Expérimenter un forum de rue hebdomadaire :

Bilan provisoire du premier forum anti-Sarkozy de Nantes
dimanche 8 juillet 2007
par  Luc Douillard
popularité : 2%

A la suite du forum hebdomadaire anti-Sarkozy de Nantes, une publication, la revue nationale du Scalp « No pasaran », « solidaires, égalitaires, libertaires »
http://nopasaran.samizdat.net
nous a aimablement demandé un bilan provisoire de cette initiative originale et unique en France. Ce bilan vient de paraître sur deux pages illustrées dans le n°60 de juillet-août 2007 de « No pasaran ». (Il est également question que cet article paraisse prochainement dans la revue nationale « Emancipation intersyndicale et pédagogique », ex- « Ecole Emancipée »).

Bien entendu, ceci n’est qu’un bref bilan à chaud, relu par quelques un-e-s, et forcément subjectif. Il est critiquable et doit être enrichi par vos avis ou vos souvenirs vécus. A vos plumes !

On peut écrire à :
forum-agora.place-royale@aliceadsl.fr

D’ici la rentrée, préparons-nous à redémarrer le forum (cela ne sera possible qu’à partir du désir de tous et toutes) et maintenons un état de veille et d’alerte permanente. Le journal « Le cri du peuple » est prêt à reparaître à tout moment cet été, s’il le faut.

Contre Sarkozy à Nantes

Expérimenter un forum de rue hebdomadaire.

Au lendemain de l’élection présidentielle, la ville de Nantes a connu un forum-agora hebdomadaire anti-Sarkozy tenu en plein air chaque mercredi soir à cinq reprises, réunissant plusieurs centaines de personnes, avant de s’interrompre pour mieux reprendre à la rentrée. Cette expérience unique de libres débats mérite un bilan provisoire, sans nier les difficultés de ce difficile exercice de démocratie directe.

L’idée était née au départ lors d’une réunion d’organisations dans la mouvance plutôt libertaire de Nantes : le Scalp, Emancipation intersyndicale et pédagogique, SUD-Etudiants, CNT... Après des collages d’affiches et des mails d’invitations, le premier forum-agora « Nantes en luttes » s’est tenu le 9 mai, place Royale à Nantes. Tout de suite environ 500 personnes de tous âges et conditions, surtout des jeunes, peu de militants connus à Nantes.

Pourquoi l’assembléisme est-il si souvent vanté, comme exercice de démocratie directe, mais si peu expérimenté en grandeur nature ? Peut-on instaurer un espace d’autogestion et de libre parole dans une société où tout est fait pour l’empêcher ? Qu’est-ce qui peut dissuader les gens de se réunir librement en forum pour discuter de leurs vies et de leur avenir, sans aucun intermédiaire ? En fait, les forces adverses et les contraintes ne manquent pas.

D’abord les forces extérieures. Surtout nos éternels encadrements policiers. A Nantes, le soir de l’élection présidentielle un assez importante manifestation spontanée s’était poursuivie tard dans la soirée, marquée par des affrontements assez sérieux avec la police et des incendies ou bris de vitrine. C’est dans ce contexte que les forces de l’ordre ont exercé constamment sur le Forum nantais une pression étouffante, faite d’intimidation anxiogène (un nombre de flics incroyablement disproportionné, campés un peu partout dans la ville et au plus près du forum, n’hésitant à filmer les participants ouvertement, même les enfants, voire à rudoyer et à contrôler l’identité de ceux qui allaient leur parler.)

Autre force externe hostile : l’hostilité sourde des institutions de la ville, qui ont préféré manifestement se défier d’un rassemblement incontrôlé et incontrôlable, en pleine campagne législative plan-plan.

Dernier obstacle : Ce moment était vraiment le plus difficile, en plein état de grâce sarkozyste. Difficile de n’être pas taxé de sectarisme oppositionnel ou de précipitation maladroite. Et surtout, difficile d’accrocher concrètement le nouveau gouvernement alors qu’aucune mesure ministérielle n’est encore annoncée.

Mais il y aussi les contraintes internes, endogènes : une certaine forme d’inertie ou d’aquoibonnisme dans nos propres rangs, une tendance à se contenter de slogans ou de dénonciations, une difficulté à se prendre en charge pour s’approprier l’espace du forum, bien que celui-ci ait quand même vu l’éclosion de plusieurs tentatives intéressantes. Voyons cela en détail.

Mercredi 9 mai.

Le 9 mai, nous voici plusieurs centaines de personnes, autour d’un chétif mégaphone. Un nombre assez impressionnant d’affiches ont été collées pour inviter les Nantais à ce forum-agora. Les orateurs se succèdent au porte-voix, relatant leur situation personnelle, souvent émouvante, ou bien alertant sur les dangers du programme Sarkozy. La qualité d’écoute est assez impressionnante. On a décidé de se revoir chaque semaine d’ici la mi-juin et que les drapeaux nominatifs d’organisations politiques ne seraient pas bienvenus, pour éviter toute récupération. Nous prenons les adresses internet des volontaires pour maintenir le contact et créer une mail-list d’alerte et de débats. Près d’une centaine d’adresses dès ce premier mercredi. D’assez nombreux présents souhaitent que le forum débouche sur une manifestation, allant éventuellement vers des affrontements avec la police, mais ça ne débouche pas vraiment sur une approbation active de la majorité des présents. En tous cas, beaucoup sont venus témoigner des violences policières des jours précédents.

Mercredi 16 mai.

