Grèce : un témoignage d’une autre valeur que ceux des médias toxiques

samedi 25 juillet 2015
popularité : 2%

Par Raoul Marc Jennar

Marie-Laure Coulmin-Koutsaftis est très connue dans les milieux littéraires français, car c’est une des plus éminentes traductrices en français des oeuvres de la littérature grecque. Cette amie partage sa vie entre Athènes et la France. Elle m’adresse ce message en demandant qu’il soit diffusé très largement pour permettre à chacun de savoir ce que les médias, dans leur écrasante majorité, déforment ou passent sous silence. N’hésitez donc pas à le copier et à l’envoyer à vos connaissances.

Chers amis, il est urgent de communiquer sur la Grèce ces jours-ci, compte tenu de la propagande incroyable à laquelle se livrent les médias français. Juncker, Sapin, Lagarde, Moscovici, tous mentent comme des marchands de bestiaux et même Merkel les a démentis, tant leurs mensonges étaient grossiers.

Je reprends la doxa : selon l’Eurogroupe, les Grecs et Tsipras seraient sortis de manière incontrôlée en appelant soudain, le vendredi 27/06 dans la nuit, au referendum et au NON. alors que des propositions sérieuses avaient été faites venant des créanciers, jusqu’au samedi où Varoufakis "est parti". En vérité, chaque "nouvelle proposition" des créanciers reprenait un petit bout de ce que la précédente avait déjà rogné, en traitant le gouvernement grec de manière inacceptable (faire venir Tsipras par aller-retour de quelques heures le mardi matin pour lui remettre une copie grecque biffée de rouge sur toutes les "lignes rouges" (retraites, TVA dans les îles, augmentation de la taxe sur les entreprises). Pour finalement aboutir à une proposition ultimatum, sine qua non, le vendredi, inacceptable et niant toutes les discussions des derniers mois, comme si rien n’avait changé (ce qui a été formulé tel quel par Schaüble et Dijsselbloem), impasse et camouflet qui ont provoqué le départ de Tsipras rentrant en Grèce et convoquant un Conseil des ministres qui a débouché dans la nuit sur l’annonce du référendum.

Lundi et mardi, Juncker, Moscovici, Dijsselbloem, Sapin, Lagarde se sont succédé pour jouer la comédie des négociateurs bienveillants, de bonne foi abusés et trahis par des Grecs caractériels et menteurs. En prétendant que jusqu’au départ de Varoufakis de l’Eurogroupe du samedi (dont il a été de fait expulsé par Dijsselbloem), les créanciers continuaient à travailler en souplesse pour plaire aux Grecs, en y incluant un accord sur la dette, un recul sur les basses retraites, sur la TVA dans les îles, etc., ils se sont livrés en association de malfaiteurs inventant une version destinée autant à leurs propres électeurs que surtout, aux citoyens grecs "qu’il faut aider à se débarrasser de ce gouvernement criminel et menteur". Or, cette version des faits est fausse, archi-fausse : et d’ailleurs, Merkel elle-même l’a déclaré à la télé allemande le lundi 30 juillet : "Tout ce que je sais, c’est que la Grèce sort aujourd’hui du programme (celui prolongé le 20 février). Je n’ai jamais entendu parler d’une proposition Juncker après le vendredi soir." Les "bruits de couloir" des journalistes français "très informés" qui "déjeunent avec Mosco", "avec Valls", etc, etc. ne sont que des intox que même les "alliés allemands" refusent de relayer.

La volonté de vengeance du petit Dijsselbloem, jaloux des gros diplômes du beau Yanis, lui a joué un tour puisqu’il s’est égaré en expulsant Varoufakis de la réunion Eurogroupe le samedi 28/06, malgré les arguments formels de ce dernier. À la protestation du MinFin grec sur la formulation du communiqué de l’Eurogroupe, sensé être l’objet d’un accord unanime des 19 représentants, Dijsselbloem a répondu que l’unanimité n’était pas nécessaire, puisque l’Eurogroupe n’avait pas de règlement formel (Bon à savoir). Sauf qu’il a dû reculer un peu devant les protestations de ses collègues lors de la réunion à 18 (sans la Grèce) qui a suivi. Rappelons que sans volonté formelle et démarches adéquates de la Grèce, il est impossible de l’éjecter de l’Eurozone (dont découle l’Eurogroupe) et a fortiori de l’Union Européenne. L’acte de Dijsselbloem est donc probablement passible d’un recours. Mais surtout, ces mensonges et ce mépris de la vérité, dont font preuve les officiels français, à l’occasion de la crise de la dette publique grecque, interrogent sur leur sincérité d’hommes politiques en charge de notre avenir et de celui du pays.

La collusion avec les media français, qui contribuent depuis des années à la démolition de l’image des Grecs et à un récit déformé de la crise de la dette publique en Europe, sous le prétexte de l’information sur la Grèce, est effrayante quand on travaille comme moi de temps en temps pour les journalistes français sensés "documenter" la crise grecque. Montages fallacieux des bandes son, bidouillage des témoignages, ignorance systématique et volontaire de tous les aspects qui pourraient éclairer d’un autre jour ce qui se passe réellement dans le pays, manipulation pure et simple dans des termes de propagande qui n’a rien à envier aux Nazis - sont des recettes systématiques pour les journalistes français des media privés mais aussi de service public qui viennent "informer sur la Grèce". Rares sont les exceptions, que les fixeurs ici se disputent. Je me réserve pour une autre fois le plaisir de vous raconter quelques anecdotes caractéristiques propres à nous tuer de rire et de désespoir à la fois sur la malignité et la bêtise de ces chiens de garde d’un néolibéralisme guerrier.

S’il vous plaît, continuez à croire et à soutenir de toutes vos forces ce gouvernement qui démontre tous les jours que sa seule préoccupation est la survie du peuple grec mais aussi de l’idéal humaniste en Europe. Ils sont parfaitement conscients de leur mission historique à ce tournant dramatique de l’histoire : empêcher la chute vertigineuse de toute l’Europe vers un monde qui n’aura rien à envier aux pires régimes totalitaires, novlangue, bonheur obligatoire et formaté, information/media/surveillance omniprésente, déformation systématique de la réalité et de l’histoire, extermination par épuisement des plus faibles, des plus vieux, des plus pauvres.<

Marie-Laure Coulmin Koutsaftis

blogs.mediapart.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois