"Tomber dans l’autosatisfaction serait une faute"

La mise en garde de Nicolas Hulot au gouvernement
mercredi 16 octobre 2019
popularité : 2%

Par Nicolas Hulot

Dans un entretien au Parisien, l’ex-ministre de la Transition écologique reconnaît "quelques signaux intéressants" de la part du gouvernement vis-à-vis de la protection de l’environnement, mais estime qu’"qu’il faut faire beaucoup plus avec une approche systémique".


À l’occasion de "L’Émission pour la Terre", qui était diffusée sur France 2 ce mardi soir 15 octobre, à laquelle il participait, Nicolas Hulot est sorti de sa réserve des derniers mois au détour d’une interview au Parisien. L’ancien ministre de la Transition écologique appelle chacun à faire sa "part". "En fonction de ses moyens, si tout le monde était vertueux dans sa vie quotidienne, cela permettrait de faire 20 % du chemin par rapport à nos objectifs énergétiques et climatiques. Et ce faisant, cela donnerait un mandat implicite aux pouvoirs publics pour faire les 80 % d’efforts restant", assure-t-il. Pour autant, il déplore la "défiance croissante des citoyens vis-à-vis des politiques qui n’est pas saine", qui s’exprime notamment à travers le mouvement Extinction Rebellion. "Ces derniers ne s’inspirent pas suffisamment de ces mouvements citoyens et de ce que les jeunes ont à dire", estime-t-il par ailleurs.

L’écologiste appelle à "écouter ce cri d’alerte de nos enfants" qui descendent dans la rue chaque semaine. "Peut-être que Greta Thunberg nous bouscule un peu, mais c’est une voix de la jeunesse qui a toute sa légitimité et elle n’est que l’expression d’une inquiétude que je partage", juge-t-il. Il dit également avoir ressenti "une colère froide" devant "la morgue avec laquelle certains ont traité" la jeune Suédoise.

"Un effort de guerre"

Quatorze mois après son départ fracassant du ministère de la Transition écologique, Nicolas Hulot appelle aujourd’hui les gouvernements à "sortir des promesses pour rentrer dans un effort de guerre". Il reconnaît "quelques signaux intéressants" de la part du gouvernement français, "notamment la volonté affichée par Emmanuel Macron lors du G7 face à la politique de Bolsonaro". "Dans une Europe qui doute d’elle-même, la France est plutôt meilleure que les autres en la matière. Elisabeth Borne, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon sont à la manœuvre avec courage", estime-t-il par ailleurs. "Mais comme je suis exigeant pour mon pays, pour l’avenir de la jeunesse, je pense qu’il faut faire beaucoup plus avec une approche systémique", tempère-t-il, en mettant en garde le gouvernement : "Tomber dans l’autosatisfaction serait une faute."

Nicolas Hulot assure cependant qu’il n’est pas là "pour donner des bons ou mauvais points". "La seule chose qui devrait nous effrayer est de céder à une forme de résignation sur ces sujets", affirme-t-il.

actu.orange.fr


Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Monsanto dégage !

samedi 24 mars 2018

Protégez les loups

samedi 22 juillet 2017

Protégez les loups
en vous promenant