En ce jour de l’intronisation de Sarkozy, il y a des manifs similaires un peu partout en France. A Nantes, c’est la plus grosse affluence du forum. Peut-être plus de 1000 personnes (500 selon la presse locale). La sono est bien meilleure. Un bar a été créé, mais les gens l’utilisent assez peu, achetant des badges et des affiches aux tables du Scalp. Deux journaux autogérés ont éclos : « La Place du peuple », et « Le Cri du peuple » (ce dernier, ouvert aux contributions reçues par internet, ayant paru cinq fois depuis.) Puisque Sarkozy prétend se prévaloir de la Résistance antifasciste, nous lisons et diffusons l’Appel des vétérans de la Résistance aux jeunes générations, un texte très rebelle paru en 2004. Nous avons invité un avocat, Franck Boezec, à assurer un exposé sur les dangers pour les libertés et pour les sans-papiers que fait courir la présidence Sarkozy. Il aurait fallu prévoir un orateur de cette qualité à chaque forum. Quelqu’un propose qu’on entre en conflit ouvert avec le procureur de la République, pour qu’il s’explique sur le comportement offensant de la police nantaise, mais plusieurs déclarent qu’il n’ait pas question de « demander l’autorisation de manifester », si bien qu’aucune décision n’est prise. On touche les limites de la démocratie en plein air. On remarque quand même avec plaisir que des passants s’arrêtent pour s’intéresser au forum.

Mercredi 23 mai.

Nous sommes moins nombreux, mais quand même plusieurs centaines. Aussitôt, plusieurs « déclinologues » annoncent que nous sommes déjà à la fin de la mobilisation. Un petit groupe de militants se propose pour distribuer le micro, mais il a la mauvaise idée de s’intituler « bureau », ce qui fait tout de suite bureau politique, et de plus, il prétend imposer des thèmes de discussion. En fait, ça ne marche pas très bien, et le bureau préfère vite renoncer. Peu de propositions précises. Peu d’actions réelles, sinon les quelques personnes qui collent des affiches ou qui photocopient spontanément les messages reçus par internet pour les redistribuer. Pendant la semaine qui suit, nous réfléchissons à ce que nous pouvons faire de concret pour faire vivre le forum en l’absence de mesures gouvernementales à contester. Nous proposons par internet de « tenir » la mobilisation en recourant à l’arme de l’humour, pour détendre l’atmosphère et s’imposer dans le débat public.

Mercredi 30 mai, inauguration du yacht présidentiel de Sarkozy.

Une belle invitation pseudo-officielle en couleur invite les Nantais et les corps constitués à se retrouver à la place Royale pour se rendre ensuite dans le port de Nantes, où un vieux bateau militaire désaffecté sera rebaptisé solennellement en yacht officiel de la présidence : le « Karchözy ». Seule une centaine de personne suit le rendez-vous, le reste hésitant à venir (ou peut-être le refusant politiquement, mais sans le dire). Sur place, nous sommes accueillis par une armada policière très harnachée, et très supérieure en nombre ! On lit un discours assez drôle qui retrace l’histoire assez lamentable de ce navire militaire. L’ambiance est plutôt bonne, le ciel radieux, le bar ouvert.

Mercredi 6 juin, inauguration de la chambre présidentielle.

Dans le cadre d’un festival artistique officiel, la vaste fontaine de la place Royale a été enveloppée par un artiste japonais d’une sorte de hangar renfermant une sorte de chambre d’hôtel de luxe, à louer sur réservation. Il n’en faut pas plus pour inaugurer « La chambre présidentielle de Nicolas et Cécilia Sarkozy ». Malheureusement, les fourgons de police ont carrément pris la place habituelle du forum, ce qui nous oblige à nous replier dans un coin de la place. Les caméras de police ont repris leur rôle inquisiteur et ostentatoire, tandis que les policiers déclarent aux passants étonnés que nous allons certainement dévaster l’oeuvre d’art. Atmosphère à nouveau pesante qui a certainement fait fuir plus d’un participant. Une ambiance policière à la « Biélorusse » dit un manifestant en verve. De plus, la centaine de présents, assise tranquillement par terre, ne s’empresse pas pour prendre le micro, qui reste silencieux à plusieurs reprises. Dans ces conditions, il est décidé de suspendre le rendez-vous avant qu’il ne s’effiloche ainsi, si l’on veut rester crédibles et mobilisés à la rentrée. On propose cette suspension au micro, tout en maintenant une veille d’alerte pendant l’été. Personne n’approuve ni ne conteste cet arrêt, surtout pas pour proposer autre chose. Fin provisoire de l’expérience.

Pendant un mois, nous avons duré quand même sans mollir devant les flics, et nous avons tenu notre contrat d’assurer réellement un espace de libre parole où chacun était respecté, un espace d’expression sans l’intermédiaire des organisations et des institutions. Cette tentative unique en France était donc possible, dans cette ville de Nantes d’où est parti le mai 68 ouvrier et paysan. La presse locale a été obligée de parler de ce rendez-vous. Cette première expérience nous a appris bien des choses et nous a permis de rencontrer de nouveaux amis, et de rassembler des contacts (environ 300 adresses internet au total) pour constituer un réseau transversal de veille et d’alerte, et donc d’être plus forts à l’avenir. Pour la suite, rendez-vous à la rentrée !

on ze webblog : http://lucky.blog.lemonde.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Palestine, capitale Jérusalem

mardi 12 décembre 2017

BDS

mercredi 16 mars 2011

"Nous savons tous très bien que notre liberté ne sera pas entière tant que les Palestiniens ne seront pas libres"
Nelson Mandela