Vers un retour des farines animales en France ?

jeudi 29 juillet 2010
popularité : 2%

L’Agence nationale de la sécurité des aliments (Ansès) et le Conseil national de l’alimentation (CNA) vont examiner séparément la possible réintroduction en France des farines animales, interdites depuis la crise de la vache folle, comme le propose Bruxelles, a-t-on appris mardi 27 juillet.


L’Ansès va être sollicitée dans les jours à venir par le ministère de l’Alimentation pour évaluer les dangers liés à un retour de ces farines composées de viande et d’os de mammifères pour nourrir porcs, volailles et poissons, comme l’a suggéré mi-juillet la Commission européenne, a indiqué le ministère. De son côté, le CNA, instance consultative des ministères de l’Alimentation, de la Santé et de l’Économie, a annoncé mardi qu’il allait mettre en place en septembre un groupe de travail chargé d’examiner "l’opportunité et les conditions de l’éventuelle réintroduction" de ces produits animaux transformés (PAT).

Pour le CNA, qui pourra s’appuyer sur les travaux de l’Ansès, il s’agira de prendre en compte " l’acceptabilité sociétale des décisions proposées", c’est-à-dire notamment " les éléments de communication à prévoir en matière d’analyse et de gestion des risques". Le rapport du CNA est attendu fin juin 2011.

Des mesures de précaution assouplies

Les farines animales, soupçonnées d’avoir contribué à la propagation de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) parmi les bovins, avaient été prohibées dès 1994 par précaution pour les animaux destinés à l’alimentation. Mais depuis, des travaux de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont montré que si des porcs sont nourris avec des protéines animales transformées de volailles, "l’augmentation du risque d’exposition de l’homme serait négligeable ". En outre, l’Europe "est enfin sur le point d’éradiquer cette maladie sur son territoire", a déclaré mi-juillet le commissaire européen en charge de la Santé, John Dalli.

La Commission européenne avait alors proposé d’assouplir les mesures de précaution, notamment de mettre fin à "l’abattage systématique" des animaux menacés lorsqu’un cas d’ESB est décelé, et de réautoriser les farines animales pour les non-ruminants. Les médias italiens avaient annoncé quelques jours plus tard qu’une habitante de Livourne (centre), atteinte de la maladie de la vache folle, était en fin de vie.

tempsreel.nouvelobs.com


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant