait le ménage pour offrir aux touristes une image policée de la nation “arc-en-ciel”. Les exclus s’entassent dans des ghettos sordides qui rappellent ceux de l’apartheid.
Un adolescent brave les mouches et l’odeur nauséabonde des toilettes extérieures pour chercher de l’eau. L’air absent, il fixe les rangées de taudis en tôle rouillée. Ici, il n’y a pas d’arbre ni le moindre brin d’herbe. Ici, rien ne pousse. Zone de relogement temporaire pour le maire du Cap ou camp de concentration pour ses habitants, vous êtes à Blikkiesdorp (...)

lire la suite de l'article
jeudi 21 janvier 2010
« Tu vas voir ce que c’est la brutalité policière, you Zimbabbouen »
Sophie Bouillon, journaliste française âgée de 25 ans, installée depuis peu en Afrique du Sud, prix Albert Londres 2008, raconte son arrestation vendredi dernier pour un simple contrôle de papiers. Elle a passé la nuit au poste, vu son ami zimbabwéen brutalisé, et sera jugée dans la semaine.
L’apartheid n’est pas mort. Il n’est pas vivant. Comme un cheval souffrant, ce système raciste de cinquante ans d’âge, convulse, donne des coups. Inattendus.
Vendredi soir, 22h00, envie de sortir. J’embarque Tendai, mon ami zimbabwéen, avec moi pour un concert au centre-ville de Johannesburg. Barrage de police. (...)

lire la suite de l'article
vendredi 15 septembre 2006
Les Bushmen revendiquent leurs droits sur Internet
Reçu de Claire Aymes
L’organisation non gouvernementale "First people of Kalahari" a lancé la semaine dernière le site "I want 2 go home". Cette campagne virtuelle vise à faire connaître au monde le combat des Bushmen du Botwsana pour rester sur leur terre ancestrale. En laissant le curseur sur la photo des quelque 400 bushmen de la page d’accueil, on découvre un nom, mais aussi des témoignages poignants.
Le combat des Bushmen a 405 visages. L’organisation non gouvernementale First people of Kalahari (FPK) a lancé la semaine dernière le site anglophone I want 2 go home (je veux retourner à (...)

lire la suite de l'article
lundi 12 septembre 2005
Afrique du sud : un paradis peuplé de démons
Par Gabrielle
Pretoria, janvier 2001
J’ai rencontré mon compagnon un jour d’octobre 1999, au bord de l’Océan Indien, près du Cap en Afrique du sud. Jules travaillait alors pour l’UNESCO. Je venais de faire huit mille huit cent kilomètres pour assister à un congrès international. La matinée étant libre, j’avais le choix entre la visite d’un township et celle des baleines australes. La visite organisée de la misère me parut indécente et je choisis d’aller à la rencontre de ces grandes dames du monde aquatique. Je rencontrai donc, dans un minibus sud-africain, un Belge qui avait été affecté aux (...)

lire la suite de l'article