Acharnement policier et judiciaires contre les street medics à Toulouse le 1er mai

Communiqué de la la LDH - Section Toulouse
jeudi 9 mai 2019
popularité : 3%

À la fin de la manifestation du 1er mai dernier, déclarée et n’ayant fait l’objet d’aucune interdiction par la préfecture de la Haute-Garonne, une équipe de street medics (secouristes volontaires prenant en charge tout blessé, quel qu’il soit) ont été arrêtés par des forces de l’ordre alors qu’ils achevaient leur mission. Ils ont été l’objet de contrôles d’identité, de fouilles et de confiscation de matériel de protection dans des conditions à la légalité douteuse.

Transférés menottés à l’Hôtel de police de Toulouse, ils ont été gardés à vue, fichés (relevés d’empreintes et d’ADN) interrogés dans des conditions matérielles tout à fait indignes.

Les chefs d’accusation retenus à leur encontre sont « participation à un attroupement après sommations de dispersion et dissimulation du visage » et « dissimulation volontaire du visage sans motif légitime lors d’une manifestation publique, accompagné de troubles manifestes ou risque manifestes de trouble à l’ordre publique » et ils sont convoqués au Tribunal de Toulouse pour juin prochain. La Ligue des Droits de l’Homme de Toulouse dénonce l’acharnement dont ont fait l’objet ces secouristes qui jouent un rôle indispensable quant aux soins donnés à des personnes prises dans un contexte de violences. Particulièrement lors de manifestations durant lesquelles des membres de forces de l’ordre se comportent de manière très contestable comme l’a documenté le récent rapport de l’Observatoire toulousain des pratiques policières et comme le stigmatisent de nombreuses associations, organisations et instances nationales et internationales Elle constate que, encore un fois, face au malaise social, le gouvernement actuel a choisi de ne répondre que de façon violente et sécuritaire et, dans les faits, attentatoire aux libertés en appliquant des lois de circonstances à la main de responsables se réfugiant dans le déni et le mensonge politique.

La Ligue des Droits de l’Homme de Toulouse reste particulièrement vigilante et mobilisée quant aux suites données à ces évènements et appelle à témoigner toute notre solidarité aux personnes touchées par ces pratiques inacceptables.

Toulouse, le 6 mai 2019


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Informer

lundi 8 février 2016

Le Liban boycotte le salon du Livre

jeudi 28 février 2008

Le ministre libanais de la Culture annonce que son pays boycottera le Salon du livre de Paris, en raison de la participation d’Israël, invité d’honneur de cet événement prévu du 14 au 19 mars.

Une dépêche de l’Agence France Presse indiquait mercredi :

"Le ministère de la Culture va s’abstenir de participer (au Salon du livre) cette année, pour protester contre la décision des organisateurs de nommer Israël comme invité d’honneur à l’occasion du 60e anniversaire de (la) création" de l’Etat hébreu, a annoncé le ministre Tarek Mitri dans un communiqué.

europalestine.com