L’heure est à l’insurrection civile !

mercredi 22 mars 2006
par  Alain Refalo
popularité : 2%

Le mouvement de contestation du CPE, symbole de la logique libérale qui précarise et insécurise à tout va, continue de se développer et de se structurer. Il s’installe dans la durée. Réflexe salutaire au départ pour dénoncer un contrat de travail scélérat, il devient chaque jour un mouvement de revendication pour une société plus juste.

L’exclusion, la précarité, l’insécurité sociale ne sont pas une fatalité, contrairement à ce que les tenants de l’idéologie libérale veulent nous faire croire. La jeunesse souhaite prendre son avenir en main et le fait savoir. Ce mouvement, inédit dans sa configuration depuis trente ans, porte l’espérance d’une autre société où ne règne pas la loi du plus fort.

Face à l’autisme et à la surdité de ce gouvernement qui piétine toutes les règles de la démocratie sociale, face à ce gouvernement minoritaire depuis plusieurs années, désavoué par la rue en 2003, puis dans les urnes en 2004 et enfin par le non au référendum sur la constitution européenne en 2005, face à un gouvernement qui n’hésite pas à réprimer les manifestants pacifiques et qui laisse faire les casseurs, l’heure est à l’insurrection civile.

Il n’est plus possible d’attendre passivement l’éventuel changement de majorité politique en 2007. Car si cette bataille du CPE est perdue, après toutes celles qui ont été menées sans succès ces dernières années, cela en sera fini pour longtemps de tout mouvement revendicatif sous un gouvernement de droite. Le rouleau compresseur libéral pourra continuer en toute impunité à broyer les acquis sociaux, à déréguler sans vergogne et à légitimer l’exclusion et l’injustice.

L’heure est à l’insurrection civile. Les citoyens doivent accentuer la mobilisation en combinant grèves, manifestations de masse et actions spectaculaires de désobéissance civile. Il faut contraindre ce gouvernement à retirer le CPE. S’il persiste dans son refus, nous n’aurons d’autres choix que la désobéissance civile de masse. La résistance civile non-violente généralisée sera une arme beaucoup plus efficace que la confrontation directe avec les forces de police. L’arme de la non-coopération a fait ses preuves dans l’histoire ; elle doit être réactivée aujourd’hui de façon massive et non-violente.

Il nous faut donc mettre l’imagination au pouvoir pour que ce mouvement exceptionnel ne sombre dans l’échec qui engendre l’amertume. L’insurrection des consciences doit déboucher sur l’insurrection civile et politique. La radicalité de cette insurrection se mesurera à sa capacité à générer un mouvement de désobéissance civile qui sape les fondements de ce pouvoir illégitime. Le pouvoir des citoyens s’imposera alors comme une réalité politique nouvelle qui ouvrira à notre société l’horizon d’une réelle démocratie participative. Aurons-nous l’audace de cette radicalité constructive ?

Alain Refalo
22 mars 2006


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Palestine, capitale Jérusalem

mardi 12 décembre 2017

BDS

mercredi 16 mars 2011

"Nous savons tous très bien que notre liberté ne sera pas entière tant que les Palestiniens ne seront pas libres"
Nelson Mandela