Altermonde-sans-frontières
Accueil du siteCulture tous azimutsJuste pour rêver ou méditer
Dernière mise à jour :
vendredi 31 octobre 2014
Statistiques éditoriales :
21189 Articles
120 Brèves
24 Sites Web
665 Auteurs

Statistiques des visites :
5123 aujourd'hui
9889 hier
6639732 depuis le début
   
Articles publiés dans cette rubrique
dimanche 4 mai 2014
Ceci n’est pas un perroquet !...
Ceci n’est pas un perroquet. Ce n’est pas non plus un ara rouge, pour être plus précis. Mais c’est assurément un oiseau rare ! Regardez de plus près... Non, vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’une femme couverte de peinture par l’artiste d’origine italienne Johannes Stötter, qui a remporté le titre de Champion du monde de peinture corporelle en 2012. Il faut BIEN regarder ! Surprenant, quand on sait que ce n’est pas un perroquet, on ne voit plus le perroquet, ou difficilement (...)

lire la suite de l'article
mardi 7 mai 2013
Une photo pour relativiser
Voici une photo pour les jours ou vous vous sentez las de vivre. Lorsque vous pensez que vos ennuis sont énormes et insurmontables. Que ce que vous faîtes ou ne faites pas représente une énorme différence. Cette photo a été prise par Cassini-Huygens, la sonde spatiale automatique, en 2004, quand elle atteignit les anneaux de Saturne. Contemplez les soucis et les problèmes du genre humain. Ils sont tous dans ce petit point bleu. Toutes nos guerres... Toute notre grandeur et notre misère... Toute notre technologie, notre art, nos réussites... Toutes les civilisations, toute la faune et toute la (...)

lire la suite de l'article
jeudi 14 avril 2011
Le train-train quotidien et le crincrin d’exception
L’histoire se passe à l’entrée d’une station de métro de la ville de Washington. C’est un matin de janvier glacial. Il est huit heures et les gens pressés partent au travail. Un violoniste est là, debout et il commence à jouer.
Il joue successivement et avec virtuosité des œuvres de très grands compositeurs. Pres de mille personnes passent a côté du violoniste sans lui accorder la moindre attention. Un monsieur âgé ralentit, s’arrête quelques secondes et repart. Une femme jette un dollar dans son petit pot sans même s’arrêter. Puis, un homme s’arrête, s’adosse au mur quelques instants et l’écoute. (...)

lire la suite de l'article
dimanche 20 janvier 2008
par Luc Douillard
Jean-Pierre Vernant...
... “C’est un des moments de ma vie où je me suis senti libre et heureux. ?
Un an plus tard exactement, après une soirée musicale et littéraire, un ami me reparle de cet extrait d’Ulysse que j’avais lu en petit comité, en hommage à Jean-Pierre Vernant, qui venait de disparaître.
Voir mon blog
Décidément, cet extrait d’Ulysse est formidable (à la relecture).
Cette semaine, j’ai trouvé en librairie “La traversée des frontières”, je crois bien que c’est le dernier livre de Jean-Pierre Vernant (octobre 2004 au Seuil).
“Y a-t-il des liens entre ma lecture de l’épopée homérique et mon action dans la Résistance militaire, avec les risques qu’elle comportait ?”
On y lit cet extrait de (...)

lire la suite de l'article
vendredi 28 décembre 2007
par Gilles Lecoq
DEVIS de VIE !!
Entrechocs et contrechocs.
Les mots fustigent ma pensée, parfois béquilles brinquebalantes
Me trimballant cahin-caha sur quelques sommets éphémères
Ou tu crois avoir saisi, un court instant, une parcelle de cette vérité
Après laquelle nous courons tous, pour en connaître les mécanismes
Internes et externes.
Géométrie variable suivant et épousant les vallées et les monts de ta propre existence
Qui te fait faire mille et une prouesses, mille et une chutes,
Parachute éjectable fourni d’office avec le matériel adéquat.
Un grain de folie vaut-il un grain de beauté ?
Le grain de café de ma lucidité exacerbée (...)

lire la suite de l'article
dimanche 3 juin 2007
Le mal existe-t-il ?
Le personnage qui intervient dans ce texte est illustre. A-t-il, oui ou non, vécu cette scène ? Rien ne le prouve. Mais connaissant sa réputation de facétie, rien n’est impossible. Cela dit, même si cette histoire est imaginaire, elle est belle et, si nous le voulons, elle peut nous pousser à réfléchir, voire méditer ce qu’elle nous montre...
Jean Dornac
Un professeur universitaire a défié ses étudiants avec cette question :
Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ?
Un étudiant a répondu bravement :
Oui, Il l’a fait !
Le professeur a dit :
Dieu a tout créé ?
Oui, Monsieur, a répliqué l’étudiant. (...)

lire la suite de l'article
lundi 22 janvier 2007
Dette extérieure : discours à méditer
Qui est débiteur de qui ? La véritable dette extérieure :
Exposé du Chef Guaicaipuro Cuatemoc devant la réunion des Chefs d’Etat de la Communauté Européenne.
Avec un langage simple, retransmis en traduction simultanée à plus d’une centaine de Chefs d’Etats et de dignitaires de la Communauté Européenne, le Chef Guaicapuro Cuatemoc réussit à inquiéter son auditoire lorsqu’il dit :
" Ainsi moi, Guaicaipuro Cuatemoc, je suis venu rencontrer ceux qui célèbrent la rencontre. Ainsi moi, descendant de ceux qui peuplaient l’Amérique il y a quarante mille ans, je suis venu rencontrer ceux qui l’ont rencontrée il y a (...)

