« Les corrupteurs et les corrompus s’en sortent beaucoup mieux en France »

samedi 4 février 2017
popularité : 7%

« La femme qui en savait vraiment trop », Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte dans l’affaire UBS, fait face à un nouveau procès initié par son ancien employeur. Elle explique dans une interview à RT France comment elle affronte le monde de la finance.

« L’État français n’a jamais rien fait pour moi », explique l’ex-directice marketing de la banque UBS, Stéphanie Gibaud, qui a permis à la France de récupérer 12 milliards d’euros suite aux révélations des activités frauduleuses. Remerciée par le ministre des Finances et de l’Économie Michel Sapin en personne pour son service à l’État, elle constate qu’il ne s’agit que de paroles et que la lutte contre la corruption n’est qu’apparence et communication.

Ayant déjà gagné plusieurs procès contre son ancien employeur, Stéphanie Gibaud est de nouveau attaquée par UBS, cette fois pour la publication de son livre, La femme qui en savait vraiment trop, pour diffamation. Huit années ont passés depuis le début de sa bataille contre le monde de la finance. « Je ne m’attendais pas à ce que l’État français me laisse tomber », déplore l’ex-salariée UBS. Elle reconnaît que la nouvelle législation censée protéger les lanceurs d’alerte ne fonctionne tout simplement pas et raconte son calvaire à RT France.

Néanmoins, elle sent que le grand mouvemement de lanceurs d’alerte auquel elle participe au même titre qu’Edward Snowden, Chelsea Manning, Julian Assange ou encore Antoine Deltour, va finalement servir à anéantir l’impunité créée par l’opacite du monde de la grande finance et des multinationales aux liens étroits avec certains politiques de premier plan.

français.rt.com


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Palestine, capitale Jérusalem

mardi 12 décembre 2017

BDS

mercredi 16 mars 2011

"Nous savons tous très bien que notre liberté ne sera pas entière tant que les Palestiniens ne seront pas libres"
Nelson Mandela