Profil bas, jolis profits

mercredi 28 mars 2018
popularité : 2%

Par Olivier Pascal-Moussellard

Un spectre se lève sur le royaume enchanté de Walt Disney – pardon, de la Silicon Valley ! – Ce spectacle a un nom, Cambridge Analytica, et sa brusque apparition assombrit visages et paysages dans la riante industrie numérique.

Résumons : depuis vingt ans, les principaux acteurs du secteur repoussent à grands coups de lobbyings juridique et politique toute tentative de contrôle de leurs activités par les États dans lesquels ils opèrent (en bref : la planète). « Le numérique ne connait ni frontières ni politiques ! » professent dans un solide mélange de candeur et de cynisme, les dirigeants libertaires de Facebook, Google, Amazon, etc. Tout en aspirant les données personnelles de milliards de citoyens pour les revendre ensuite. La sécurité des données ? On en fait notre affaire…

Et voilà qu’une entreprise britannique, dirigée par une bande de voyous sortis d’Eton et financée par le gratin de la pègre républicaine américaine, vient tout gâcher. Cambridge Analytica promettait à ses clients – notamment politiques, comme Donald Trump – d’entrer dans la psyché de millions d’internautes avec un degré de précision qui permet de manipuler leurs choix, dans les urnes ou les rayons de supermarché. Ne restait plus qu’à siphonner 50 millions de profils Facebook.

Face au scandale, le réseau social a d’abord opposé un silence assourdissant, avant que son président, l’éternel ado Mark Zuckerberg, ne délivre le traditionnel pipeau de la com’ de crise : excuses platounettes et promesse de régler-au-plus-vite-les-problèmes-par-des-améliorations-techniques. Convoqué devant des commissions d’enquête, le jeune prince de la « démocratie numérique » découvre qu’il y a peut-être quelque chose de pourri dans son royaume enchanté.

Télérama N° 3559 du 28 mars 2018


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Le loup est irréfutable

jeudi 31 décembre 2015