lire la suite de l'article
lundi 8 janvier 2007
Complot contre la Nation
Né au Caire de parents égyptiens, Albert Cossery est très jeune nourri d’une triple culture arabe, française et anglaise. Ami d’Henry Miller et d’Albert Camus, il s’installe à la fin de la guerre à Paris. C’est un écrivain majeur de notre temps. Comme de bien entendu, son nom de figure pas dans le dictionnaire... Un tout petit passage absolument succulent de l’un de ses livres : Un bal de saltimbanques.
" Le gendarme se baissa, saisit l’homme par l’épaule et le secoua avec ce savant sadisme qui caractérise les forces de l’ordre dans l’exercice de leur fonction.
- Allons, réveille-toi, dit-il. Tu n’as (...)

lire la suite de l'article
mercredi 19 avril 2006
par Betsie Péquignot
Madame
Vous m’avez donné
Lecture de vos poésies.
J’ai malentendu
Ce qui n’était pas dit,
Cela s’est tu
Sous le bruit de mes pensées,
J’ai la manie d’interpréter
Jusqu’à l’écho du temps qui passe,
Et ce que vous auriez voulu
J’en suis sûr,
Je ne l’ai pas compris.
L’écriture est gribouillis,
Son élan considérable
S’entasse accumulé.
L’histoire indéchiffrable
I mpossible à raconter
Tant elle se montre complexe,
Tache l’encre bleue qui sert à la noter ;
Elle reste illisible.
Le trait devient dessin,
Le corps dénudé du texte,
Peint,
Se laisse contempler.
(avec l’amicale autorisation de l’auteur) Monsieur (...)

lire la suite de l'article
mardi 18 avril 2006
par Betsie Péquignot
Monsieur (2)
Monsieur,
Le train qui devait vous prendre s’égare
À contre-courant vous accourez je vous perds
À ma rencontre et j’arrive
Ensoleillée, de profil et de travers
Sur votre joue qui brille dont le creux
M’accueille en larme qu’on essuie.
Monsieur,
Si j’aime, dans le fruit qu’on presse
La lie, d’olive ou de raisin,
Où naissent l’huile et le vin,
C’est d’aimer près de vous
Et d’y avoir pris goût, la vie,
Cette essence empêchée d’un bouillonnement
D’où ne cesse de jaillir l’ivresse.
Monsieur,
Simultanément personnage et ombre,
Rivée à la vie, inguérissable et flétrie,
Sans attache réfléchie,
Désemparée (...)

lire la suite de l'article
dimanche 16 avril 2006
par Betsie Péquignot
Monsieur
Monsieur,
j’ai eu vers vous un mouvement grave
Mais tranquille
Aux reflets brûlants de framboise,
Immobile et brutal,
raisonné
Comme une pluie sans effet sur les sources.
Monsieur,
Vous avez mis ensemble
Les notes qui s’aiment,
Agiles, foudroyantes, entremêlées en nous,
Geste lové, vertige extrême de lucidité,
J’en suis restée debout.
Svelte archet en suspens contre vous,
Ma mémoire animée de battements secrets
Et flous jubile,
Elle a promis tout, d’une voix humaine,
À vos mains sur mon cou
Monsieur,
Peindre un cri
D’abord c’est trouver ses pinceaux,
C’est balayer
Sa maison du revers de (...)

lire la suite de l'article
lundi 17 octobre 2005
par Franca Maï
Le monde littéraire : le chant du cygne
Une petite question au hasard ?...
Lorsqu’un livre est vendu 10 € sur le marché engorgé et de plus en plus rétréci -quant au contenu- de la littérature française, combien touche son auteur ?
1€ moins les droits caisse de je ne sais quoi où de toutes façons, l’auteur ne touchera rien, puisqu’à l’aube de son repos bien mérité, il sera déjà mort et enterré, épuisé par la logique infernale des actionnaires de la maison d’édition, penchés sur lui.
Nous arrivons donc à la modique somme de 0.76€ par exemplaire vendu.
Vous avez bien capté ?
A ce tarif, ce n’est plus un métier mais la misère à l’état dépouillé.
S’il a (...)

lire la suite de l'article
dimanche 27 mars 2005
Inachevée de Schubert
reçu de Xian
Un président de société reçoit en cadeau un billet d’entrée pour une représentation de la Symphonie Inachevée de Schubert. Ne pouvant s’y rendre, il passe l’invitation à Didier G., son Directeur des Ressources Humaines. Seule condition, que le DRH lui fasse un mémo sur la qualité du concert.
Le lendemain matin, le président trouve sur son bureau le rapport de Didier G., le DRH :
1 - les quatre joueurs de hautbois demeurent inactifs pendant des périodes considérables. Il convient donc de réduire leur nombre et de répartir leur travail sur l’ensemble de la symphonie, de manière à réduire les pointes (...)

lire la suite de l'article